• Envoyer
  • Imprimer

Sécurité économique

29-10-2010 Introduction

En œuvrant pour la sécurité économique, le CICR veut permettre aux communautés et aux ménages touchés par un conflit ou d'autres situations de violence armée de subvenir à leurs besoins essentiels et de conserver ou de retrouver des moyens d'existence stables. Les activités de l’institution vont de la distribution de secours d’urgence (nourriture et articles ménagers de première nécessité) aux programmes favorisant une production alimentaire durable et aux initiatives microéconomiques. Elles visent à répondre aux besoins essentiels – nourriture, abri, accès aux soins de santé et éducation. Les activités déployées pour promouvoir la sécurité économique sont étroitement liées aux programmes mis en œuvre dans les domaines de la santé et de l’eau et l’habitat. Elles font partie intégrante de la mission du CICR, qui consiste à protéger les victimes de conflits.

Le CICR a défini quatre niveaux de crise selon le degré de couverture des besoins essentiels, et adapte son action en conséquence. En situation de pré-crise ou de crise aiguë, il s'agit de faire face aux besoins essentiels ; le but est de sauver des vies. En situation de crise chronique ou d’après-crise, la réponse vise à promouvoir la consolidation et/ou la reconstruction économique ; le but est de renforcer les moyens d’existence. L’unité Sécurité économique évalue les besoins auprès des ménages afin d'obtenir des informations de première main.

Les actions menées peuvent consister à fournir directement des services, à pallier aux insuffisances des prestataires de services habituels, à soutenir les prestataires locaux, à convaincre les autorités d’assumer leurs responsabilités ou à inciter des tiers à agir.

Les secours ont pour but premier de sauver des vies et de protéger les moyens d’existence lorsqu’ils sont directement menacés. Il s’agit de fournir aux personnes des biens essentiels à leur survie, tels qu'articles ménagers, nourriture, semences et outils. En parallèle, les délégués du CICR maintiennent le dialogue avec les différents acteurs en présence pour améliorer la protection des populations menacées.

L’aide à la production vise à stimuler la production alimentaire, à générer des revenus et, en fin de compte, à assurer la pérennité des moyens d’existence. Il s’agit donc de préserver les ressources du ménage et de la communauté, comme l’agriculture et le bétail. L’aide à la production consiste notamment à vacciner, à sélectionner et à reconstituer les troupeaux d’élevage, à distribuer des outils agricoles, des semences et du matériel de pêche, à lancer des projets microéconomiques et à renforcer les capacités.

L’aide structurelle, apportée principalement lors de crises chroniques et après les crises, vise à augmenter le rendement des ressources de production à long terme (notamment des récoltes) en encourageant les prestataires de services et les autres parties concernées à donner accès aux moyens nécessaires, tels que les semences et les outils. Elle peut également être utilisée pour promouvoir des améliorations dans certains domaines, par exemple les services de développement de l’agriculture et les programmes d’action sociale de l’État.

Les initiatives microéconomiques ont pour but de renforcer les moyens d’existence des ménages et de l’ensemble de la communauté, de manière durable et selon un calendrier déterminé. Les projets sont conçus pour répondre aux besoins individuels exprimés par les bénéficiaires eux-mêmes. Les instruments les plus communément utilisés sont les subventions à la production, la formation professionnelle et le petit crédit.

Le coût des programmes de sécurité économique représente environ 20 % du budget terrain du CICR. Cette unité regroupe quelque 90 expatriés et 200 collaborateurs locaux, répartis dans une trentaine de pays. Parmi eux se trouvent des spécialistes de différents domaines, qui assurent aussi la formation du personnel local du CICR et de ses partenaires.