• Envoyer
  • Imprimer

République centrafricaine : situation dramatique des populations civiles à Bangui

28-12-2013 Point sur les activités

À Bangui, des affrontements continus secouent plusieurs quartiers de la ville et la situation se détériore au détriment de la population. L’insécurité risque de compromettre l’aide humanitaire. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge centrafricaine poursuivent leurs activités d’assistance, notamment en évacuant les blessés.

Pour visualiser les dernières vidéos du CICR et les télécharger en qualité professionnelle, veuillez consulter le site : www.icrcvideonewsroom.org

 

« L’évacuation de blessés touchés par balles ou à l’arme blanche peut être cruciale pour la survie des patients. Nous rappelons à tous les hommes en arme qui participent aux attaques de respecter l’emblème de la croix rouge et de garantir le travail des personnels de santé », déclare Georges Georgantas, chef de la délégation du CICR en République centrafricaine. « Nous avons récemment évacué une douzaine de personnes, dont deux femmes enceintes et deux enfants vers le complexe pédiatrique », ajoute-t-il.

En vertu des principes humanitaires, les personnes blessées pendant les rixes armées doivent être recueillies et soignées sans discrimination. « Une nouvelle équipe composée d'un chirurgien, d'un anesthésiste et d’infirmiers arrive pour renforcer les services hospitaliers et nos ingénieurs vont remettre en état trois salles de traumatologie de l’hôpital communautaire », précise-t-il.

En sus de la prise en charge et de l‘évacuation des blessés, le CICR et la Croix-Rouge centrafricaine participent au ramassage des corps avant leur transfert à la morgue de l’hôpital communautaire de Bangui.

Suite aux attaques urbaines, les déplacés installés sur différents sites de la capitale souffrent de malnutrition, de malaria, et surtout de graves problèmes d’hygiène. Afin de pallier ce risque pour la santé publique, les ingénieurs du CICR ont mis en place un dispositif pour assainir et distribuer l’eau (par exemple, 51 000 litres ont été distribués sur le site de l’aéroport le 24 décembre) et construit des latrines, dont certaines adaptées aux enfants.

Le CICR et la Croix-Rouge centrafricaine appellent tous ceux qui participent à la violence armée à respecter le droit des personnes à vivre dans la dignité et à respecter les principes d’humanité.

Informations complémentaires :
Anastasia Isyuk, CICR Genève, tél. : +41 22 730 3443 ou +41 79 251 9302
ou sur notre site : www.cicr.org