• Envoyer
  • Imprimer

Revue internationale de la Croix-Rouge : comité de rédaction

01-11-2013

Le Comité de rédaction conseille l’équipe de rédaction sur la politique éditoriale et le choix des thèmes. Il joue un rôle clé dans l’examen des articles soumis pour publication. La nouvelle équipe a pris ses fonctions en mai 2011.

Vincent Bernard 

Vincent Bernard
© CICR

Vincent BERNARD, rédacteur en chef de la Revue internationale de la Croix-Rouge (CICR Genève)

Vincent Bernard est rédacteur en chef de la Revue internationale de la Croix-Rouge depuis octobre 2010. Diplômé de l’Institut des Sciences politiques de Strasbourg, il est titulaire d’une maîtrise en sciences politiques, d’une maîtrise de droit international (Faculté de droit de Strasbourg et King’s College de Londres), ainsi que d’une maîtrise de droit international public de l’Institut de hautes études internationales (IHEI) de Genève. Vincent Bernard était membre de l’équipe de l’IHEI qui a remporté le Concours Jean-Pictet de droit international humanitaire en 1995. Après avoir enseigné pendant deux ans le droit international et le droit international humanitaire à l’Université de Marmara, à Istanbul, il a rejoint le CICR en 1998. Il a travaillé durant 13 ans tant sur le terrain (délégation régionale pour l’Afrique de l’Ouest à Dakar, délégation régionale pour l’Afrique de l’Est à Nairobi et délégation pour Israël et Territoires occupés à Jérusalem), qu’au siège de l’institution, et ce dans différents domaines, comme l’intégration et la promotion du droit international humanitaire, et à différents titres, en tant que chef de secteur pour l’Afrique et comme responsable de l’unité Communication terrain. En 2013, Vincent Bernard a été nommé chef de l'unité Forum pour l'intégration et la promotion du droit.

 

Rashid Hamad Al Anezi 

Rashid Hamad Al Anezi
© CICR

Rachid Hamad AL ANEZI, professeur de droit international, faculté de droit de l’Université du Koweït (Koweït)

Rachid Hamad Al Anezi est professeur de droit international à la faculté de droit de l’Université du Koweït. Il est titulaire d’un doctorat de l’Université de Cambridge (1989), d’une maîtrise de droit de l’Université de Tulane, aux États-Unis, et d’une licence (droit et charia) de l’Université du Koweït (dont il a été vice-doyen de la faculté de droit et chef du département du droit international). R. H. Al Anezi est actuellement associé d’un cabinet d’avocats (International Legal Group). Il est membre permanent de diverses commissions ministérielles, notamment la Commission nationale de droit international humanitaire. Il est membre du Comité de rédaction de la revue de l’Association des avocats du Koweït, ainsi que de la revue publiée par la faculté de droit de l’Université du Koweït. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur le droit international et le droit international humanitaire.

 

Annette Becker 

Annette Becker
© CICR

Annette BECKER, professeure d’histoire contemporaine (France)

Annette Becker est professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense et membre senior de l’Institut universitaire de France. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages sur les deux guerres mondiales et les violences extrêmes infligées aux civils pendant ces conflits (deux sujets – occupation militaire et génocide – retiennent particulièrement son attention). A. Becker a mené des recherches sur la politique humanitaire, le traumatisme et les souvenirs, s’intéressant notamment aux intellectuels et aux artistes. Ses deux ouvrages les plus récents sont Apollinaire, Une biographie de guerre (Tallandier, 2009) et Les cicatrices rouges, France et Belgique occupées 1914-1918 (Fayard, 2010). Elle rédige actuellement un ouvrage consacré à deux témoins importants du XXe siècle et de ses catastrophes, Raphaël Lemkin et Jan Karski.

 

Francoise Bouchet Saulnier 

Francoise Bouchet Saulnier
© CICR

Françoise BOUCHET-SAULNIER, directrice juridique de Médecins sans Frontières (France)

Françoise Bouchet-Saulnier, docteur en droit et magistrat, est directrice juridique de Médecins sans Frontières (MSF) et ancienne directrice de recherche à la Fondation Médecins sans Frontières. Elle est l’auteur de plusieurs livres et articles sur le travail humanitaire, le droit humanitaire et la justice internationale – le Dictionnaire pratique du droit humanitaire, notamment – ainsi que d’un ouvrage sur le Rwanda, Maudits soient les yeux fermés. Elle participe aux travaux visant à définir les droits et responsabilités afférents aux activités humanitaires et médicales de MSF dans les situations de conflit armé ou de tensions internes, ainsi que les droits et les devoirs des personnels de santé appelés à prendre en charge les malades, les blessés et les victimes de violences sexuelles et à interagir avec les systèmes judiciaires. Elle enseigne actuellement à l’Institut d’Études politiques de Paris et à l’Institut catholique de Paris dans le cadre du programme de maîtrise.

 

 

Alain Délétroz 

Alain Délétroz
© CICR

Alain Délétroz (Suisse), Directeur exécutif à Bioma SA (Suisse), chercheur adjoint principal à la Fundación para las Relaciones Internacionales y el Diálogo Exterior, FRIDE, (Espagne)

De nationalité suisse et française, Alain Délétroz a décidé de rejoindre le secteur privé après plus de vingt années de travail dans des zones de conflit ou dans des pays sous de fortes tensions politiques. Ses domaines d'expertise incluent la Russie, le Caucase Nord / Sud et l'Asie centrale; le Brésil et les pays andins; l'Afrique de l'Ouest; l'évaluation et la résolution des conflits; les réformes démocratiques et l'aide humanitaire. Son parcours professionnel l'a notamment conduit à occuper les postes de : Vice-président (Europe) à l'International Crisis Group, Bruxelles (2002-2013), Directeur de l'Open Society Institute, Tachkent (1998-2002); M. Délétroz a travaillé pour le Comité international de la Croix-Rouge à Moscou (1994-1998) et pour des projets d'alphabétisation des adultes et de renforcement des capacités à Puno, Pérou (1986-1991).

 

 

Helen Durham 

Helen Durham
© CICR

Helen DURHAM, conseillère juridique, Croix-Rouge australienne (Australie)

Helen Durham est conseillère stratégique (droit international) de la Croix-Rouge australienne et Senior Fellow à la faculté de droit de Melbourne. Elle est titulaire d’un doctorat en droit international humanitaire (DIH) et droit pénal international ; elle a obtenu les titres de barrister (avocat plaidant) et de solicitor (avocat conseil) auprès de la Cour suprême de Victoria et de la Haute Cour d’Australie. H. Durham a été cheffe de bureau à la délégation du CICR à Sydney, puis conseillère juridique à la délégation régionale du CICR pour le Pacifique ; elle a effectué plusieurs missions de courte durée pour le CICR (Birmanie, Aceh et Philippines). Pendant la période 2006-2008, elle a occupé le poste de directrice, Recherche et Développement, au Asia Pacific Centre for Military Law ; elle a également été en charge du DIH au sein de la Croix-Rouge australienne. H. Durham est l’auteur d’un certain nombre d’ouvrages et articles collectifs sur le DIH ; l’ouvrage le plus récent dont elle est co-auteur est paru sous le titre Documents on the Law of UN Peace Operations (Oxford, 2010). Elle enseigne actuellement dans le cadre du programme de maîtrise de droit à la faculté de droit de Melbourne et mène un certain nombre de projets de recherche : parmi les thèmes de ces projets figurent la responsabilité de protéger (The Responsibility to Protect / R2P) et le DIH, le cadre juridique du déploiement international de forces de police et, enfin, les questions de genre et le DIH.


 

Mykola Gnatovskyy 

Mykola Gnatovskyy
© CICR

Mykola M. GNATOVSKYY, professeur de droit international (Ukraine)

Mykola Gnatovskyy est professeur associé de droit international à l’Institut des relations internationales de l’Université nationale Taras Chevtchenko, à Kiev, où il enseigne le droit international humanitaire (DIH), le droit pénal international et le droit international général. M. Gnatovskyy est membre du Comité européen pour la prévention de la torture et des traitements inhumains ou dégradants. Il est également secrétaire académique de l’Association ukrainienne de droit international, sous-rédacteur en chef de la Revue ukrainienne de droit international et rédacteur en chef exécutif de l’Annuaire ukrainien de droit international. Il est l’auteur d’un certain nombre de publications sur le DIH, les droits de l’homme et le droit pénal international.

 

 

Bing Bing Jia 

Bing Bing Jia
© CICR

Bing Bing JIA, professeur de droit international (Chine)

Bing Bing Jia est professeur de droit à la faculté de droit de l’Université Tsinghua, à Beijing. Il est titulaire d’une licence en droit (Université de Pékin, 1989) et d’un doctorat (Université d’Oxford, 1995). Le droit international général, le droit international humanitaire et le droit pénal international constituent son domaine d’expertise. B. B. Jia a été juriste à la Chambre d’appel du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), à La Haye, de 2002 à 2004 ; juriste à la Chambre de première instance III du TPIY, de 2000 à 2002 ; juriste-adjoint à la Chambre d’appel du TPIY et du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) de 1998 à 2000 ; assistant juridique auprès des Chambres d’appel du TPIY et du TPIR, de 1996 à 1998. Il est l’auteur de plusieurs publications sur le droit international public et la justice pénale internationale, en particulier.

 

 

Abdoul Aziz Kébé 

Abdoul Aziz Kébé
© CICR

Abdoul Aziz KÉBÉ, professeur d’études islamiques (Sénégal)

Abdoul Aziz Kébé est professeur d’études islamiques au sein du département arabe de l’Université Cheikh Anta Diop, à Dakar. Membre éminent de la confrérie Tidjaniya au Sénégal, A. A. Kébé est un analyste avisé de la société, de l’État et de l’Islam en Afrique de l’Ouest. Figure active de la société civile sénégalaise, il est engagé dans diverses actions (défense des droits des femmes, campagnes contre l’excision, initiatives pour la prévention du sida/VIH). Il entretient de nombreux contacts avec les universités, les institutions religieuses et les dirigeants des pays d’Afrique occidentale et du Moyen-Orient. A. A. Kébé a été tour à tour expert et consultant auprès de différentes organisations internationales et agences des Nations Unies. En coopération avec le CICR, il dirige dans son université un atelier destiné aux étudiants postuniversitaires, intitulé « Islam - sociétés en mutation ». En tant qu’expert externe, conseiller et ami de l’institution, il a participé à plusieurs réunions organisées depuis 2006 en Afrique par le CICR.

 

 

Elizabeth Salmón 

Elizabeth Salmón
© CICR

Elizabeth SALMÓN, professeure de droit international (Pérou)

Elizabeth Salmón est professeure à la faculté de droit de l’Université pontificale catholique du Pérou ; directrice académique de l’Institut pour la démocratie et les droits de l’homme de cette même université, elle y coordonne le programme de maîtrise en droits de l’homme. Titulaire d’un doctorat en droit international de l’Université de Séville, en Espagne, E. Salmón est l’auteur de plusieurs publications sur le droit international public, le droit international des droits de l’homme, le droit pénal international, le droit international humanitaire et la justice transitionnelle. Elle a été consultante auprès des ministères péruviens de la Justice et de la Défense, ainsi qu’auprès de la Commission péruvienne Vérité et Réconciliation et auprès des Nations Unies et du Comité international de la Croix-Rouge ; elle a été professeure invitée à l’Université de Bordeaux (France) et à l’Universidad Externado de Colombia, à Bogotá (Colombie). 

 

Marco Sassòli 

Marco Sassòli
© CICR

Marco SASSÒLI, professeur de droit international (Suisse)

Marco Sassòli, de nationalité suisse et italienne, est professeur et directeur du Département de droit international public et organisation internationale de l’Université de Genève ; il reste professeur associé de l’Université du Québec, à Montréal, où il a enseigné le droit international de 2001 à 2003. M. Sassòli préside le Conseil de fondation de l’Appel de Genève, une ONG qui vise à amener les groupes armés non étatiques à prendre l’engagement de respecter les normes humanitaires ; il est également vice-président du conseil d’administration du Conseil international sur les politiques des droits humains. Il est titulaire d’un doctorat en droit de l’Université de Bâle (Suisse) et membre du Barreau suisse. Il a également été Secrétaire exécutif de la Commission internationale de juristes et greffier à la Cour suprême suisse. Il a travaillé de 1985 à 1997 pour le Comité international de la Croix-Rouge : au siège, à Genève, il a notamment été chef-adjoint de la Division juridique ; sur le terrain, il a notamment été chef de délégation en Jordanie et en Syrie et coordinateur Protection en ex-Yougoslavie. En 2011, le professeur Sassòli prendra une année sabbatique et effectuera une mission de six mois en tant que conseiller juridique pour le CICR au Pakistan.

 

 

Yuval Shany 

Yuval Shany
© CICR

Yuval SHANY, professeur de droit international à l’Université hébraïque de Jérusalem (Israël)

Yuval Shany est titulaire de la Chaire Hersch Lauterpacht (droit international) à la faculté de droit de l’Université hébraïque de Jérusalem. Il siège actuellement au conseil du Forum de droit international de l’Université hébraïque ; il est directeur du projet PICT sur les cours et tribunaux internationaux ; il est membre du comité de pilotage du projet DOMAC (évaluation de l’impact des tribunaux internationaux sur les procédures pénales internes dans les affaires relatives à des atrocités de masse ; il est Senior Research Fellow à l’Institut israélien pour la démocratie. Y. Shany est titulaire de diplômes de droit décernés par l’Université hébraïque (licence en droit cum laude, 1995), par l’Université de New York (maîtrise de droit, 1997) et par l’Université de Londres (doctorat, 2001). Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur les tribunaux internationaux et sur les tribunaux d’arbitrage, ainsi que sur d’autres questions de droit international (droits humains internationaux et droit international humanitaire, notamment). Il a reçu en 2004 le prix de l’American Society of International Law Book (bourse d’études juridiques) et en 2008 une subvention du Conseil européen de la Recherche, accordée aux directeurs de recherches faisant œuvre de pionniers. Y. Shany a enseigné dans plusieurs facultés de droit en Israël ; ces dernières années, il a été chercheur invité aux universités de Harvard et d’Amsterdam, ainsi que professeur invité dans plusieurs facultés de droit aux États-Unis (Université de Georgetown, Université du Michigan, Université de Columbia) et en Australie (Université de Sydney).

 

 

Hugo Slim 

Hugo Slim
© CICR

Hugo SLIM, chercheur invité au Oxford Institute for Ethics, Law and Armed Conflict, Université d’Oxford (Royaume-Uni)

Hugo Slim a travaillé dans le milieu universitaire, les organismes humanitaires et le monde des affaires. De 1983 à 1993, il a dirigé des opérations humanitaires dans plusieurs pays et régions (Maroc, Soudan, Éthiopie, Bangladesh et Moyen-Orient) pour Save the Children Royaume-Uni et pour les Nations Unies. Maître de conférences en humanitarisme international à l’Université d’Oxford Brookes de 1994 à 2003, H. Slim a dirigé, pour le compte de grandes ONG et agences des Nations Unies, d’importantes évaluations relatives à des actions de secours humanitaire et de développement menées dans plusieurs régions d’Afrique. Il est membre du Conseil d’Oxfam GB et conseiller international de la Croix-Rouge britannique. Pendant la période 2003-2007, il a été chercheur en chef au Centre pour le dialogue humanitaire, à Genève, où il a mené des recherches importantes sur la protection des civils. En 2007, il a été l’un des directeurs fondateurs de Malachite, société dont il est chargé d’introduire les services de Conseil international au Royaume-Uni ; il a en outre dirigé des équipes de cette société dans 12 pays africains, ainsi qu’en Inde et en Irak. Lauréat de plusieurs distinctions académiques, H. Slim est l’auteur de Killing Civilians: Method, Madness and Morality in War, ainsi que de plus de soixante articles académiques. Il est titulaire d’une maîtrise en théologie de l’Université d’Oxford et d’un doctorat en éthique humanitaire de l’Université d’Oxford Brookes. Il est actuellement chercheur invité au Oxford Institute of Ethics, Law and Armed Conflict de l’Université d’Oxford.

 

 

Gary Solis 

Gary Solis
© CICR

Gary D. SOLIS, professeur associé de droit, université de Georgetown (États-Unis)

Gary Solis enseigne le droit de la guerre dans deux facultés de droit à Washington : l’Université de Georgetown et l’Université George Washington. Il est professeur de droit retraité de l’Académie militaire des États-Unis, à West Point – il y a dirigé pendant six ans le programme Droit de la guerre ; en 2007, il a été chercheur en résidence à la Bibliothèque du Congrès, à Washington. Lieutenant-colonel du Corps des Marines, G. Solis compte 26 années de service actif et, notamment, deux missions au Vietnam. Il a obtenu ses diplômes de droit à l’Université de Californie, à Davis, et à l’Université George Washington, à Washington. Il a obtenu son doctorat (en droit de la guerre) à la London School of Economics and Political Science, au sein de laquelle il a ensuite enseigné pendant trois ans. Il a publié Marines and Military Law in Vietnam et Son Thang: an American War Crime, ainsi que The Law of Armed Conflict, ouvrage récompensé par le Certificat de Mérite de l’American Society of International Law (ASIL) en 2011.

 

 

Nandini Sundar 

Nandini Sundar
© CICR

Nandini SUNDAR, professeure de sociologie, Delhi School of Economics (Inde)

Nandini Sundar est professeure de sociologie à la Delhi School of Economics, Université de Delhi. De 2007 à 2011, elle a co-édité la principale revue indienne de sociologie, Contribution to Indian Sociology. Parmi ses publications figurent Subalterns and Sovereigns: an Anthropological History of Bastar (2e éd., 2007), Branching Out: Joint Forest Management in India (2001), ainsi que plusieurs ouvrages collectifs. En 2010, elle a reçu le Prix Infosys dans la catégorie des Sciences sociales (Anthropologie sociale) « en reconnaissance de sa contribution en qualité d’analyste exceptionnelle des identités sociales, y compris des tribus et des castes, et de la politique de la connaissance dans l’Inde moderne ». Elle a été membre de plusieurs commissions gouvernementales relatives aux Tribus répertoriées (peuples autochtones) de l’Inde, et elle siège au conseil de plusieurs institutions de recherche et ONG. Depuis 2005, elle participe à une importante campagne contre les violations des droits humains et du droit humanitaire commises dans le centre de l’Inde, à l’origine notamment des litiges portés devant la Cour suprême de l’Inde, au nom des peuples autochtones auprès desquels elle a travaillé pendant de nombreuses années. La citoyenneté, la guerre et la contre-insurrection en Asie du Sud, les peuples autochtones (leur identité et la politique adoptée en Inde à leur égard), la sociologie du droit et l’inégalité retiennent aujourd’hui son intérêt. Ses écrits publics sont disponibles (en anglais seulement) sur le site http://nandinisundar.blogspot.com

 

 

Fiona Terry 

Fiona Terry
© CICR

Fiona TERRY, chercheur indépendant sur l’action humanitaire (Australie)

Au cours de ces vingt dernières années, Fiona Terry a consacré la plus grande partie de son activité à des opérations humanitaires en cours dans différentes régions du monde (nord de l’Irak, Somalie, région des Grands Lacs africains, Libéria et Soudan, notamment). Pendant la période 2000-2003, elle a été directrice de recherche pour Médecins sans Frontières à Paris, travaillant sur la Corée du Nord, la Sierra Leone et l’Angola, avant de passer trois ans pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Myanmar. Titulaire d’un doctorat en relations internationales et sciences politiques de l’Australian National University, à Canberra, F. Terry est l’auteur de Condemned to Repeat? The paradox of humanitarian action (Cornell University Press, 2002), ouvrage auquel a été décerné en 2006 le prix Grawemeyer (récompensant les idées qui sont de nature à améliorer l’ordre mondial). Plus récemment, elle a enseigné à l’Université Duke, à Durham, en Caroline du Nord, et elle a mené plusieurs études approfondies pour le compte du CICR, y compris sur la pratique de la neutralité au Soudan et en Afghanistan et sur la protection des soins de santé en Afghanistan. Elle est actuellement basée à Katmandou, au Népal.

 

 

Peter Walker 

Peter Walker
© CICR

Peter WALKER, directeur du Feinstein International Center, Université de Tufts, Boston (États-Unis)

Directeur depuis septembre 2002 du Feinstein International Center et actif depuis 1979 dans les domaines du développement et de l’intervention en cas de catastrophes, Peter Walker a travaillé dans plusieurs pays africains pour un certain nombre d’ONG et organisations environnementales britanniques. Il a également été professeur d’université et directeur d’une société de vente en gros de produits alimentaires. En 1990, P. Walker a rejoint la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, à Genève : il y a dirigé pendant dix ans le département des politiques en cas de catastrophe avant de prendre à Bangkok le poste de chef des programmes régionaux de la Fédération pour l’Asie du Sud-Est. Il s’est rendu à maintes reprises dans des pays du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Europe orientale et de l’ex-Union soviétique, et il a publié de nombreux articles sur des sujets aussi divers que le développement des connaissances autochtones, les systèmes d’alerte précoce en cas de famine, le rôle des forces armées dans les secours en cas de catastrophe. P. Walker a fondé et dirigé le Rapport sur les catastrophes dans le monde et a joué un rôle de premier plan dans la conception et l’élaboration tant du Code de conduite pour les travailleurs humanitaires que des normes Sphère (normes minimales pour les interventions lors de catastrophes).