• Envoyer
  • Imprimer

Soudan du Sud : course contre la montre pour faire face aux besoins urgents dans l’État de l’Unité

17-01-2014 Point sur les activités

La reprise des combats dans l’État de l’Unité la semaine dernière a provoqué le déplacement de milliers de personnes. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge du Soudan du Sud s’emploient à répondre aux besoins des personnes déplacées à Leer, où se sont réfugiés des milliers de civils ayant fui les affrontements armés et d’autres formes de violence.

Des personnes déplacées par la violence rassemblées autour d’un point d’eau dans un camp à Bentiu. Le CICR et la Croix-Rouge du Soudan du Sud veillent à mettre en place des points d’eau tels que celui-ci pour assurer l’accès à l’eau potable. ©CICR

Pour aider l’hôpital de Leer à soigner les malades et les blessés, le CICR a envoyé sur place une équipe chirurgicale et a fourni du matériel médical. Il coordonne par ailleurs son action avec celle de la Croix-Rouge du Soudan du Sud pour être le plus efficace possible dans la distribution des secours aux personnes déplacées.

Une infirmière observe l'équipe chirurgicale du CICR en train d'opérer un blessé de guerre à un clinique à Rubkona, l'État de l'Unité, Soudan du Sud. 

Une infirmière observe l'équipe chirurgicale du CICR en train d'opérer un blessé de guerre à un clinique à Rubkona, l'État de l'Unité, Soudan du Sud.
© ICRC

« Beaucoup de femmes et d’enfants ont trouvé refuge où ils ont pu, déclare Jerome Imstepf, responsable des opérations du CICR dans l’État de l’Unité. La situation dans cet État est tellement instable qu’il est impossible de dire ce qu’elle sera demain. Quoi qu’il en soit, le CICR et la Croix-Rouge du Soudan du Sud feront tout ce qui en leur pouvoir pour venir en aide aux personnes touchées par les combats dans cette région. »

« Nous sommes particulièrement préoccupés par l’accès aux soins de santé, ajoute-t-il. Nous rappelons à toutes les parties au conflit que les civils doivent être protégés contre les attaques et que les personnes doivent pouvoir accéder en toute sécurité aux soins de santé. »

Avant la dernière flambée de violence, les chirurgiens du CICR basés à Bentiu, capitale de l’État de l’Unité, avaient déjà réalisé plus de 75 opérations sur des personnes blessées dans les affrontements, et l’institution assurait l’approvisionnement en eau potable de plus de 3 000 personnes déplacées.

Depuis le début de la crise, le CICR a :

  • déployé quatre équipes chirurgicales, dans les hôpitaux de Juba, Malakal, Bentiu et Leer, pour dispenser des soins médicaux d’urgence à des centaines de blessés ;
  • distribué des rations alimentaires pour un mois à quelque 60 000 personnes déplacées à Awerial, dont près de 35 000 ont également reçu des assortiments d’ustensiles de cuisine, des couvertures et des bâches ;
  • fourni aux hôpitaux de Juba et de Bentiu des médicaments, du matériel de pansement et d’autres secours médicaux pour soigner jusqu’à 750 blessés ;
  • distribué plus de 200 000 litres d’eau potable, construit quatre latrines et installé sept tentes pour accroître l’espace réservé aux patients dans l’un des principaux hôpitaux de Juba ;
  • fourni des bâches à 12 000 personnes et des tentes à 7 200 autres dans un camp pour personnes déplacées à Juba ;
  • aidé des membres de familles dispersées par la violence à reprendre contact avec leurs proches, en leur donnant la possibilité de passer des appels téléphoniques ou d’envoyer des messages écrits ;
  • enregistré des enfants non accompagnés en vue de les réunir avec leur famille.

Le CICR intensifie ses activités dans plusieurs régions du Soudan du Sud. Il entend renforcer son action conjointement avec la Société nationale dès que la situation sur le plan de la sécurité le permettra.
 

Informations complémentaires :
Jake Kurtzer, CICR Juba, tél. : +211912360038
Sitara Jabeen, tél. : +41 22 730 24 78 ou +41 79 536 92 31