• Envoyer
  • Imprimer

Éthiopie : le CICR intensifie ses activités dans les lieux de détention

12-12-2013 Point sur les activités de 01/13

Le CICR a repris ses visites régulières dans les prisons fédérales, tout en intensifiant ses activités dans les prisons régionales de l’Oromia, de l’Amhara, du Harar, du Tigré et de l’Afar.

Les visites de prisons visent à améliorer les conditions de détention des personnes privées de liberté, veiller à ce qu’elles soient traitées humainement et leur permettre de rester en contact avec leur famille. À l’issue de ces visites, le CICR fait part confidentiellement de ses conclusions aux autorités concernées uniquement.

« Le dialogue que nous entretenons actuellement avec les autorités éthiopiennes s’est révélé très positif. Il nous a notamment permis de reprendre nos visites dans les prisons fédérales, et d’accroître peu à peu nos activités de détention dans les différentes régions administratives du pays ; nous nous en réjouissons beaucoup. », indique Ariane Tombet, cheffe de la délégation du CICR en Éthiopie. « En parallèle, nous travaillons à renforcer notre coopération avec la Croix-Rouge éthiopienne. »

Entre janvier et novembre de cette année, le CICR a ainsi vu quelque 30 600 détenus dans le cadre de 25 visites effectuées dans 21 prisons fédérales et régionales.

Rétablissement des liens familiaux

Le CICR et la Croix-Rouge éthiopienne continuent d’aider les membres de familles dispersées en raison de conflits armés –principalement des civils éthiopiens et érythréens séparés de leurs proches par la frontière toujours fermée entre les deux pays, mais aussi des réfugiés soudanais et somaliens vivant dans des camps – à rétablir le contact et à échanger des nouvelles familiales. Quelque 10 000 appels téléphoniques ont ainsi pu être effectués par des réfugiés vivant dans les camps installés dans les régions administratives de Benishangul-Gumuz et de Gambella.

Au cours des 11 premiers mois de l’année, le CICR a enregistré 5 766 demandes de recherche de personnes. Il a aussi collecté et distribué respectivement 2 930 et 2 836 messages Croix-Rouge : 160 collectés auprès de prisonniers, deux adressés à des prisonniers et 97 transmis à des mineurs non accompagnés. Enfin, le CICR et la Croix-Rouge éthiopienne ont permis à des migrants éthiopiens en provenance d’Arabie saoudite de passer gratuitement 5 824 appels téléphoniques – dont 106 ont été effectués par des enfants non accompagnés.

Assistance aux personnes déplacées

Le CICR a collaboré avec les autorités et les collectivités rurales pour améliorer l’accès à l’eau potable pour plus de 100 000 personnes vivant dans des zones rurales frontalières durement éprouvées par le dernier conflit entre l’Érythrée et l’Éthiopie, ou dans des communautés accueillant des réfugiés soudanais, grâce à l’aménagement ou à la remise en état de points de distribution d’eau.

Des habitants d’Asta-golo Kebele, woreda de Dallol, viennent chercher de l’eau potable à un point d’eau récemment construit dans la région de l’Afar.

Plus de 48 000 personnes déplacées à la suite d’affrontements intercommunautaires dans les zones administratives de l’Est Hararghe et de l’Ouest Hararghe (région de l’Oromia) et à Moyale (zone de Borena/région de l’Oromia, à la frontière avec le Kenya) ont reçu du matériel pour la construction d’abris ainsi que des articles ménagers de première nécessité. Dans la zone de Bench Maji (région des nations, nationalités et peuples du Sud), 26 000 personnes de retour dans leur foyer ont reçu des semences et des outils afin de pouvoir se remettre sur pied. En outre, les familles de 140 personnes portées disparues par suite du conflit entre l’Éthiopie et l’Érythrée (1998-2000) et d’une centaine d’anciens prisonniers de guerre du conflit entre l’Éthiopie et la Somalie (1977-1978) ont bénéficié d’un soutien financier et d’une aide à la formation visant à leur permettre de gagner leur vie.

Une équipe CICR/ Croix-Rouge éthiopienne distribue des secours d’urgence à des bénéficiaires à Kumbi, zone administrative de l’Est Hararghe, région de l’Oromia. 

Une équipe CICR/ Croix-Rouge éthiopienne distribue des secours d’urgence à des bénéficiaires à Kumbi, zone administrative de l’Est Hararghe, région de l’Oromia.
© ICRC / Asfaw Senbetu

Le CICR a fourni 1 000 couvertures et 250 matelas à la Croix-Rouge éthiopienne à l’intention d’immigrants éthiopiens de retour d’Arabie saoudite. En outre, plus de 600 personnes de retour au Tigré en provenance d’Érythrée ont reçu des couvertures et des articles d’hygiène.

Réadaptation physique pour les personnes handicapées

Des personnes handicapées jouent au basket au Dires House of Sport d’Addis-Abeba avec des fauteuils roulants fournis par le CICR. 

Des personnes handicapées jouent au basket au Dires House of Sport d’Addis-Abeba avec des fauteuils roulants fournis par le CICR.
© ICRC / Didier Reck

Dans le but d’offrir des services de qualité aux personnes souffrant de handicap, le CICR apporte son soutien à sept centres de réadaptation physique déjà existants et à trois nouveaux centres du même genre qui seront ouverts dans le courant 2014. Environ 6 000 patients, dont beaucoup ont été blessés lors de conflits armés et autres situations de violence, ont été pris en charge par les centres. Les collaborateurs des centres soutenus par le CICR fabriquent et posent des prothèses et des orthèses, et montent des fauteuils roulants pour les handicapés. En tout, 24 fauteuils roulants de basketball – spécialement conçus pour permettre à des personnes handicapées de jouer à ce sport – ont été remis au  Dires House of Sport d’Addis-Abeba (une organisation qui promeut le sport pour les handicapés), à la Commission des sports d’Amhara et à l’Université de Mekele.

En mai, 23 techniciens orthoprothésistes ont été diplômés au terme d’un programme de formation de trois ans dirigé conjointement par le CICR et cinq organismes gouvernementaux. Certains des diplômés seront employés par les nouveaux centres de réadaptation qui ouvriront en 2014. En outre, 24 nouveaux étudiants ont entrepris une formation similaire.

Promotion du droit international humanitaire

Des membres d’une force spéciale de sécurité de la région du Tigray discutent des normes relatives aux droits de l’homme et des principes humanitaires à Mekele. 

Des membres d’une force spéciale de sécurité de la région du Tigray discutent des normes relatives aux droits de l’homme et des principes humanitaires à Mekele.
© ICRC / Mulugeta Belay

Afin de faire mieux connaître le droit international humanitaire, le CICR a organisé plusieurs séances d’information à l’intention de représentants des autorités, des forces armées, des milieux académiques et des médias. Depuis le début de l’année, 125 membres des forces aériennes éthiopiennes ont assisté à des séances de ce genre avant d’être déployés dans le cadre de missions de maintien de la paix à Abyei, une région que se disputent le Soudan et le Soudan du Sud.

Plus de 900 agents des polices fédérale et régionale, 45 membres du parlement, 40 hauts fonctionnaires du gouvernement fédéral et 230 juges et procureurs ont de leur côté pris part à des séances de sensibilisation aux règles de base du droit international humanitaire. Une trentaine de professeurs de droit et 400 étudiants ont également suivi des séances de ce type. Enfin, en collaboration avec la Croix-Rouge éthiopienne, le CICR a présenté les activités du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et les principes de base du droit international humanitaire à plus de 700 représentants des autorités régionales.

Informations complémentaires :
Zewdu Ayalew, CICR Addis-Abeba, tél. : +251 91 161 4336
Sitara Jabeen, CICR Genève, tél. : +41 22 730 24 78 ou +41 79 536 92 31