• Envoyer
  • Imprimer

Syrie : l’effondrement des services accroît les souffrances de la population

26-08-2013 Point sur les activités

Dans les zones en proie à la violence, l'effondrement des services essentiels exacerbe le malheur de centaines de milliers de personnes.

« Ce n’est pas une vie ! », déclare Bilal, un résident de Damas Campagne. « Nous sommes entassés avec des dizaines d'autres familles dans un bâtiment dont la construction n’est pas achevée, sans eau ni électricité. Même si les bombardements venaient à s’arrêter, nous aurions à supporter la forte chaleur, le bourdonnement des mouches au-dessus de nos têtes et la puanteur qui se dégage des ordures à l'extérieur. »

Les zones en proie à de violents combats, dont Damas Campagne, les parties orientales d'Alep et de Deir Ezzor, ainsi que le gouvernorat de Raqqa, souffrent de l’effondrement de services essentiels, tels l'approvisionnement en électricité et en eau, et le ramassage des ordures.

« Bon nombre des stations d'approvisionnement en eau ont été endommagées et ne peuvent donc plus alimenter les communautés qui en dépendent », explique Jean-Marc Burri, responsable des activités eau et assainissement du CICR en Syrie. « De plus, les services de gestion des déchets, notamment la collecte des ordures, sont quasi inexistants dans certaines zones de combats, ou bien ne fonctionnent que grâce aux efforts de la population locale.
Si cette situation perdure, elle risque d'affecter le bien-être de communautés entières », précise-t-il. « Les amoncellements d'ordures sont des terreaux propices aux maladies et aux parasites. »
Pour éviter toute catastrophe de santé publique, le CICR a lancé un certain nombre de projets visant à améliorer les conditions sanitaires générales. « Nous essayons d'améliorer, autant que possible, les conditions dans lesquelles les personnes touchées par les combats sont contraintes de vivre », indique M. Burri.

Ces deux dernières semaines, les efforts conjoints du CICR et du Croissant-Rouge arabe syrien ont permis le ramassage et l’évacuation des ordures dans le quartier Jisr Al-Haj d'Alep. De plus, des insecticides ont été pulvérisés à Alep et Idlib pour mieux lutter contre les parasites. En outre, les ingénieurs du CICR ont travaillé de concert avec le Croissant-Rouge syrien arabe et les services des eaux locaux pour effectuer des réparations d'urgence dans les zones de combats intenses afin d’assurer l’alimentation en eau salubre.

Depuis le début d’août, en coopération avec le Croissant-Rouge arabe syrien, le CICR a également :

  • fourni aux services des eaux locaux à Damas-Campagne, Damas, Alep, Lattaquié, Sweida, al-Hassakeh, Deir Ezzor, Tartous, Homs et Idlib un soutien technique, matériel et des secours, notamment des pompes et des générateurs ;
  • poursuivi la modernisation des installations eau, assainissement et logement de plus de 45 sites publics dans huit gouvernorats où vivent les personnes déplacées, et achevé les travaux de 14 autres sites dans trois gouvernorats.

La Division santé du CICR a :

  • évalué les besoins de deux hôpitaux à Hama auquel il a fait don de matériel chirurgical pour permettre le traitement complet d’une centaine de patients grièvement blessés ;
  • fourni à la section locale du Croissant-Rouge arabe syrien à Hama une assistance médicale, dont des médicaments pour maladies chroniques permettant de traiter 450 patients ;
  • acheminé au Croissant-Rouge arabe syrien des médicaments pour 2 500 enfants.

La Division assistance du CICR a :

  • distribué des colis alimentaires pour quelque 260 000 personnes dans les gouvernorats de Deir Ezzor, Hama, Alep, Damas-Campagne, Lattaquié, Homs, Idlib et Damas ;
  • fourni des matelas et des couvertures pour 60 000 personnes à Damas Campagne, Homs, Hama, Lattaquié, Deir Ezzor et Damas ;
  • acheminé des ustensiles de cuisine (casseroles, assiettes, tasses et couverts) pour plus de 30 000 personnes à Hama, Homs, Deir Ezzor, Lattaquié et Damas ;
  • distribué des articles d’hygiène (shampoings, savons, produits de lessive, articles d'hygiène féminine) à quelque 70 000 personnes à Hama, Homs, Deir Ezzor, Damas Campagne et Lattaquié.

Informations complémentaires :
Rima Kamal, CICR Damas, tél. : +963 930 33 67 18 ou +963 11 331 0476
Dibeh Fakhr, CICR Genève, tél. : +41 22 730 37 23 ou +41 79 447 37 26
David-Pierre Marquet, CICR Genève, tél. : +41 79 536 9248


Photos

Cité universitaire, Alep. Les ordures s'accumulent, ce qui entraîne des risques pour la santé. 

Cité universitaire, Alep. Les ordures s'accumulent, ce qui entraîne des risques pour la santé.
© Syrian Arab Red Crescent

Sweida. Des ingénieurs du CICR s'entretiennent avec des personnes déplacées dans un camp où le CICR s'emploie à améliorer l'approvisionnement en eau et l'assainissement. 

Sweida. Des ingénieurs du CICR s'entretiennent avec des personnes déplacées dans un camp où le CICR s'emploie à améliorer l'approvisionnement en eau et l'assainissement.
© ICRC / L. Khalil

IDP camp, Sweida. Displaced people are living under poor sanitary conditions. 

IDP camp, Sweida. Displaced people are living under poor sanitary conditions.
© ICRC / L. Khalil

Alep. Un volontaire du Croissant-Rouge arabe syrien utilise un spray insecticide pour prévenir la propagation de maladies. 

Alep. Un volontaire du Croissant-Rouge arabe syrien utilise un spray insecticide pour prévenir la propagation de maladies.
© Syrian Arab Red Crescent