• Envoyer
  • Imprimer

Yémen : l’escalade de la violence dans le sud du pays fait de nombreuses victimes

03-05-2012 Point sur les activités

Ces dernières semaines, la violence s’est considérablement intensifiée et la situation sur le plan de la sécurité s’est détériorée dans plusieurs gouvernorats du sud du pays. Dans le gouvernorat d’Abyan, les combats entre les forces gouvernementales et le groupe Ansar al-Charia se sont durcis. Dans celui d’Aden et de Lahj, les problèmes de sécurité se multiplient.

Les combats dont le district de Lawdar (gouvernorat d’Abyan) a récemment été le théâtre ont fait des centaines de victimes et provoqué une nouvelle vague de déplacements. Des milliers de personnes ont été contraintes d’abandonner leur foyer pour se réfugier en lieu sûr, dans le gouvernorat d’Abyan même, ou dans ceux d’Aden ou de Lahj. Dans le district de Khanfar, des personnes fuient par crainte de nouvelles flambées de violence.

« En raison de l'insécurité qui règne actuellement, il nous est difficile d'accéder à certaines zones, notamment dans le gouvernorat d'Abyan, ce qui complique notre travail », a déclaré Yehia Khalil, chef de la sous-délégation du CICR à Aden. « Les violents combats ont ralenti nos distributions de secours dans le gouvernorat d’Abyan. Nous sommes préoccupés par la situation qui prévaut dans le district de Lawdar, où nous espérons pouvoir bientôt nous rendre pour répondre aux besoins humanitaires de la population. »

Au terme de longues négociations avec toutes les parties au conflit, les équipes du CICR sont retournées dans le gouvernorat d’Abyan le 17 avril dernier pour achever une distribution de vivres et de secours non alimentaires en faveur de 36 000 personnes déplacées dans le district de Khanfar. En outre, des ingénieurs hydrauliciens du CICR ont repris les travaux d'installation de pompes qui permettront d'approvisionner en eau potable quelque 200 000 personnes vivant dans le district.

« La nature strictement neutre, indépendante et impartiale de notre action humanitaire et le dialogue permanent que nous entretenons avec toutes les parties au conflit dans le gouvernorat d’Abyan – de même que partout ailleurs dans le pays – nous permettent d’avoir accès aux régions les plus durement touchées du gouvernorat. C’est aussi ce qui nous a permis de visiter 72 soldats aux mains du groupe Ansar al-Charia, a ajouté M. Khalil. À l’heure qu’il est, notre priorité est de pouvoir fournir une aide d'urgence pour répondre aux besoins –  en soins de santé et en nourriture, entre autres – des personnes touchées par la violence, en particulier celles qui ont été déplacées, et des habitants démunis qui accueillent des proches déplacés. »

Évaluation des besoins humanitaires dans le district d’Arhab

Des collaborateurs du CICR se sont rendus dans le district d’Arhab pour évaluer la situation humanitaire et les besoins de la population civile. « Le district est en proie à des combats violents depuis plusieurs mois. Nous avons mis un certain temps à atteindre cette région, mais nous avons aujourd’hui directement accès à la population », a indiqué Eric Marclay, chef de la délégation du CICR au Yémen, qui a lui-même participé à l’évaluation. « Une fois de plus, le vaste processus de négociation a porté ses fruits. Le fait que toutes les parties en présence comprennent et acceptent notre approche neutre et indépendante nous a permis de nous rendre dans la région et de nous faire une idée précise des besoins de la population. » Dans le district d’Arhab, le CICR s’est entretenu avec des représentants de la société civile et a fourni, pour la quatrième fois, du matériel médical essentiel à l’hôpital de campagne. « Nous reviendrons bientôt pour répondre à d’autres besoins, en particulier dans le domaine de l’approvisionnement en eau et de la sécurité économique. »

Assistance aux victimes des inondations dans le nord du pays

En plus des terribles conséquences des affrontements, de nombreuses régions du pays ont été frappées par des pluies diluviennes. Dans le district d'Al-Harf notamment, un grand nombre de maisons ont été littéralement balayées par les eaux et d'autres ont subi de graves dommages. La plupart des personnes touchées ont presque tout perdu, y compris du bétail et des biens de première nécessité. Le CICR a fourni des rations alimentaires, des tentes, des bâches, des couvertures, des matelas, des ustensiles de cuisine, des articles d'hygiène et des jerrycans à un millier de sinistrés.

Le mois dernier, le CICR a :

• distribué des rations alimentaires à plus de 2 100 personnes déplacées dans des camps dans le gouvernorat de Saada ;
• soigné et déparasité plus de 60 000 animaux qui constituent la principale source de revenus de centaines de familles dans les districts de Majz, Razih, Al- Dhahir et Shida ;
• dispensé, conjointement avec le ministère de l'Agriculture, une formation de six semaines sur la santé animale à l'intention de 18 personnes provenant de huit districts du gouvernorat d'Amran ;
• fourni environ 500 000 litres d'eau par jour dans huit camps de personnes déplacées à Saada, à des personnes déplacées à Mandaba, et à des habitants de Saada. En outre, 115 000 litres d'eau potable ont été distribués à quelque 1 200 personnes déplacées ou récemment rentrées chez elles dans la ville d'Al-Harf (gouvernorat d'Amran) ;
• donné 500 000 vaccins au ministère de la Santé pour une campagne de vaccination lancée dans le pays à la suite d'une grave épidémie de rougeole ;
• visité des détenus placés sous l'autorité de l'Organisation de sécurité politique à Aden et Taïz, du Département des enquêtes criminelles à Sanaa et Aden, et de la première division blindée à Sanaa. Le CICR a également visité les ressortissants yéménites détenus dans la base américaine de Guantanamo Bay à Cuba. Par ailleurs, il a organisé des appels téléphoniques et des visioconférences entre des Yéménites internés à Guantanamo Bay et dans le centre de détention américain de Bagram en Afghanistan et leurs familles au Yémen.

Informations complémentaires :
Dibeh Fakhr, CICR Sanaa, tél. : +967 711 944 343
Hicham Hassan, CICR Genève, tél. : +41 22 730 25 41 ou +41 79 536 92 57


Photos

 

Camp pour personne déplacées de Al-Jabanah, soutenu par le CICR. 

Camp pour personne déplacées de Al-Jabanah, soutenu par le CICR.
© ICRC / C. Martin-Chicco

Centre de rétention de Sanaa. 

Centre de rétention de Sanaa.
© ICRC / C. Martin-Chicco

Al-Quatat, près de Saada. Un projet du CICR pour assurer l'accès de la population à l'eau potable. 

Al-Quatat, près de Saada. Un projet du CICR pour assurer l'accès de la population à l'eau potable.
© ICRC / C. Martin-Chicco

Unité réservée au femmes dans le centre de santé de Majaz, près de Saada. Ce centre est soutenu par le CICR. 

Unité réservée au femmes dans le centre de santé de Majaz, près de Saada. Ce centre est soutenu par le CICR.
© ICRC / C. Martin-Chicco