• Envoyer
  • Imprimer

Coopération avec les Sociétés nationales

29-10-2010 Introduction

Le CICR coopère avec les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ainsi qu'avec leur Fédération internationale afin de répondre de manière concertée, rationnelle et rapide aux besoins humanitaires des personnes victimes d'un conflit armé ou de toute autre situation de violence interne. Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est le plus grand réseau humanitaire du monde et agit de manière neutre et indépendante afin de venir en aide à toutes les victimes.

La coopération est l'un des quatre piliers de l'action du CICR, avec la protection, l'assistance et la prévention. Elle revêt quatre aspects: 

 

La coopération opérationnelle

 

Dans un pays touché par un conflit armé, le CICR et la Société nationale de ce pays -partenaire naturel et privilégié du CICR - mettent en commun leurs capacités opérationnelles. Au-delà de l'urgence, ce partenariat doit permettre à la Société nationale de mieux répondre aux besoins humanitaires des personnes les plus vulnérables de son pays.

 

La coopération opérationnelle recouvre des activités diverses, telles que la fourniture de premiers secours et de soins de santé, la distribution de vivres, l'évacuation des blessés de guerre ou le rétablissement des liens familiaux.

 

Ce type de coopération peut également s'étendre aux Sociétés nationales désireuses de travailler hors de leur pays, dans des contextes où le CICR est présent. Dans ce cas, ces Sociétés nationales peuvent contribuer aux opérations du CICR :

 

  • en assurant la gestion complète de projet que le CICR leur a délégué;
  • en contribuant financièrement aux opérations du CICR;
  • en offrant des dons en nature et/ou de matériel et
  • en prêtant du personnel.

 

La coordination des composantes du Mouvement

 

Selon une répartition des rôles au sein du Mouvement, adoptée par l'ensemble des composantes, le CICR est l'institution directrice dans les situations de conflit ou de violence interne. Cela signifie que le CICR, en plus de ses propres opérations, coordonne les activités des composantes du Mouvement présentes dans le pays, en maximisant la complémentarité des mandats et des compétences.

 

Le CICR est également en charge des contacts avec les parties au conflit afin d'assurer l'accès à toutes les victimes et de fournir, à l'ensemble des acteurs du Mouvement présents, des règles claires de sécurité et de communication.

 

Le renforcement des capacités des Sociétés nationales

 

Sur la base de son mandat statutaire et grâce à son savoir-faire opérationnel, le CICR transmet aux Sociétés nationales son expertise dans les domaines suivants :

 

  • la promotion du DIH et des Principes fondamentaux du Mouvement;
  • l'aide d'urgence et les soins de santé pour les victimes de conflit;
  • le rétablissement des liens familiaux;
  • l'éducation aux risques des mines;
  • le renforcement de bases légales et des statuts des Sociétés nationales.

 

Le CICR planifie ses programmes de renforcement des capacités des Sociétés nationales avec la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, celle-ci ayant la responsabilité de coordonner ce type de soutien.

 

Parce que chaque Société nationale a un plan de développement propre, le CICR collabore avec elle dans le respect de ses méthodes de travail et des cultures locales. Le renforcement des capacités peut se faire autant en temps de paix que lors d'un conflit armé.

 

La coopération pour l'élaboration de politiques du Mouvement


En tant qu'organe fondateur du Mouvement, le CICR participe activement à l'élaboration et à la mise en œuvre de politiques relatives au Mouvement, adoptées lors des réunions statutaires, telles que le Conseil des Délégués ou la Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.


Photos

Lebanon. Lebanese Red Cross volunteers distribute ICRC hygiene kits and blankets to internally displaced persons. 

© ICRC / Marko Kokic / v-p-lb-e-00164h