• Envoyer
  • Imprimer

Relations du CICR avec les forces armées

29-10-2010 Introduction

Entretenir un dialogue avec les forces armées fait partie intégrante de l'action que le CICR mène à travers le monde. Le but visé est de faire en sorte que celles-ci, à tous les niveaux, connaissent et appliquent dans leurs opérations le droit international humanitaire et le droit international des droits de l'homme, et facilitent l'action humanitaire en faveur des victimes de conflits. À cette fin, le CICR maintient des relations avec les forces armées de quelque 160 pays.

 

 

© ICRC / T. Gassmann / ch-e-00173

La plupart des membres du personnel du CICR qui travaillent sur le terrain dialoguent avec des militaires d'une façon ou d'une autre, que ce soit à des postes de contrôle, lorsqu'ils visitent des détenus incarcérés dans des casernes ou lorsqu'ils s'efforcent de retrouver la trace de personnes portées disparues. En outre, 32 délégués spécialisés, pour la plupart d'anciens officiers, sont en poste dans un certain nombre de délégations un peu partout dans le monde, d'où ils maintiennent un dialogue avec les forces armées d'un ou de plusieurs pays de leur région d'affectation. En cas de conflit armé ou de catastrophe, lorsque des questions de coordination doivent être réglées entre des autorités militaires et le Mouvement, le CICR peut renforcer cette présence de spécialistes. L'ensemble du personnel du CICR contribue au dialogue avec les forces armées, dans un cadre unifié : les relations avec tous les porteurs d'armes.

Les délégués du CICR auprès des forces armées permettent à l'institution de mieux connaître celles-ci et de maintenir des contacts avec des personnes clés à différents niveaux. Ils facilitent aussi les opérations du CICR en familiarisant les milieux militaires avec son mandat, son mode de fonctionnement et ses activités, ainsi qu'avec le cadre juridique applicable. Pour ce faire, ils participent à des conférences, à des exercices ou à des séances d'information précédant le déploiement de troupes.

Les délégués spécialisés aident les forces armées dans leurs efforts pour diffuser les règles de droit international humanitaire ou de droit international des droits de l'homme, intégrer ces règles dans la doctrine, la formation et l'instruction militaires et se doter d'un régime de sanctions disciplinaires et pénales pour les cas de violation du droit. Ils apportent leur concours à leurs collègues du CICR ou dialoguent directement avec les forces armées sur des questions de conduite des hostilités ou de maintien de l'ordre. Les délégués travaillant sur le terrain bénéficient, dans leur dialogue avec les forces armées, du soutien d'une unité spécialisée du siège du CICR : l'unité chargée des relations avec les porteurs d'armes.