• Envoyer
  • Imprimer

Soudan du Sud : 30 000 personnes déplacées reçoivent de l’aide à Awerial

01-01-2014 Point sur les activités

Des dizaines de milliers de personnes craignant pour leur vie ont fui la violence dans l'État de Jonglei. Elles traversent le Nil et cherchent refuge dans la ville d’Awerial, au centre du Soudan du Sud. Avec l’afflux quotidien de personnes, les besoins humanitaires sont considérables. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge du Soudan du Sud ont commencé aujourd’hui une vaste distribution de secours pour répondre aux besoins immédiats en vivres, en abris, et aux autres besoins.

© Reuters/James Akena

« Des milliers de personnes avancent sur la route qui mène au fleuve, tandis que d'autres attendent des bateaux pour traverser », déclare François Moreillon, chef adjoint de la délégation du CICR, sur place à Awerial. « C'est la plus grande concentration identifiée de personnes déplacées dans le pays à ce jour. Nous prenons des mesures immédiates pour répondre aux besoins vitaux de ces personnes, qui ont déjà dû faire face à d'énormes difficultés. »

Dans un premier temps, le CICR fournira à 30 000 personnes des articles de base (couvertures, bâches, kits de cuisine, jerrycans) et des vivres pour deux semaines. De plus, des kits de pêche sont distribués à plus de 16 000 habitants d’Awerial, dont les ressources sont mises à rude épreuve par cet afflux soudain de personnes déplacées.

« Nous étudierons d’autres possibilités de venir en aide aux personnes qui en ont besoin. Des milliers d'autres personnes devraient encore arriver, principalement des femmes et des enfants, extrêmement vulnérables », précise M. Moreillon. Le CICR suit de près la situation et, en collaboration avec la Croix-Rouge du Soudan du Sud, prendra d'autres mesures si la sécurité le permet.

Ailleurs au Soudan du Sud, le CICR appelle toutes les parties à prendre toutes les précautions possibles pour réduire au minimum les pertes en vies humaines dans la population civile, assurer le respect du droit international humanitaire, et permettre aux personnes d'atteindre les structures de santé en toute sécurité. « Nous sommes alarmés par les rapports d’actes de violence perpétrés contre des civils ces derniers jours », indique Melker Mabeck, chef de la délégation du CICR à Juba. « Nous sommes extrêmement préoccupés par les rapports faisant état d’attaques ciblées de civils et de mauvais traitements. Il faut que les civils soient protégés contre les attaques et la vie humaine doit être respectée ».

Des centaines de personnes ont été blessées depuis que les violences ont éclaté le 15 décembre. Tous les blessés ont droit à des soins de santé. Le personnel médical doit être en mesure de travailler en toute sécurité et les structures de santé ne doivent pas être attaquées.

Depuis le début des combats, le CICR et la Croix-Rouge du Soudan du Sud s’emploient à répondre aux besoins les plus urgents. Le CICR a :

  • déployé trois équipes chirurgicales dans les hôpitaux de Juba, Malakal et Bentiu, fournissant des soins médicaux d'urgence à des centaines de blessés, et d’autres équipes chirurgicales seront bientôt déployées 
  • fourni des trousses contenant des assortiments de pansements, des médicaments et d’autres secours médicaux pour traiter au moins 500 personnes, acheminé des médicaments et d’autres secours médicaux
  • généraux et spécialisés pour traiter quelque 250 patients blessés par arme à Bentiu et des centaines d’autres blessés à Malakal ;
  • acheminé 98 000 litres d'eau potable à l'un des principaux hôpitaux de Juba, où Il a aussi construit huit latrines, et mis en place sept tentes pour accroître l’espace réservé aux patients ;
  • fourni des bâches pour 6 000 personnes et des tentes pour 7 200 personnes dans un camp pour personnes déplacées à Juba ;
  • aidé les familles séparées par les combats à reprendre contact avec leurs proches par téléphone et par des messages écrits ;
  • enregistré des enfants non accompagnés afin de réunir les familles.


Informations complémentaires :
Jacob Kurtzer, CICR Juba, tél. : +211 912360038, jkurtzer@icrc.org
Jean-Yves Clémenzo, CICR Genève, tél. : +41 79 217 32 17, twitter: @JClemenzoICRC