• Envoyer
  • Imprimer

Zimbabwe : activités du CICR de janvier à mars 2008

03-04-2008 Point sur les activités

Le Zimbabwe continue de faire face à des difficultés majeures, notamment l’inflation effrénée, le chômage, les mauvaises récoltes chroniques et un manque d’accès croissant à l’eau potable et aux services de santé. Voici une vue d’ensemble des principales activités du CICR en faveur des communautés les plus vulnérables au Zimbabwe.

De plus en plus de Zimbabwéens ordinaires ont d’énormes difficultés à subvenir à leurs besoins essentiels. Beaucoup, pour survivre, vivent du commerce transfrontalier, du marché noir et de l'aide qu'ils reçoivent de proches établis à l'étranger. Malgré tous ces obstacles, les communautés rurales réussissent à vivoter.

  Vue d’ensemble  

     

Le CICR est présent depuis longtemps au Zimbabwe et en Afrique australe. La délégation régionale a pour tâche permanente de faire connaître et de faire respecter le droit international humanitaire dans les pays de la région qu’elle couvre. En juin 2006, l’institution a étendu ses activités avec ses programmes de santé, d’approvisionnement en eau et d’assainissement, afin d’aider les Zimbabwéens qui vivent dans les zones rurales éloignées les plus touchées par les problèmes économiques que connaît actuellement le pays.

Dans d’autres pays de la région, et avec l’accord de leurs autorités gouvernementales respectives, le CICR a continué de visiter les personnes détenues en raison de la situation actuelle pour suivre de près les conditions matérielles dans lesquelles elles vivent, le traitement qui leur est réservé et le respect de leurs garanties judiciaires. L’institution a également poursuivi ses activités visant à rétablir le contact entre des membres de familles dispersées vivant dans des camps pour réfugiés.

Le CICR a continué à soutenir les Sociétés nationales de la Croix-Rouge de la région en leur fournissant une assistance matérielle, technique et financière.

  Améliorer la situation des détenus  

Entre janvier et mars, les délégués du CICR ont visité des personnes détenues en Namibie à la suite du soulèvement dans la bande de Caprivi en 1999. En outre, ils ont visité des personnes précédemment détenues dans le centre pour immigrants illégaux de Francistown, au Botswana, puis transférées au camp pour réfugiés de Dukwi (Botswana).

  Rétablir les liens familiaux parmi les réfugiés  

     

De janvier à mars, les collaborateurs du CICR travaillant en Zambie ont poursuivi les activités de rétablissement des liens familiaux entre personnes originaires des pays voisins frappés par un conflit armé, qui vivent maintenant dans des camps pour réfugiés. Dans les pays de la région :

  • quelque 2 000 messages Croix-Rouge ont été échangés au Botswana, au Malawi, au Mozambique, en Namibie, en Zambie et au Zimbabwe ;

  • une fillette de 12 ans originaire de la République démocratique du Congo et vivant dans un camp pour réfugiés en Zambie a pu rejoindre sa famille.

  Soutenir les centres de santé  

Au cours du premier trimestre, le CICR a continué de soutenir 16 établissements de soins de santé situés dans trois districts ruraux du Zimbabwe, en vue d’améliorer l’accès aux soins de santé préventifs et curatifs essentiels, en s’appuyant sur les ressources communautaires. L’institution souhaite aussi améliorer les connaissances et les compétences des membres du personnel infirmier en s’impliquant dans leur formation. Entre janvier et mars 2008 :

  • 2 tonnes de matériel médical et de médicaments de base, comprenant antibiotiques, médicaments antidouleur, antipaludéens, antiparasitaires et fluides pour intraveineuses, ont été distribuées à l'ensemble des 16 centres de santé soutenus par le CICR ;

  • 35 membres du personnel infirmier d’un des districts ont participé au stage de formation sur le nouveau protocole de traitement du paludisme.

  Améliorer l’accès à l’eau potable  

     

Durant les trois premiers mois de l’année, le CICR a continué d’améliorer l’accès à l’eau potable des communautés rurales vivant dans les trois districts mentionnés, où l’institution soutient des structures de santé. Le Fonds de développement des districts, dispositif gouvernemental pour le développement rural, a ainsi reçu un assortiment de pièces de rechange pour l’entretien des pompes à eau manuelles dans deux districts.

À la suite d’un protocole d’accord entre le CICR et la Zimbabwe National Water Authority visant à améliorer la qualité de l’eau et à accroître la quantité d’eau disponible pour les habitants de Harare et des communautés environnantes, l’institution a continué à soutenir la remise en état de la station d’épuration Morton Jaffray. Le CICR a fait don de matériel de laboratoire pour vérifier la qualité de l’eau, d’outils, de pompes pour la station d’épuration et de pièces de rechange pour réparer les fuites sur le principal réseau de distribution d’eau.

  Promouvoir le droit international humanitaire  

Le CICR a continué à faire connaître le droit international humanitaire parmi les dirigeants politiques, les militaires et les policiers. Au cours du premier trimestre de l’année, la délégation a :

  • animé une séance d’information auprès de la police républicaine du Zimbabwe à Masvingo, à environ 300 km de Harare ;

  • facilité l’enseignement d’un module de droit international humanitaire au Zimbabwe Staff College durant le cours de formation du personnel nouvellement recruté, auquel ont participé 74 jeunes officiers des forces armées du Zimbabwe, du Botswana, du Lesotho, du Malawi, de Namibie, du Swaziland et de Tanzanie ;

  • fait une présentation sur la diffusion du droit international humanitaire dans les forces armées durant le stage d’accueil suivi par 12 conseillers juridiques nouvellement recrutés dans les Forces de défense du Zimbabwe ;

  • organisé un atelier de quatre jours sur les principes des droits de l’homme et du droit humanitaire, à l’attention de 25 cadres du personnel pénitentiaire namibien ;

  • facilité la tenue d’un atelier visant à faire connaître la Convention sur les armes biologiques au Zimbabwe, en collaboration avec le haut représentant du chef de la justice militaire du Zimbabwe.

  Coopération avec les Sociétés nationales de la Croix-Rouge  

Durant la période considérée, le CICR a, avec le concours de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération), continué à soutenir la Croix-Rouge du Zimbabwe et les Sociétés nationales du Botswana, du Malawi, du Mozambique, de Namibie et de Zambie dans les activités de recherche de personnes portées disparues, de diffusion du droit international humanitaire, et de préparation aux catastrophes et d'intervention en cas de catastrophe.

En janvier et février, l’institution a participé à trois ateliers sur la gouvernance et la gestion organisés par la Fédération à l’intention des nouveaux membres du Conseil de direction et des cadres supérieurs des Sociétés nationales du Botswana, du Mozambique et de Namibie.