• Envoyer
  • Imprimer

Jordanie : assistance aux réfugiés syriens

08-10-2013 Point sur les activités

Les Syriens qui fuient la violence dans leur pays continuent tous les jours d’affluer en Jordanie en quête d’un lieu sûr. Ils sont, pour la plupart, épuisés et ont désespérément besoin d'aide. En coopération avec le Croissant-Rouge jordanien, le CICR fait tout son possible pour alléger leurs souffrances.

« Lorsqu’ils atteignent la frontière, la plupart des réfugiés ont derrière eux un voyage long et difficile », explique Maan Ibrahim, qui dirige une équipe d'ingénieurs hydrauliciens du CICR en Jordanie. « À leur arrivée, ils ont un besoin urgent d'eau, de vivres, d'abris et parfois de soins médicaux. »

Selon les chiffres officiels, plus de 580 000 Syriens ont trouvé refuge en Jordanie depuis le début des combats qui sévissent dans leur pays. Environ 30 pour cent des réfugiés syriens sont hébergés dans des camps, les autres étant pris en charge par des communautés locales. Les Syriens arrivent en Jordanie avec peu ou pas d'effets, aussi lorsqu’ils traversent la frontière, ils sont reçus tout d'abord dans des points d’accueil où leurs besoins fondamentaux sont pris en charge.

Les réfugiés restent principalement dans les régions du nord, près de la frontière syrienne, par exemple à Irbid, Mafraq, Ramtha ou Zarqa, ce qui met à mal les ressources déjà très limitées. « À ce jour, nous avons fourni des vivres et des articles d'hygiène à plus de 58 000 réfugiés syriens », déclare Nana Chukhua, déléguée du CICR. « Notre objectif consiste essentiellement à aider les réfugiés, mais aussi à alléger le fardeau des communautés locales d'accueil. »

Dans le camp d'al-Zaatari, dans le gouvernorat de Mafraq, au nord-est d'Amman, des milliers de réfugiés syriens désireux d’entrer en contact avec des membres de leur famille en Syrie et ailleurs ont reçu de l'aide du CICR.

« Ceux qui perdent ainsi le contact avec des proches souffrent terriblement de ne pas savoir où ils sont, ni s'ils sont en sécurité ou en bonne santé », précise Ali Abdallah, chef des services de recherche gérés par le CICR dans la délégation d'Amman. « Depuis le début de l'année, plus de 24 000 réfugiés du camp ont pu passer des appels téléphoniques gratuits à leurs familles. »

De janvier à septembre, le CICR a :

  • distribué du riz, du boulgour, des haricots blancs, des lentilles, de l’huile de cuisine, du thon en conserve, du thé, d'autres produits alimentaires ainsi que du savon, du shampoing, de la lessive et des articles similaires pour quelque 58 000 réfugiés syriens hébergés par les communautés locales dans le nord de la Jordanie, en coopération avec le Croissant-Rouge jordanien ;
  • fourni des couvertures, des matelas, des oreillers et des articles d'hygiène pour plus de 100 000 réfugiés syriens qui franchissent la frontière nord-est de la Jordanie ;
  • livré 13 refroidisseurs d'eau potable, 19 réservoirs d'eau et 12 cuvettes pour les réfugiés syriens qui franchissent la frontière nord-est de la Jordanie. Mis en place 20 caravanes préfabriquées, dont 11 servent d’abris, sept pour des toilettes ou des douches, et deux de dispensaires. Quatre générateurs de capacités différentes, cinq pompes à eau et d’autres fournitures (bâches et poubelles, par exemple) ont été fournis pour les réfugiés syriens qui franchissent la frontière nord-est de la Jordanie ;
    acheminé aux services médicaux royaux de Jordanie du matériel de pansement sur une base mensuelle depuis mars. Des secours médicaux en quantité suffisante ont été distribués à ce jour pour traiter quelque 2 500 personnes légèrement blessées, ou quelque 250 personnes grièvement blessées ;
  • livré deux dispensaires entièrement équipés notamment de réfrigération solaire, et de climatisation, dans les zones frontalières reculées du nord-est pour les réfugiés syriens entrant en Jordanie et nécessitant des soins de santé primaires ;
  • organisé un séminaire de trois jours en février dans la ville septentrionale d’Irbid, en coopération avec le ministère de la Santé, au cours duquel 40 chirurgiens syriens et jordaniens ont été formés à la chirurgie de guerre et au traitement des blessés par arme ;
  • aidé plus de 24 000 réfugiés syriens, dont 12 mineurs séparés de leur famille, à maintenir le contact avec d'autres membres de leur famille en Syrie et ailleurs en passant des appels téléphoniques internationaux gratuits. Le CICR a aussi contribué à la réunification d’un enfant syrien de 14 ans avec sa famille en Jordanie ;
  • expédié des couvertures, des matelas, des tapis, des tentes, des vivres, des assortiments d’articles d'hygiène, des ustensiles de cuisine, des secours médicaux et des produits pour le traitement de l’eau depuis la Jordanie pour aider la délégation du CICR en Syrie dans ses efforts visant à venir en aide aux centaines de milliers de civils souffrant des effets du conflit.

Informations complémentaires :
Hala Shamlawi, CICR Amman, tél. : +962 777 398 794
Ewan Watson, CICR Genève, tél. : +41 22 730 33 45 ou tél. : +41 79 244 64 70


Photos

Camp de réfugiés de Zaatari, Mafraq. Des réfugiés syriens attendent leur tour pour téléphoner à leur famille en Syrie devant le bureau du CICR.  

Camp de réfugiés de Zaatari, Mafraq. Des réfugiés syriens attendent leur tour pour téléphoner à leur famille en Syrie devant le bureau du CICR.
© CICR / J. Tobias

Des enfants réfugiés syriens à un point de collecte d'eau à Bustana, dans l'est de la Jordanie. 

Des enfants réfugiés syriens à un point de collecte d'eau à Bustana, dans l'est de la Jordanie.
© CICR / A. Wagnières

Le CICR et le Croissant-Rouge de Jordanie distribuent des colis alimentaires et des articles d'hygiène aux réfugiés syriens vivant dans le gouvernorat d'Irbid, dans le nord de la Jordanie. 

Le CICR et le Croissant-Rouge de Jordanie distribuent des colis alimentaires et des articles d'hygiène aux réfugiés syriens vivant dans le gouvernorat d'Irbid, dans le nord de la Jordanie.
© CICR / Z. Arabyat

Entrepôts du CICR à Amman. Déchargement de nourriture qui va servir à la composition de colis de secours pour la Syrie. 

Entrepôts du CICR à Amman. Déchargement de nourriture qui va servir à la composition de colis de secours pour la Syrie.
© CICR / B. Lamon