• Envoyer
  • Imprimer

Fédération de Russie / Nord-Caucase : le CICR répond à des besoins persistants

24-04-2012 Point sur les activités

Dans le Nord-Caucase, le CICR s'efforce à la fois d'aider la population à faire face aux conséquences des conflits passés et de prêter assistance aux personnes touchées par la violence armée qui sévit actuellement dans la région.

Selon les médias, près de 1 400 personnes ont été tuées ou blessées dans le Nord-Caucase en 2011, contre plus de 1 700 en 2010, et quelque 400 personnes ont été arrêtées à la suite des violences dans la région. Le Daghestan a enregistré le plus grand nombre d'incidents et de victimes, suivi de la Tchétchénie, de la Kabardino-Balkarie et de l'Ingouchie.

Les conséquences des conflits passés dans le Nord-Caucase se font sentir de longue date. Depuis 2000, le CICR a recensé plus de 2 300 cas de disparition dans la région. En outre, selon le ministère de la Défense, près de 700 militaires sont portés disparus. Les familles des disparus attendent toujours des nouvelles de leurs proches. « Des dizaines de milliers de familles dans le Nord-Caucase et ailleurs ont été touchées de diverses façons par la violence au fil des ans, et leurs besoins varient, explique Juan Luis Coderque Galligo, chef de la délégation régionale du CICR à Moscou. En tant qu'institution humanitaire neutre et indépendante, le CICR travaille en collaboration avec les autorités, la Société de la Croix-Rouge russe et d'autres partenaires pour atténuer les souffrances de ces familles, dont un grand nombre sont dirigées par des femmes aujourd'hui. »

Disposant d'un budget d'environ 10 millions de dollars américains pour 2012 et de 200 collaborateurs présents sur le terrain pour mener ses activités humanitaires dans le Nord-Caucase, le CICR fournit un soutien et une assistance aux 

  • personnes déplacées à l'intérieur de leur pays ;
  • ménages dont le principal soutien de famille est porté disparu ou détenu ;
  • familles touchées par la violence ;
  • victimes de mines et personnes vivant dans les zones infestées d'engins explosifs ;
  • enfants ayant besoin d'un soutien psychosocial ;
  • personnes âgées vulnérables ;
  • membres du personnel de santé et établissements médicaux (pour la prise en charge des cas d'urgence) ;
  • personnes vivant dans les zones qui subissent aujourd'hui encore les séquelles des conflits passés.

Aider la population à retrouver son autosuffisance

Pour venir en aide aux personnes les plus vulnérables, le CICR met en œuvre des projets microéconomiques. Depuis son lancement en 2005, son programme a permis d'aider plus de 5 000 ménages à mettre sur pied des entreprises familiales, notamment dans les secteurs de l'agriculture, de l'élevage, de l'artisanat et du commerce, et à développer leurs compétences dans le cadre de formations professionnelles. Rien qu'en 2011, le CICR a lancé 656 projets microéconomiques en Tchétchénie, au Daghestan, en Ingouchie et en Kabardino-Balkarie.

Soutien aux ménages ayant perdu leur principal soutien de famille en raison de la violence armée

Le sort des personnes portées disparues reste une source de préoccupation. Le CICR poursuit ses activités de sensibilisation visant à attirer l'attention sur les souffrances des personnes qui ignorent ce qu'il est advenu de leurs proches, et à rappeler aux autorités fédérales et locales l'obligation qui leur incombe de donner des réponses aux questions que se posent ces personnes. En outre, il fournit un soutien psychosocial et matériel aux familles des disparus.

Des milliers de ménages ayant perdu leur principal soutien de famille ou d'autres proches en raison de la violence ont besoin d'un soutien psychosocial, économique ou autre. En 2011, le CICR a visité 230 ménages et fourni un soutien à 106 d'entre eux dans le cadre de projets microéconomiques et d'autres programmes.

Maintien des liens familiaux

À travers son programme de protection, le CICR apporte une aide financière à des familles vulnérables pour leur permettre de visiter leurs proches détenus à la suite des conflits passés ou des violences actuelles dans toute la Russie. En 2011, il a organisé plus de 350 visites familiales et distribué plus de 600 colis envoyés par des familles qui n'avaient pas la possibilité de visiter leurs proches détenus.

Soutien au personnel de santé et aux structures médicales

Le CICR organise et soutient des activités de formation à l'intention du personnel de santé travaillant dans les services de chirurgie et de traumatologie. L'institution fournit également un soutien aux services de premiers secours. En 2011, 80 médecins et membres du personnel paramédical et infirmier en ont bénéficié. Par ailleurs, le CICR a constitué des stocks médicaux d'urgence – médicaments et consommables – de manière à pouvoir approvisionner les structures médicales en cas d'afflux massif de victimes.

Assistance aux victimes de mines et prévention des accidents

Les mines continuent de briser des vies humaines en Tchétchénie. La signalisation des zones encore contaminées par des mines et munitions non explosées n'étant pas systématique, de nombreuses personnes ne peuvent plus cultiver leurs terres, qui constituent l'une des principales sources de revenus, notamment dans les régions rurales. Les projets microéconomiques soutenus par le CICR leur offrent d'autres moyens de générer des revenus tout en réduisant les risques dus aux mines. Le CICR aide également les autorités locales à organiser des séances de sensibilisation aux dangers des mines à l'intention des enfants et des membres du corps enseignant.

Approvisionnement en eau potable dans les villages reculés

En raison des conflits passés et du délabrement des infrastructures, l'accès à l'eau est limité dans certaines régions, en particulier dans les villages reculés du sud de la Tchétchénie. Le CICR apporte donc son concours pour rénover les systèmes d'approvisionnement en eau et d'assainissement. En 2011, il a fourni un accès à l'eau potable à 2 800 personnes.

Promotion du respect du droit

La diffusion des règles du droit international humanitaire et d'autres règles de droit international au sein des autorités, des forces armées et de sécurité, des organisations de la société civile, des milieux universitaires et des médias demeure l'une des principales activités du CICR dans le Nord-Caucase. En 2011, le CICR a organisé 15 séances d'information à l'intention de plus de 400 membres du personnel du ministère de l'Intérieur en Tchétchénie, Kabardino-Balkarie et Ossétie du Nord.

Collaboration avec la Société de la Croix-Rouge russe

Le CICR apporte un soutien aux sections de la Société de la Croix-Rouge russe dans les domaines de la préparation aux situations d'urgence, du rétablissement des liens familiaux et du soutien psychosocial aux populations vulnérables. Les personnes âgées vivant seules et les proches de personnes portées disparues reçoivent un soutien psychosocial dans le cadre du programme de soins infirmiers à domicile de la Croix-Rouge russe.

Le CICR soutient le programme de formation aux premiers secours des sections de la Croix-Rouge russe dans plusieurs républiques du Nord-Caucase. Les enfants touchés par les conflits armés ou d'autres formes de violence sont particulièrement vulnérables. En 2011, plus de 400 enfants ont régulièrement participé aux activités organisées dans des espaces récréatifs en Tchétchénie et Ingouchie, et 88 ont fréquenté le centre psychosocial de la Croix-Rouge à Beslan (Ossétie du Nord).

Le CICR est présent dans le Nord-Caucase depuis 1992 et dispose actuellement de bureaux à Grozny, Khasavyurt, Naltchik, Nazran et Vladikavkaz.

 

Informations complémentaires :

Monique Nanchen, CICR Moscou, tél. : +7 495 626 5426

Victoria Zotikova, CICR Moscou, tél. : +7 495 626 5426 ou +7 903 545 3934

Vassily Fadeev, CICR Genève, tél. : +41 79 536 92 48


Photos

Ingouchie. Une femme devant le réfrigérateur d'une cafétéria appartenant à la famille d'une personne portée disparue. Le CICR a financé l'achat de réfrigérateurs dans le cadre de projets microéconomiques. 

Ingouchie. Une femme devant le réfrigérateur d'une cafétéria appartenant à la famille d'une personne portée disparue. Le CICR a financé l'achat de réfrigérateurs dans le cadre de projets microéconomiques.
© CICR / V. Zotikova

Tchétchénie. Construction d'un réservoir d'eau faisant partie du système d'approvisionnement en eau mis en place par le CICR dans un village reculé. 

Tchétchénie. Construction d'un réservoir d'eau faisant partie du système d'approvisionnement en eau mis en place par le CICR dans un village reculé.
© CICR / V. Zotikova

Tchétchénie. Un représentant du CICR lors de l'inauguration d'une exposition de photos sur la situation dans le Nord-Caucase à Grozny. 

Tchétchénie. Un représentant du CICR lors de l'inauguration d'une exposition de photos sur la situation dans le Nord-Caucase à Grozny.
© CICR / G. Balzamova

Beslan, Ossétie du Nord. Enfants participant à un atelier de peinture au centre psychosocial de la Société de la Croix-Rouge russe. 

Beslan, Ossétie du Nord. Enfants participant à un atelier de peinture au centre psychosocial de la Société de la Croix-Rouge russe.
© CICR / M. Kokic