• Envoyer
  • Imprimer

Soudan du Sud : l’escalade des combats fait des milliers de déplacés

16-05-2012 Point sur les activités

Depuis le début de l’année, le CICR a redoublé d’efforts pour répondre aux besoins humanitaires croissants au Soudan du Sud. Début avril, ces besoins se sont encore accrus lorsque des combats ont éclaté le long de la frontière avec le Soudan. Le CICR s’efforce de venir en aide aux personnes touchées par la violence armée au Soudan du Sud.

« De nombreuses personnes ont dû fuir en hâte en raison de la violence, souvent contraintes de tout laisser derrière elles pour trouver un refuge tout relatif dans des camps de fortune », déclare Melker Mabeck, chef de la délégation du CICR au Soudan du Sud.

« Devant l’afflux massif de blessés, certains hôpitaux, ceux de Bentiu (État de l’Unité) en particulier, ont eu de la peine à faire face », ajoute-t-il. À plusieurs occasions, le CICR a remis du matériel chirurgical, des médicaments et d’autres articles de première nécessité à l’hôpital civil et à l’hôpital militaire de Bentiu. Dans l’État voisin du Nil supérieur, où le CICR soutient l’hôpital universitaire de Malakal, les médecins de l’institution ont réalisé 80 opérations chirurgicales en avril. La plupart des patients avaient été blessés par arme.

Depuis l’intensification des hostilités, il y a un peu plus d’un mois, le CICR s’attache avant tout à visiter les personnes détenues dans le cadre du conflit, dont des prisonniers de guerre, à fournir des secours d’urgence aux nouveaux déplacés et à aider les hôpitaux à prendre en charge les blessés. Il veille aussi à ce que les communautés touchées par les combats puissent s’approvisionner en eau potable.

Le CICR reste fortement présent dans les régions septentrionales du Soudan du Sud, là où la population est le plus exposée à la violence. « Nous nous employons essentiellement à rappeler aux parties au conflit l’obligation qu’elles ont de respecter les civils, les blessés et les prisonniers », précise encore M. Mabeck.

La Croix-Rouge du Soudan du Sud étant un partenaire opérationnel essentiel du CICR, l’une des priorités de ce dernier est de renforcer la capacité de la Croix-Rouge à faire face aux urgences.

Point sur les activités menées par le CICR au Soudan du Sud depuis le début du mois d’avril.

Visites dans les lieux de détention

Le CICR visite régulièrement les personnes détenues pour des raisons liées au conflit, afin de se rendre compte des conditions dans lesquelles elles sont incarcérées et de s’assurer qu’elles sont traitées convenablement. Les délégués de l’institution enregistrent les détenus de manière à garder leur trace au cas où ils seraient transférés dans d’autres centres de détention, de prévenir les disparitions et d’informer les familles de leur sort. Si nécessaire, ils leur fournissent des articles d’hygiène et d’autres biens de première nécessité.

Fin avril, le CICR a facilité le rapatriement de 13 prisonniers de guerre soudanais à Khartoum, après qu’ils ont été libérés par les autorités sud-soudanaises. Alors qu’ils étaient encore en détention, les 13 hommes avaient reçu du CICR des vêtements, des moustiquaires, ainsi que d’autres articles.

Rétablissement des liens familiaux

Beaucoup de personnes ont trouvé refuge dans des camps installés dans les États du Nil supérieur et de l’Unité, situés à proximité de la frontière avec le Soudan, perdant ainsi le contact avec leurs proches. Depuis le début du mois d’avril, le CICR a aidé des milliers de personnes séparées en raison du conflit à rétablir le contact, en leur donnant la possibilité d’appeler les membres de leur famille par téléphone ou de leur adresser des messages écrits.

Assistance aux personnes touchées par le conflit

Le CICR travaille en étroite coopération avec la Croix-Rouge du Soudan du Sud, s’assurant notamment que les secours atteignent bien les personnes qui subissent les conséquences du conflit armé, particulièrement celles qui vivent dans des régions très isolées où les autres organisations humanitaires présentes sur place sont rares.

Quelque 20 000 nouveaux déplacés dans le comté d’Aweil North (Bahr el Ghazal du Nord) ont reçu des articles d’hygiène, des ustensiles de cuisine, des moustiquaires, des vêtements, des bâches et d’autres biens de première nécessité, en plus de rations alimentaires pour une semaine destinées à parer au plus urgent.

Début avril, le CICR a distribué des semences, des outils agricoles et des vivres à quelque 25 000 personnes, dont plus de 15 000 à Agok, une ville située dans le sud de la région disputée d’Abyei. Fournie à temps pour les semailles, cette assistance devrait assurer de bonnes récoltes en août, permettant ainsi aux familles touchées par le conflit de retrouver une certaine autosuffisance.

La santé animale est une préoccupation vitale pour des milliers d’éleveurs pour qui le bétail constitue la principale source de revenus. En coordination avec le ministère des Ressources animales et de la pêche, le CICR mène actuellement un campagne de vaccination visant à réduire la mortalité animale dans l’État de Warrap. Quelque 100 000 têtes de bétail auront été ainsi vaccinées au terme de la campagne, à la fin du mois de mai.

Accès à l’eau

Le camp de réfugiés de Jamam (État du Nil supérieur) connaît une grave pénurie d’eau. À l’heure actuelle, l’eau y est acheminée par camion, mais cette solution ne sera plus possible dès que les pluies prochaines convertiront les pistes en bourbiers. Des pluies qui risquent en outre de provoquer des flambées de maladies mortelles transmises par l’eau, surtout si les gens boivent de l’eau de surface non traitée. Pour y remédier, le CICR vient d’achever l’installation d’une conduite souterraine de sept kilomètres, qui permettra d’acheminer l’eau d’une source directement vers les points de distribution installés dans le camp, garantissant ainsi l’accès à l’eau potable. En outre, quatre réservoirs pour récolter l’eau de pluie ont été installés dans le camp.

Dans le comté de Pariang (État de l’Unité), le CICR a lancé un projet triennal d’approvisionnement en eau en milieu rural, qui consistera notamment à réparer les pompes manuelles existantes et à construire des points d’eau fonctionnant à l’énergie solaire dans trois emplacements clés. Depuis le début de l’année, les hydrauliciens du CICR ont réparé 15 pompes à main.

Le CICR gère également un projet d’approvisionnement en eau en milieu urbain dans les villes de Bentiu et de Rubkona (État de l’Unité). Deux motopompes ont été installées dans la station de traitement des eaux de Rubkona en avril. Préalablement, des ingénieurs et techniciens hydrauliciens des États de l’Unité et du Nil supérieur avaient participé à un atelier sur le traitement des eaux organisé à leur intention.

Soutien aux services de soins de santé et de réadaptation physique

Au début du mois d’avril, le CICR a envoyé une équipe chirurgicale d’urgence à l’hôpital civil de Bentiu pour y opérer neuf personnes blessées au cours des combats. Les membres de cette équipe sont normalement basés à l’hôpital universitaire de Malakal, où ils ont réalisé plus de 80 interventions chirurgicales au cours du mois d’avril, principalement sur des patients blessés par arme. L’équipe reste en attente, prête à aider les structures médicales à faire face à tout afflux de blessés.

À plusieurs occasions, le CICR a remis du matériel chirurgical, dont des pansements, des attelles et des solutions intraveineuses, ainsi que des médicaments et d’autres articles de première nécessité, à l’hôpital civil et à l’hôpital militaire de Bentiu, afin d’aider ces deux établissements à prendre en charge les blessés.

Le centre de réadaptation physique de Juba, administré conjointement par le CICR et le gouvernement sud-soudanais, offre des soins spécialisés aux handicapés physiques. En avril, près de 200 personnes ont bénéficié de ses services, dont la moitié étaient des amputés. Le centre fabrique en outre des membres artificiels et des fauteuils roulants sur mesure, qu’il met à la disposition des patients, en plus de béquilles et de cannes anglaises. Enfin, plus de 50 patients y ont reçu des soins de physiothérapie.

Promotion du droit international humanitaire

Le CICR a organisé un séminaire de droit international humanitaire (DIH) à la mi-avril, conjointement avec la Croix-Rouge du Soudan du Sud et le ministère des Affaires humanitaires. Le séminaire a offert un cadre de discussion à des hauts fonctionnaires et à des membres d'organisations d'aide humanitaire et de la société civile, qui se sont entretenus de la nature changeante du conflit et de la pertinence plus actuelle que jamais des Conventions de Genève et autres instruments de DIH pour la protection des civils.

Le Soudan du Sud a entamé un processus d'adhésion aux Conventions de Genève ; un projet de loi est actuellement devant l'Assemblée législative nationale. Le CICR apporte un appui technique au gouvernement dans ce processus d'adhésion et il restera un partenaire essentiel, qui l'aidera à mettre en œuvre la nouvelle loi.
Partenariat avec la Croix-Rouge du Soudan du Sud

La Croix-Rouge du Soudan du Sud a été juridiquement reconnue par le gouvernement du Soudan du Sud en mars 2012, qui a garanti son statut d'organisation indépendante ayant un rôle primordial en tant qu'auxiliaire des pouvoirs publics dans le domaine humanitaire.

Le CICR soutient de multiples façons l'organisation – créée à la suite de la déclaration d'indépendance du Soudan du Sud le 9 juillet 2011 –, à mesure qu'elle se structure et s'apprête à être reconnue comme membre à part entière du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Depuis le début du mois d'avril, des assemblées se sont tenues dans six des dix sections locales que la Croix-Rouge compte dans le pays. Elles ont pour but de mettre en place des organes de direction au niveau des sections, à la veille de la toute première assemblée nationale de la Croix-Rouge du Soudan du Sud, qui doit se tenir plus tard dans l'année. Parallèlement, la Croix-Rouge du Soudan du Sud s'emploie activement à recruter de nouveaux membres en vue d'être véritablement représentative du nouveau pays. Le CICR, ainsi que d'autres partenaires au sein du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, aide aussi la Croix-Rouge du Soudan du Sud à élaborer sa stratégie d'intervention en cas d'urgence.

Informations complémentaires :
Ewan Watson, CICR Juba, tél. : +211 912 178 946
Jean-Yves Clémenzo, CICR Genève, tél. : +41 22 730 22 71 ou +41 79 217 32 17