• Envoyer
  • Imprimer

Syrie : l’aide parvient à la population en proie à de grandes difficultés à Homs et à Harasta

25-10-2012 Point sur les activités N° 14/2012

Des centaines de milliers de personnes touchées par les intenses combats reçoivent l’aide du CICR et du Croissant-Rouge arabe syrien. De plus, le CICR a réussi à acheminer des secours médicaux dans certaines des zones les plus durement touchées par la violence.

Le personnel du CICR est retourné à Homs cette semaine pour acheminer de l’aide, en particulier aux hôpitaux et autres structures de santé. « Cette évolution est certes positive, mais beaucoup reste encore à faire », a déclaré Marianne Gasser, chef de la délégation du CICR en Syrie. « Nous devons néanmoins agir avec prudence car les risques sont grands pour tout le monde, surtout pour nos collaborateurs et les volontaires du Croissant-Rouge arabe syrien qui travaillent dans les zones les plus dangereuses. » D'autres visites sur le terrain ont été effectuées dans plusieurs parties du gouvernorat de Damas-Campagne, dont Harasta, et à Sweida dans le sud, où de nombreuses personnes déplacées ont trouvé refuge.

Le CICR a donné des secours médicaux en quantité suffisante pour traiter entre 50 et 100 patients blessés à l'hôpital privé Al-Birr à Homs. Il a également donné des anesthésiants, des assortiments de pansements et des solutions intraveineuses à l'hôpital privé Al-Amin. De plus, le CICR a procédé à l’évaluation d'une structure de santé à Bab Amr, actuellement remise en état par le ministère de la Santé en vue d'une future assistance possible.

Le 21 octobre, un volontaire du Croissant-Rouge arabe syrien est mort après avoir été pris dans les combats alors qu’il se rendait à son travail à Harasta, dans le gouvernorat de Damas-Campagne. Le lendemain, deux autres volontaires ont été blessés lors d’incidents distincts survenus dans l’exercice de leurs fonctions, également à Harasta. En vertu du droit international humanitaire, les parties à un conflit armé doivent en tout temps faire la distinction entre civils et personnes participant aux combats.

En collaboration avec le Croissant-Rouge arabe syrien, le CICR a évalué les besoins à Jwalek, à quelque dix kilomètres au nord-ouest de la ville d’Homs. Jwalek a accueilli des centaines de personnes qui ont fui les affrontements armés dans différentes parties de Homs ces dernières semaines. Le Croissant-Rouge arabe syrien est immédiatement venu en aide à quelque 400 personnes ayant désespérément besoin de vivres et d'autres articles de première nécessité, dont des couvertures et des matelas. Il a également fourni du matériel scolaire pour les enfants. « À Jwalek, comme dans beaucoup d'autres endroits du pays, la situation des personnes déplacées est désespérée », a indiqué Mme Gasser. « Une jeune femme déplacée n’a pas pu retenir ses larmes, en me disant qu'elle a dû fuir avec son nouveau-né. Elle avait déjà perdu contact avec le père avant de partir, et il n’a toujours pas vu sa fille. Elle était très triste de ne pas pouvoir rentrer à la maison à temps et passer la fête de l'Aïd en famille.  »

Le CICR reste extrêmement préoccupé par la situation humanitaire dans le pays. Les affrontements armés ont eu un effet particulièrement grave sur la population des gouvernorats de Homs, d’Alep, d’Idlib, de Hama, de Deir Ezzor, de Damas et de Damas-Campagne. Le CICR continue de renforcer sa présence sur le terrain avec le Croissant-Rouge arabe syrien, en particulier dans les zones les plus touchées par la violence. Suite à la visite le mois dernier de son président, Peter Maurer, le CICR a persévéré dans son dialogue humanitaire avec les autorités syriennes dans l’espoir qu’il lui permettra d'élargir son soutien aux services médicaux et de visiter toutes les personnes détenues dans le pays.

Depuis le début de l'année, le CICR et le Croissant-Rouge arabe syrien ont distribué des vivres à plus d'un million de personnes et des articles ménagers de première nécessité à 250 000 personnes. Ils ont également contribué à approvisionner en eau plus d'un million de personnes dans les gouvernorats de Damas, de Damas-Campagne et de Homs. Depuis plus d'un an et demi, les volontaires du Croissant-Rouge arabe syrien travaillent sans relâche dans les zones touchées par la violence, souvent au péril de leur vie pour dispenser les premiers soins, transférer les blessés et aider autrement à sauver des vies. « Les besoins humanitaires ne cessent de croître », a précisé Mme Gasser. « Même si des progrès ont été réalisés, il faut faire plus pour répondre aux besoins les plus urgents sur le terrain. »

Action du CICR et du Croissant-Rouge arabe syrien durant le mois d’octobre

Vivres et autres articles de première nécessité

  • Les deux organisations ont distribué suffisamment de colis alimentaires pour couvrir les besoins de quelque 150 000 personnes pendant un mois dans les gouvernorats de Damas-Campagne, d’Idlib, de Homs, de Hama, d’Alep, de Sweida, de Tartous, de Raqqa, de Deir Ezzor, de Lattaquié et de Damas, et des milliers d’articles ménagers de première nécessité (matelas, nattes, serviettes, articles d'hygiène et bougies).
  • En collaboration avec le Croissant-Rouge arabe syrien, le CICR a distribué plus de 40 000 couvertures, en particulier aux personnes déplacées hébergées dans des bâtiments publics.

Eau, assainissement et abri

  • Le CICR et le Croissant-Rouge syrien ont pris des mesures urgentes pour réparer et améliorer l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hébergement de plus de 20 000 personnes déplacées dans plus de 35 écoles et autres bâtiments publics dans les gouvernorats de Damas-Campagne, de Homs, d’Alep et de Raqqa.
  • Dans la ville d’Homs, lorsque le groupe électrogène de secours de 2 00 kvA récemment fourni par le CICR fut endommagé par des éclats d'obus et est tombé en panne, les ingénieurs hydrauliciens du CICR ont pris immédiatement les mesures nécessaires pour le réparer. Ils ont réussi à remettre en état la station de pompage d’Ain Al-tanour, assurant ainsi un approvisionnement fiable en eau à plus d'un million d’habitants de la ville.
  • Dans la ville d'Alep, le CICR a aidé les services des eaux locaux à réparer plusieurs conduites du réseau urbain qui ont été sérieusement endommagés par les combats. Les conduites approvisionnent des dizaines de milliers de personnes en eau.
  • Le CICR a maintenu son soutien à une opération du Croissant-Rouge arabe syrien pour acheminer de l'eau potable par camion à plus de 80 000 personnes déplacées qui ont trouvé refuge dans des écoles ou autres bâtiments publics, ou dans des communautés d'accueil dans les gouvernorats de Damas-Campagne, Deir Ezzor et Homs.

Santé

  • Des délégués médicaux et des ingénieurs hydrauliciens du CICR ont récemment visité l'hôpital national à Harasta, dont ils ont évalué les besoins et ont donné des anesthésiants, des instruments de suture et des assortiments de pansements.
  • À Homs, le CICR a fait don de médicaments et de secours médicaux à l’hôpital privé Al-Birr et à l’hôpital privé Al-Amin, ainsi que de béquilles et de fauteuils roulants au Croissant-Rouge arabe syrien.

Informations complémentaires :
Cecilia Goin, CICR Damas, tél. : +963 930 177 746 ou 963 11 331 0476
Alexis Heeb, CICR Genève, tél : +41 22 730 37 72 ou +41 79 218 76 10


Photos

Qasseer, près de Homs, Syrie. Un médecin dans un camp de fortune porte un bébé blessé par des bombardements. 

Qasseer, près de Homs, Syrie. Un médecin dans un camp de fortune porte un bébé blessé par des bombardements.
© Reuters

Homs, Syrie. Des enfants jouent au football dans la rue. 

Homs, Syrie. Des enfants jouent au football dans la rue.
© Reuters

Alep, Syrie. Cette femme vit dans la rue après avoir fui les combats. 

Alep, Syrie. Cette femme vit dans la rue après avoir fui les combats.
© Reuters

Atareb, gouvernorat d’Idlib, Syrie. Un garçon fait du vélo dans une zone qui vient d’être bombardée. 

Atareb, gouvernorat d’Idlib, Syrie. Un garçon fait du vélo dans une zone qui vient d’être bombardée.
© Reuters