• Envoyer

Revue internationale de la Croix-Rouge, 2009, n° 874 – Victimes de la guerre

Thème : Victimes de la guerre

La notion de « victimes de la guerre » a plusieurs connotations, de son sens strict en droit international – où elle désigne une personne qui a été atteinte par les conséquences d'un acte illicite de caractère international – à son sens le plus large, où elle englobe toutes les personnes que le droit humanitaire s'efforce de protéger dans un conflit armé. De fait, c'est cette dernière acception qui est utilisée dans le domaine de l'action humanitaire. Les préoccupations humanitaires dans un contexte de conflit ou d'autres formes de violence armée, en effet, sont axées sur les êtres humains – les risques, la vulnérabilité et les souffrances auxquels ils sont exposés, et les mesures qui doivent être prises pour prévenir, atténuer ou faire cesser cette souffrance. Ce numéro est consacré aux personnes qui subissent les effets de la violence armée, et à ce qui peut être fait pour quelles soient mieux protégées et aidées et que leur dignité soit davantage respectée.

N° 874 - 2009

Thème : victimes de la guerre

Table des matières

  • Éditorial - RICR juin 2009 No 874
    Toni Pfanner
  • Interview de Khaled Abou Awwad et de Roni Hirshenson
    Khaled Abou Awwad est le directeur général du Forum israélo-palestinien des familles endeuillées. Roni Hirshenson est le président du Forum et l'un de ses fondateurs. (en français)
  • Le sentiment de victimisation collective dans des conflits armés apparemment sans issue
    Daniel Bar-Tal, Lily Chernyak-Hai, Noa Schori et Ayelet Gundar
    Le sentiment de victimisation collective est un état d'esprit résultant du fait qu'un groupe se perçoit comme la cible d'un dommage infligé intentionnellement par un autre groupe. Ce phénomène se révèle être une problématique importante dans les sociétés aux prises avec un conflit apparemment sans issue. Les auteurs de l'article analysent la nature et la genèse de ce sentiment collectif de victimisation dans les conflits, la fonction qu'il remplit pour la société, et ses conséquences.
  • L'identité des victimes et le respect de la dignité humaine : analyse terminologique
    Valerie Meredith
    L'utilisation du terme « victime » en tant que désignation d'une identité peut avoir différentes implications selon qui utilise le terme, le revendique, le rejette ou l'attribue à autrui. Ce terme doit donc être utilisé avec précaution et discernement. L'auteure analyse son utilisation et sa fonction dans différentes circonstances de l'action du CICR. Elle souligne à quel point il est important que le personnel humanitaire soit capable de reconnaître le potentiel et l'identité active d'une personne au-delà de l'étiquette institutionnelle de « victime », afin de respecter la dignité humaine de cette personne.
  • Mécanismes et méthodes visant à mettre en œuvre le droit international humanitaire et apporter protection et assistance aux victimes de la guerre
    Toni Pfanner
    Cet article présente une vue d'ensemble des mécanismes permettant d'améliorer le sort des personnes touchées par les conflits armés. Certains sont fondés sur le droit international humanitaire, mais, de plus en plus, on voit une multiplicité d'acteurs contribuer à la mise en œuvre de ce droit en dehors du cadre prévu à l'origine. Il peut en résulter différentes façons de faire respecter le DIH : le recours aux tribunaux, la pression publique sur les parties à un conflit, voire la recommandation de l'usage de la force. Quoi qu'il en soit, une action humanitaire indépendante de toute visée politique est souvent le seul moyen d'améliorer la situation des victimes de conflits armés. (en français)
  • Assistance internationale aux victimes de l'emploi d'armes nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques : une approche plus réaliste s'impose-t-elle ?
    Robin Coupland et Dominique Loye
    Au niveau international, il n'existe pas de plans à la fois adéquats et sans danger pour l'assistance aux victimes d'un événement nucléaire, radiologique, biologique ou chimique. Cet article passe en revue les problèmes auxquels doivent faire face les organisations humanitaires qui veulent pouvoir déployer des capacités pour venir en aide aux victimes de ce type d'événement, notamment en ce qui concerne la santé et la sécurité du personnel qui sera chargé de cette assistance. (en français)
  • Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) : sa mission et son action
    Doctrine adoptée par l'Assemblée du CICR le 18 septembre 2008. (en français)
  • Les morts de la guerre et leurs sépultures
    Anna Petrig
    Cet article présente une vue d'ensemble des diverses obligations prescrites par le droit international humanitaire (DIH) à l'égard des personnes qui ont perdu la vie dans un conflit armé et de leur lieu de sépulture. Il examine l'applicabilité de ces dispositions en temps de paix, et les raisons pour lesquelles c'est le DIH en vigueur aujourd'hui qui devrait s'appliquer aux questions concernant les morts de la guerre et leurs sépultures, indépendamment de l'époque du décès.
  • Faciliter l'assistance humanitaire – Que disent le droit international humanitaire et le droit international des droits de l'homme ?
    Rebecca Barber
    Un certain nombre d'obstacles, notamment les attaques violentes dont sont la cible des travailleurs humanitaires, restreignent considérablement la capacité des organisations humanitaires à porter assistance à ceux qui en ont besoin. À partir de deux exemples – les crises humanitaires du Darfour et de la Somalie – l'auteure de cet article commente l'obligation incombant aux acteurs étatiques et non étatiques de permettre et de faciliter l'assistance humanitaire. Elle examine en outre dans quelle mesure cette obligation s'étend maintenant aussi à des situations où le refus d'assistance ne menace pas nécessairement la survie de la population civile.
  • La doctrine du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en matière de prévention
    Adoptée par l'Assemblée du CICR le 18 septembre 2008. (en français)
  • La sécurité des opérations du CICR : la sécurité du personnel dans les conflits armés et les situations de violence interne
    Patrick Brugger
    Il est de plus en plus dangereux de mener à bien des actions humanitaires, surtout dans les zones de conflit. Toute organisation humanitaire rencontre de graves problèmes de sécurité, ce qui constitue une menace pour son personnel et nuit aux activités dont les victimes de conflits armés et d'autres situations de violence armée collective ont cruellement besoin. Le présent article présente l'approche générale du CICR en matière de sécurité et décrit les piliers de la politique de sécurité que l'institution applique sur le terrain pour assurer la protection de son personnel. (en français)
  • Livres et articles
    Récentes acquisitions faites par le Centre d’Information et de Documentation, CICR