• Envoyer
  • Imprimer

Yémen : le CICR poursuit ses opérations dans le pays alors que les tensions s’accroissent

29-04-2013 Point sur les activités

La conférence de dialogue national tant attendue a finalement débuté le 18 mars à Sanaa. Pendant ce temps, tous les secteurs de la population ont continué de souffrir des effets des tensions politiques, de l’insécurité économique, des troubles sociaux et du conflit, les pauvres se retrouvant dans un état de vulnérabilité extrême.

Afin que l’aide parvienne à ceux qui en ont besoin, il est essentiel que la nature neutre, impartiale et indépendante des activités des organisations humanitaires, notamment du CICR, soit respectée en tout temps.

Le CICR travaille au Yémen depuis 1962, prêtant assistance aux personnes vulnérables en période de conflit et d’instabilité. Actuellement, entre autres activités, le CICR rénove des centres de soins de santé et contribue au rétablissement de l’approvisionnement en eau des communautés qui vivent dans les zones touchées par le conflit, dans le nord et le sud du pays. D’importants travaux de reconstruction sont en cours à l’hôpital Al-Razi, à Jaar, qui a été endommagé lors des combats en 2012.

Dans le cadre de ses activités d’assistance, le CICR soutient notamment la campagne de vaccination du bétail menée par le ministère de l’Agriculture dans le gouvernorat d’Amran, qui vise à protéger les activités de subsistance des fermiers pauvres en vaccinant jusqu’à un million de moutons et de chèvres.

Conformément à son mandat, le CICR aide les membres des familles dispersées par le conflit à maintenir des liens. Les Yéménites détenus dans des lieux de détention administrés par les États-Unis à Guantanamo et en Afghanistan peuvent communiquer avec leurs proches par le biais d’appels téléphoniques et vidéo, ainsi que par les traditionnels messages Croix-Rouge, transmis par la délégation du CICR à Sanaa.

Entre janvier et mars, le CICR a mené les activités suivantes :

Assistance

En collaboration avec les représentants des communautés, le personnel du CICR fournit une assistance dans les zones touchées par le conflit dans tout le pays, notamment en distribuant des vivres, du matériel de construction d’abris, des articles de ménages, etc. Par ailleurs, les familles déplacées qui rentrent chez elles bénéficient d’un soutien pour leurs activités génératrices de revenus. Entre janvier et mars :

  • plus de 10 750 personnes déplacées et autres personnes vulnérables dans les gouvernorats de Saada et Abyan ont reçu près de 245 tonnes de vivres, notamment du blé, du riz, du sucre et des haricots ;
  • des rations de vivres ont été distribuées de façon ponctuelle à 210 familles de déplacés internes vivant dans des grottes autour d’Al-Manasseh, dans le gouvernorat d’Al-Bayda ;
  • des articles de ménage ont été distribués à plus de 19 000 personnes déplacées dans des zones touchées par le conflit, dans les gouvernorats d’Al-Dhale, Abyan et Al-Bayda ;
  • dans les gouvernorats de Saada et Sanaa, 177 ménages ayant à leur tête une femme ont reçu une aide financière pour mener à bien des projets générateurs de revenus, notamment des boutiques de vêtements, des épiceries, des sociétés de transport et des élevages ;
  • plus de 341 000 moutons et chèvres ont été vaccinés dans 10 districts du gouvernorat d’Amran, dans le cadre de la campagne du ministère de l’Agriculture visant à lutter contre la peste des petits ruminants, menée avec le soutien du CICR.

Conditions de détention

Le CICR visite régulièrement les lieux de détention afin d’observer de près les conditions de détention et le traitement réservé aux détenus. Lorsque les autorités ne sont pas en mesure d’entretenir les infrastructures carcérales, le CICR apporte une aide en contribuant aux rénovations et à l’amélioration de l’approvisionnement en eau, et en menant d’autres activités d’assistance humanitaire. Les services de recherches du CICR aident les demandeurs d’asile et les réfugiés, qui viennent principalement de la Corne de l’Afrique, à retrouver et à rétablir des liens avec les membres de leur famille vivant à l’étranger. Les détenus yéménites en Afghanistan, en Irak et à Guantanamo, et les personnes détenues au Yémen (notamment les demandeurs d’asile, les réfugiés et les travailleurs migrants détenus à Sanaa) communiquent avec leur famille par le biais des messages Croix-Rouge et (en Afghanistan et à Guantanamo) par des appels téléphoniques et vidéo. Entre janvier et mars :

  • le personnel du CICR a visité près de 5 000 détenus lors de 12 visites dans 10 lieux de détention ;
  • des articles de literie, des filtres à eau, et des articles d’hygiène et de divertissement ont été distribués à 1 800 détenus à Sanaa et à Aden ;
  • des améliorations ont été apportées aux réseaux d’approvisionnement en eau et d’assainissement à Sanaa et à Aden, bénéficiant à 970 détenus, et une aire de loisirs a été aménagée pour 100 détenus à Sanaa ;
  • des vivres et des articles d’hygiène ont été distribués chaque mois à environ 150 détenus dans le centre de rétention de Sanaa ;
  • près de 170 demandes de recherches ont été traitées, dont 34 nouvelles demandes. Dix-sept personnes portées disparues ont été localisées et mises en contact avec leur famille ;
  • quelque 1 500 messages Croix-Rouge ont été transmis par le réseau de Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et la délégation du CICR ;
  • 193 messages Croix-Rouge ont été échangés entre les personnes internées à Guantanamo et leur famille au Yémen ;
  • les personnes privées de liberté à Guantanamo et en Afghanistan ont pu communiquer avec leur famille grâce à 44 appels téléphoniques et 46 appels vidéo organisés par le CICR.

Eau et habitat

Les ingénieurs en génie hydraulique et autres collaborateurs du CICR coordonnent avec les autorités, les services des eaux et les communautés locales leurs activités visant à accroître l’efficacité des systèmes de distribution d’eau, à améliorer l’approvisionnement en eau dans les camps pour personnes déplacées, à remettre en état ou à construire des centres de soins de santé et à améliorer les conditions de vie dans les lieux de détention. Entre janvier et mars :

  • 20 projets ont été menés en coordination avec les communautés locales et/ou les services des eaux pour améliorer les systèmes d’approvisionnement en eau, pour près de 1,4 million de personnes vivant dans des zones touchées par le conflit dans les gouvernorats de Saada, Amran, Sanaa, Taiz et Aden ;
  • 188 000 litres d’eau ont été livrés par camion chaque jour pour près de 3 000 personnes déplacées vivant dans le camp de Mandaba et pour 9 600 habitants des zones de la ville de Saada touchées par le conflit ;
  • la construction de nouveaux établissements pénitentiaires et la rénovation de bâtiments existants ont été menées à bien à Sanaa et Aden, ce qui a contribué à améliorer les conditions de vie de quelque 900 détenus ;
  • les travaux de rénovation et de construction se sont poursuivis dans six centres de soins de santé dans les gouvernorats de Saada, Amran, Taiz et Abyan.

Santé et réadaptation physique

Le CICR fournit du matériel médical, des médicaments et des équipements aux hôpitaux, aux dispensaires et aux centres de soins de santé des zones touchées par le conflit pour leur permettre de soigner les malades et les blessés. Le personnel du CICR dispense en outre des formations pour les employés, organise des séminaires et dispense des cours de premiers secours. Une équipe chirurgicale soutient l’unité chirurgicale de l’hôpital Al-Razi à Jaar. Le CICR apporte un soutien à quatre centres de réadaptation physique administrés par le gouvernement en fournissant des composants et d’autres matériaux pour les prothèses, et en les faisant bénéficier de son expertise technique. En coopération avec les autorités yéménites, il fournit aussi un soutien financier permettant à des techniciens yéménites d’aller suivre des formations à l’étranger. Entre janvier et mars :

  • des médicaments, du matériel médical et des formations en cours d’emploi ont été fournis chaque mois aux 12 centres de soins de santé soutenus par le CICR ;
  • une formation en gestion de pharmacie a été dispensée à 10 personnes travaillant dans des centres de soins de santé à Saada, et 28 membres du personnel de santé à Sanaa ont suivi des cours de premiers secours ;
  • le CICR a fourni un soutien technique, logistique et financier au ministère de la Santé publique et de la population pour les campagnes de vaccination contre la polio et la rougeole qu’il mène dans le gouvernorat d’Amran ;
  • une équipe chirurgicale du CICR a continué de fournir un soutien à l’hôpital Al-Razi à Jaar, où elle a participé à 72 des 267 opérations effectuées entre janvier et mars. Le CICR a également fourni des médicaments, du matériel médical et des équipements pour le département de chirurgie de l’hôpital. De plus, une équipe composée d’un chirurgien, d’un infirmier de bloc opératoire, d’un anesthésiste et d’un administrateur d’hôpital a organisé des séminaires sur la prise en charge des patients et une formation en cours d’emploi pour les anesthésistes, les chirurgiens, le personnel infirmier et le personnel chargé de la stérilisation ;
  • quatre cours de premiers secours ont été organisés pour 70 personnes à Abyan et Taiz ;
  • suffisamment de matériel de pansement pour soigner 50 blessés graves ou 500 blessés légers a été donné aux hôpitaux d’Abyan suite aux violences qui ont frappé le gouvernorat ;
  • plus de 6 800 personnes handicapées ont bénéficié de services en janvier et en février dans les quatre centres de réadaptation du gouvernement soutenus par le CICR ;
  • plus de 4 000 séances de physiothérapie ont été assurées dans les quatre centres en janvier et en février ;
  • près de 200 prothèses et quelque 2 800 orthèses ont été fournies pour les patients en janvier et en février.

Droit international humanitaire

Le CICR organise des séances d’information sur le droit international humanitaire pour les forces armées du Yémen et d’autres porteurs d’armes. Il organise en outre des séminaires, des tables rondes et des ateliers sur le droit international humanitaire pour la société civile, notamment les chefs islamiques et tribaux, les organes judiciaires et les médias. Entre janvier et mars :

  • trois participants du Yémen ont suivi le cours régional du CICR sur le droit international humanitaire à Beyrouth ;
  • 25 séances d’information sur le droit international humanitaire et le travail du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont été organisées pour les forces armées du Yémen à Sanaa, Amran et Taiz ;
  • un atelier sur le droit international humanitaire et le respect dû au personnel, aux installations et aux véhicules sanitaires a eu lieu à Saada. Un atelier semblable est prévu à Aden.

Actuellement, le CICR compte au Yémen 57 expatriés et 210 collaborateurs locaux, répartis entre la principale délégation à Sanaa, les trois sous-délégations à Saada, Amran et Aden, et un bureau à Taiz.


Photos

Campagne de vaccination du bétail contre la  

Gouvernorat de Amran, district de Maswar.
Campagne de vaccination du bétail contre la "Peste des petits ruminants".
© ICRC / J. Barry / ye-e-01006

Information session on the rules and principles of international humanitarian law for the military police of Al Mihwar. 

Taïz, Yemen
Scéance de difusion des règles et principes du droit international humanitaire auprès de la police militaire de Al Mihwar.
© ICRC / J. Barry

Centre de soins de Bateis. Jusqu’à 80 personnes se présentent chaque jour au Centre de soins pour une consultation.  

Centre de soins de Bateis. Jusqu’à 80 personnes se présentent chaque jour au Centre de soins pour une consultation.
© CICR / J. Barry

ICRC-supported rehabilitation centre run by the Ministry of Health. An ICRC physiotherapist helps a man learn to walk with an artificial leg. 

Taïz, Yemen
Centre du Ministère de la Santé soutenu par le CICR. Un physiothérapeute du CICR aide un homme à apprendre à marcher avec une prothèse.
© ICRC / Getty / E. Ou / ye-e-00868