• Envoyer
  • Imprimer

Philippines : aide pour les personnes déplacées et les détenus à Zamboanga

05-10-2013 Point sur les activités

Après plus de trois semaines de combats, la ville de Zamboanga se remet lentement. De nombreux habitants ont perdu non seulement des proches, mais aussi leur logement et leurs moyens de subsistance, et leurs perspectives se sont écroulées.

Tout en continuant à distribuer des rations alimentaires à près de 9 900 personnes déplacées et des secours essentiels à une population qui atteint maintenant les 50 600 déplacés dans divers centres d’évacuation, le CICR et la Croix-Rouge philippine adaptent encore leurs services de façon à répondre aux besoins des personnes  qui doivent faire face à une situation de déplacement de longue durée.  

« Ces personnes ont été exposées à la violence. Maintenant, elles vivent dans des conditions difficiles dans des centres d’évacuation. Tout cela fait beaucoup de stress, surtout pour les personnes vulnérables et les personnes âgées », explique Luca Falqui, médecin du CICR. « Par ailleurs, nous devons fournir de l’eau potable et mettre en place des installations d’assainissement correctes et un système de surveillance des maladies pour éviter le déclanchement d’épidémies. »  

Pour pouvoir se reposer et se rétablir, Annalyn Birong, 21 ans, enceinte et déjà mère de quatre enfants, qui est déplacée depuis le 9 septembre, a été gardée dans l’unité d’observation du centre de soins de santé de base soutenu par la Croix-Rouge philippine et le CICR. « Je suis inquiète pour la santé de mes enfants, dit-elle, parce que je ne sais pas combien de temps nous devrons continuer à vivre de cette façon. »

Ces derniers jours, la Croix-Rouge philippine s’est employée, avec l’aide du CICR, à améliorer les structures d’assainissement et de soins de santé ainsi que les conditions d’existence générales des personnes déplacées, en :

  • installant une unité de soins de santé de base composée de six tentes dans le complexe sportif Joaquin F. Enriquez – unité ouverte 24 heures sur 24 et sept jours sur sept où travaillent des médecins et du personnel infirmier de la Croix-Rouge philippine, du ministère philippin de la Santé et de l’Office de la santé de la ville de Zamboanga. Le personnel médical s’occupe du triage des patients, des évaluations et examens médicaux, des services ambulatoires, des structures d’observation et des soins maternels et infantiles. Depuis le début du conflit, plus de 7 000 personnes ont reçu des soins de santé de base ;  
  • lançant une campagne de vaccination massive comprenant également l’administration de vitamine A, un traitement vermifuge et une évaluation nutritionnelle. À ce jour, 438 enfants de moins de 15 ans en ont bénéficié ;
  • organisant, avec le service d’ambulances de la Croix-Rouge philippine, le transfert immédiat à l’hôpital de 146 patients qui étaient dans un état grave ;
  • faisant installer environ 200 latrines d’urgence par 30 personnes évacuées, qui sont rémunérées dans le cadre d’un programme argent-contre-travail ;
  • lançant une campagne de nettoyage à laquelle participent 139 évacués, ainsi que la construction, par 12  évacués rémunérés dans le cadre d’un programme argent-contre-travail, d’un centre temporaire d’accueil de jour destiné aux enfants.

Parallèlement, des membres du personnel du CICR, dont deux médecins, ont visité et enregistré 230 personnes détenues par les autorités à Zamboanga dans le cadre du conflit. Ils ont pu constater les conditions de détention et le traitement réservés à ces personnes. Celles-ci ont bénéficié d’un examen médical et reçu des vêtements, des pantoufles, du savon, du shampooing et de la pâte dentifrice. Des vivres et des fournitures médicales destinés aux détenus ont en outre été remis aux autorités détentrices.  


Informations complémentaires :
Soaade Messoudi, ICRC Manila, tel: +63 918 907 2125
Allison Lopez, ICRC Manila, tel: +63 908 868 6884
Anastasia Isyuk, ICRC Geneva, tel: +41 22 730 30 23 or +41 79 251 93 02


Photos

L’unité de soins de santé de base de la Croix-Rouge compte six tentes et fonctionne sans interruption pour les personnes évacuées – plus de 70 000 – qui sont hébergées dans le complexe sportif Joaquin F. Enriquez.  

L’unité de soins de santé de base de la Croix-Rouge compte six tentes et fonctionne sans interruption pour les personnes évacuées – plus de 70 000 – qui sont hébergées dans le complexe sportif Joaquin F. Enriquez.
© CICR / Chiara de Leon

Annalyn Birong, enceinte de sept mois de son cinquième enfant, reçoit l’assistance du personnel médical Croix-Rouge de l’unité de soins de santé de base. 

Annalyn Birong, enceinte de sept mois de son cinquième enfant, reçoit l’assistance du personnel médical Croix-Rouge de l’unité de soins de santé de base.
© PRC Zamboanga chapter

Les résidents font la queue pour recevoir leur ration d’eau potable du réservoir souple déployé par le CICR et la Croix-Rouge philippine. Ce réservoir, d’une capacité de 10 000 litres, est rempli environ trois fois par jour. 

Les résidents font la queue pour recevoir leur ration d’eau potable du réservoir souple déployé par le CICR et la Croix-Rouge philippine. Ce réservoir, d’une capacité de 10 000 litres, est rempli environ trois fois par jour.
© CICR / Chiara de Leon