• Envoyer
  • Imprimer

Soudan du Sud : la situation humanitaire reste préoccupante

12-02-2014 Point sur les activités N° 04/2014

Les besoins restent aigus au Soudan du Sud, où la situation déjà très précaire de milliers de personnes a été exacerbée par les récents combats. Le CICR et la Croix-Rouge du Soudan du Sud continuent d’étendre leurs activités humanitaires pour apporter de l’aide à ceux qui en ont le plus besoin.

Minkamen, Soudan du Sud. Des personnes déplacées font la queue pour recevoir des vivres du CICR. ©CICR/Bucciarelli

« Comme la situation est toujours tendue et imprévisible, les besoins humanitaires continuent de croître », déclare Melker Mabeck, chef de la délégation du CICR au Soudan du Sud. « De nombreuses personnes ont un besoin urgent de vivres, d’eau et d’abris. Beaucoup de familles ont été dispersées. Notre priorité est d’apporter de l’aide rapidement à ceux qui en ont le plus besoin. »

« Nous conduisions déjà une opération humanitaire majeure avant le conflit en décembre, explique-t-il, mais ces dernières semaines le CICR a élargi la portée géographique de ses activités humanitaires, prêtant assistance à un nombre croissant de personnes ayant dû quitter leur foyer en raison des violences et dont les besoins ne cessent de croître. »

Une distribution de rations de vivres pour près de 94 000 personnes a débuté cette semaine dans la localité de Minkamen, dans le comté d’Awerial, là où se trouve la plus grande concentration de personnes déplacées de tout le pays. Chaque famille recevra une ration de vivres. « Nous avons déjà distribué des vivres et d’autres articles essentiels en janvier, mais la situation est terrible et un soutien continu est nécessaire », explique Mireille George, déléguée du CICR responsable de la distribution. « Nous planifions des convois qui nous permettront de distribuer de la nourriture pour ces deux prochaines semaines. Nous espérons que la situation de la population de Minkamen s’améliorera. »

Reprise des activités humanitaires dans plusieurs régions du pays 

Le personnel du CICR a récemment pu se rendre dans plusieurs zones reculées, notamment dans les comtés de Pariang et Malakal, dans le nord de l’État du Jonglei et à l’ouest de Juba, afin de déterminer quels sont les besoins les plus urgents et de se préparer à apporter une assistance aux nombreuses personnes qui y vivent. Le CICR était la première organisation à retourner à Bor, où il a évalué l’impact des violences. « Le marché et les zones résidentielles ont subi d’importants dégâts. Bien que la situation reste tendue, nous étudions déjà comment aider à reconstruire certaines structures », déclare M. Mabeck. Le CICR et la Croix-Rouge du Soudan du Sud ont fourni aux autorités locales plus de 400 sacs mortuaires, ainsi que des articles tels que gants et masques, utiles pour ramasser les corps.

 

Minkamen. Des volontaires sud-soudanais déchargent un camion de vivres du CICR. 

Minkamen. Des volontaires sud-soudanais déchargent un camion de vivres du CICR.
© ICRC / Bucciarelli / ss-e-00377

À Waat, dans le nord de l’État du Jonglei, le CICR a établi une petite base qu’il utilisera pour répondre aux conséquences humanitaires du conflit. Il s’attache à satisfaire les besoins des personnes qui ont fui les violences à Bor ou à Malakal, notamment, et qui vivent dorénavant dans des lieux tels que Waat ou Lankien. Il a également pour priorité d’améliorer les systèmes d’approvisionnement en eau dans ces zones.

Une équipe chirurgicale est revenue à l’hôpital universitaire de Malakal. Malgré des tensions persistantes, elle réalise des opérations chaque jour et soigne les enfants. Le CICR continue d’apporter un soutien aux équipes chirurgicales qui travaillent à l’hôpital militaire de Juba. En tout, le personnel soutenu par le CICR a réalisé plus de 900 opérations et traité plus de 1 250 patients hospitalisés à l’hôpital militaire de Juba, à l’hôpital universitaire de Malakal, à l’hôpital de Bentiu et à l’hôpital de Leer. Deux autres équipes chirurgicales sont déployées dans les zones rurales de l’État du Jonglei.

Depuis que la crise a éclaté, le 15 décembre 2013, en coopération avec la Croix-Rouge du Soudan du Sud et avec le soutien de la Croix-Rouge du Kenya et de plusieurs Sociétés nationales de la Croix-Rouge, le CICR a aussi :

  •  fourni de l’eau potable pour près de 40 000 personnes déplacées à Juba, Malakal, Bentiu, Wunrok, Waat et Lankien ;
  • distribué de la nourriture pour plus de 110 000 personnes à Wau, Bentiu, Juba, Minkamen et Malakal ;
  • distribué des tentes et des bâches que près de 112 000 personnes déplacées à travers le pays pourront utiliser comme abris d’urgence ;
  • fourni des ustensiles de cuisine, du matériel de construction d’abris d’urgence, des jerrycans, des couvertures et d’autres articles de ménage essentiels pour plus de 100 000 personnes ;
  • distribué du matériel de pêche à près de 17 000 personnes dans le comté d’Awerial ;
  • visité plus de 1 630 détenus dans divers lieux de détention ;
  • permis de passer plus de 1 500 appels téléphoniques depuis divers camps pour que les personnes déplacées puissent contacter les membres de leur famille ;
  • enregistré 27 enfants séparés de leur famille. 

Informations complémentaires :
Marco Yuri Jimenez Rodriguez, CICR Juba, tél. : +211 912 360 038
Jean-Yves Clémenzo, CICR Genève, tél. : +41 22 730 22 71 ou +41 79 217 32 17