• Envoyer
  • Imprimer

Soudan : le CICR poursuit ses efforts au Darfour et se tient prêt à apporter son aide dans d’autres régions

17-01-2013 Point sur les activités

Les combats sporadiques qui ont lieu dans certaines parties du Darfour entre forces gouvernementales et groupes d’opposition armés continuent de faire des victimes parmi les civils. Même dans les régions relativement épargnées par les hostilités, les habitants ont besoin d’aide pour pouvoir retrouver leur autosuffisance.

Le CICR a fourni une assistance à quelque 500 000 personnes au Darfour au cours des neuf derniers mois.

« Grâce aux précipitations abondantes qui sont tombées cette année et aux semences et outils que le CICR a distribués, les agriculteurs du Darfour ont pu accroître la surface cultivée », déclare Jean-Christophe Sandoz, chef de la délégation du CICR au Soudan. Les premières évaluations réalisées après les distributions indiquent que les récoltes seront bonnes et bénéficieront à plus d’un demi-million de personnes. En outre, près de 100 000 personnes ont bénéficié d’un programme de vaccination animale soutenu par le CICR qui a permis d’immuniser plus de 800 000 têtes de bétail appartenant à des communautés nomades. « Les communautés touchées par le conflit sont très vulnérables », indique M. Sandoz. « Nous nous employons à leur apporter une assistance, en coopération avec notre principal partenaire dans le pays, le Croissant-Rouge soudanais. »

Les affrontements continus entre forces gouvernementales et groupes armés dans les États du Kordofan Sud et du Nil Bleu ont fait de nombreuses victimes au cours des derniers mois et ont provoqué une nouvelle vague de déplacements. Des milliers de personnes ont fui de chez elles en quête d’un endroit plus sûr, et bon nombre d’entre elles ont franchi la frontière avec le Soudan du Sud. « Nous avons proposé d’étendre notre présence dans ces régions touchées par le conflit pour procéder à une évaluation impartiale des besoins et venir en aide aux personnes les plus durement touchées », déclare M. Sandoz. « Jusqu’ici, nous n’avons cependant pas obtenu l’accès à ces régions. » En attendant, le CICR s’emploie à aider les réfugiés soudanais au Soudan du Sud, en améliorant notamment l’approvisionnement en eau dans divers camps.

Ci-dessous, un aperçu des activités menées par le CICR dans la région de mars à novembre 2012.

Rôle d’intermédiaire neutre

En sa qualité d’intermédiaire neutre, le CICR a participé à la libération et au transfert de plusieurs détenus, ainsi qu’à la remise au gouvernement soudanais de soldats capturés qui étaient détenus par des groupes d’opposition armés.

En février, le CICR a facilité la libération de cinq ressortissants turcs au Darfour et de 29 ressortissants chinois au Kordofan Sud détenus par des groupes armés. En avril, il a contribué au rapatriement de 13 prisonniers de guerre soudanais libérés par les autorités sud-soudanaises. En juillet, il a facilité le transfert de 63 membres des forces armées soudanaises libérés par un groupe d’opposition armé au Darfour.

En août, conformément au mandat que lui confèrent les Conventions de Genève, le CICR a visité 19 prisonniers de guerre du Soudan du Sud détenus par les autorités soudanaises à Kadugli (Kordofan Sud). Le CICR visite les personnes privées de liberté pour s’assurer qu’elles sont traitées avec humanité et dignité, conformément aux principes du droit international humanitaire. En septembre, les prisonniers de guerre ont été libérés et transportés à bord d’un avion du CICR du Soudan au Soudan du Sud, où ils ont été remis aux autorités. En novembre, le CICR a facilité la libération de trois soldats soudanais détenus par un groupe armé au Darfour.

Assistance d’urgence et soutien aux moyens de subsistance

Le CICR, souvent en coopération avec le Croissant-Rouge soudanais, soutient les personnes nouvellement déplacées en leur distribuant des rations alimentaires d’urgence pour leur permettre de surmonter le traumatisme initial lié à l’abandon de leurs foyers. Il s’emploie également à aider les personnes déplacées de longue date afin qu’elles puissent retrouver leur capacité de subvenir à leurs propres besoins.

Pour améliorer les perspectives à long terme des communautés touchées par le conflit, le CICR a distribué des semences et des outils qui bénéficieront à plus de 500 000 personnes dans la région du Jebel Marra et ailleurs au Darfour. Il a en outre distribué des charrues à ânes à quelque 40 000 personnes. Plus de 450 000 personnes au Darfour ont reçu une assistance alimentaire afin d’éviter que les semences distribuées ne soient consommées et préserver ainsi les récoltes de l’année en cours. « Dans des conditions de grande précarité, les agriculteurs sont souvent confrontés à un choix difficile : planter leurs semences ou les utiliser pour nourrir leur famille », explique l’agent de liaison du CICR, Shamseldeen Abdelrasoul. Le CICR a également apporté son soutien aux centres de recherche agricole d’El Fasher et de Nyala à travers deux projets de multiplication des semences.

Le bétail représente la principale source de revenus des communautés nomades, qui migrent de façon saisonnière à la recherche d’eau et de pâturages. Pour faire en sorte que les animaux restent en bonne santé, le CICR, en coopération avec le ministère des Ressources animales et de la Pêche, a soutenu une campagne de vaccination de près de 820 000 têtes de bétail appartenant à quelque 16 400 familles vivant dans des zones reculées du Darfour. Il a en outre formé plus de 200 personnes à la fourniture de soins vétérinaires de base et modernisé la clinique vétérinaire de Malam, au Darfour Sud.

Les longues distances à parcourir et l’absence de moyens de transport empêchent parfois les personnes d’arriver à temps au marché pour vendre leurs produits agricoles. Pour résoudre ce problème, le CICR a distribué des charrettes à ânes dont bénéficieront 7 200 personnes au Darfour. Les charrettes, qui sont également utilisées pour transporter de l’eau et pour amener des personnes jusqu’aux centres de soins de santé, représentent une source de revenus pour leurs propriétaires.

À la suite des inondations qui ont frappé le Kordofan Sud au mois de juin, le CICR a soutenu les efforts déployés par le Croissant-Rouge soudanais pour venir en aide à quelque 4 200 habitants en leur distribuant des articles ménagers essentiels, tels que bâches, couvertures, jerrycans, vêtements, savon et ustensiles de cuisine. Des articles similaires ont été fournis au Croissant-Rouge pour être distribués à plus de 1 800 ménages touchés par les inondations au Darfour.

Vaste campagne de vaccination

Le CICR continue de soutenir sept centres de soins de santé primaires au Darfour ainsi que, par l’intermédiaire du Croissant-Rouge soudanais, un dispensaire mobile et quatre unités de soins de santé primaires dans l’État du Nil Bleu. Le CICR soutient les centres de soins du Darfour, qui desservent une population d’environ 140 000 personnes, en leur fournissant des médicaments et du matériel médical, en prenant en charge une partie des salaires du personnel et en s’assurant que les établissements sont maintenus aux normes du ministère de la Santé. De mars à novembre 2012, ces centres ont effectué quelque 50 000 consultations générales et administré environ 30 000 vaccins de routine. Ils ont par ailleurs accueilli plus de 8 000 femmes pour des consultations prénatales. Avec le soutien du CICR, plus de 45 000 enfants ont été immunisés contre la poliomyélite et quelque 450 000 personnes contre la méningite.

Début juin, le CICR a apporté son soutien à une campagne de vaccination sur six mois menée par le ministère de la Santé au Darfour Nord, dans des régions où les taux d’immunisation étaient très faibles. Jusqu’en novembre, plus de 50 000 enfants de moins d’un an ont ainsi été vaccinés contre diverses maladies. L’objectif est d’atteindre un taux de vaccination de 80 %.

Des cas de fièvre jaune ont été signalés au Darfour vers la fin du mois d’octobre. Le CICR a été parmi les premières organisations à réagir en fournissant aux hôpitaux des régions concernées du matériel médical et deux tentes pour les chambres d’isolement. Le CICR soutient également la campagne en cours destinée à vacciner plus de 206 000 personnes à Niertiti et Sharq Al-Jabal.

Pour promouvoir des naissances plus sûres, le CICR s’attache à mettre en place un réseau de sages-femmes pour dispenser des soins spécialisés à une population n’ayant qu’un accès limité aux services de santé. En 2012, 27 étudiantes parrainées par le CICR ont obtenu leur diplôme dans les écoles de sages-femmes du ministère de la Santé. Pour sensibiliser la population aux questions de santé, le CICR a également organisé plus de 180 séances d’éducation sanitaire au Darfour, auxquelles ont pris part près de 7 000 personnes.

Le CICR apporte son soutien à sept centres de réadaptation physique gérés par l’Autorité nationale d’orthopédie (NAPO) ainsi qu’à un centre rattaché au Cheshire Home de Khartoum pour la réadaptation des enfants handicapés. De mars à novembre 2012, près de 2 000 patients ont été équipés de prothèses ou d’orthèses et 900 ont reçu des appareils d’aide à la marche. Avec le soutien du CICR, l’Autorité nationale et le Cheshire Home ont également permis à plus de 1 500 patients de recevoir des soins de physiothérapie.

Échange de plus de 9 500 messages

Retrouver la trace de personnes séparées de leurs proches et les aider à rétablir le contact avec leur famille est un service humanitaire d’importance vitale proposé par le CICR et par le Croissant-Rouge soudanais. Cette activité consiste à rechercher des personnes, à réunir des familles et à tenter de savoir ce qu’il est advenu des personnes portées disparues. Entre mars et novembre, le CICR et le Croissant-Rouge soudanais ont collecté et distribué au total plus de 9 500 messages Croix-Rouge (contenant de brèves nouvelles familiales) échangés entre les membres de familles dispersées. Ils ont en outre réuni sept enfants vivant à Khartoum avec leurs familles au Soudan du Sud, et un enfant avec sa famille au Tchad.

Le CICR a poursuivi ses efforts pour faire connaître et respecter le droit international humanitaire, et pour expliquer son propre rôle et les activités qu’il mène. Plusieurs présentations ont été organisées à l’intention de membres des forces armées soudanaises, de membres des forces centrales de réserve de la police, de gardes-frontières, d’officiers de police, de notables communautaires, d’universitaires, de membres d’organisations de la société civile et de journalistes. Le CICR maintient un dialogue permanent avec les forces de sécurité soudanaises et les groupes armés dans le but de faciliter ses activités humanitaires.

En novembre, en coopération avec le CICR, le Croissant-Rouge soudanais a organisé une table ronde sur « Les soins de santé en danger » (initiative du CICR pour sensibiliser aux dangers auxquels sont confrontés les services de santé dans les conflits armés et autres situations d’urgence), conjointement avec des représentants du corps médical militaire et du ministère de la Santé.

Informations complémentaires :
Umar Phiri, CICR Khartoum, tél. : +249 912 178 943
Adil Sharif (pour l’arabe), CICR Khartoum, tél. : +249 91 213 77 64
Jean-Yves Clémenzo, CICR Genève, tél. : +41 22 730 22 71 ou +41 79 217 32 17


Photos

Des citoyens turcs arrivent à Khartoum après leur libération facilitée par le CICR au Darfour. 

Des citoyens turcs arrivent à Khartoum après leur libération facilitée par le CICR au Darfour.
© CICR

Libération de détenus sud-soudanais par les autorités soudanaises à Kadugli, Kordofan Sud.  

Libération de détenus sud-soudanais par les autorités soudanaises à Kadugli, Kordofan Sud.
© CICR

Abyei. Formation aux premiers secours pour des volontaires du Croissant-Rouge soudanais, avec le soutien du CICR. 

Abyei. Formation aux premiers secours pour des volontaires du Croissant-Rouge soudanais, avec le soutien du CICR.
© CICR

Darfour Sud. En janvier 2012, le CICR a distribué des ânes et des charrettes à des femmes déplacées en situation vulnérable à Nyala.  

Darfour Sud. En janvier 2012, le CICR a distribué des ânes et des charrettes à des femmes déplacées en situation vulnérable à Nyala.
© CICR / Yousif

Khartoum. Signature d’un protocole d’accord, en septembre 2011, sur la coopération entre le CICR et les forces armées soudanaises pour l’intégration du droit international humanitaire dans la formation des différentes promotions au sein des forces armées.  

Khartoum. Signature d’un protocole d’accord, en septembre 2011, sur la coopération entre le CICR et les forces armées soudanaises pour l’intégration du droit international humanitaire dans la formation des différentes promotions au sein des forces armées.
© CICR / A. Sharif

Des étudiantes en physiothérapie issues de différentes universités suivent un stage à la NAPO (Autorité nationale d’orthopédie) grâce au soutien du CICR.  

Des étudiantes en physiothérapie issues de différentes universités suivent un stage à la NAPO (Autorité nationale d’orthopédie) grâce au soutien du CICR.
© CICR / Banoune