• Envoyer
  • Imprimer

Soins de santé primaires

29-10-2010 Introduction

Le CICR et ses partenaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge interviennent pendant les situations de conflit pour que, dans toute la mesure du possible, les soins de santé essentiels continuent d'être fournis à la population touchée par le conflit. Ils soutiennent ainsi les structures locales afin qu'elles continuent à fonctionner. Lorsque c'est nécessaire, le CICR envoie aussi ses spécialistes sur place et soutient en priorité les secteurs dans lesquels les organismes officiels ne parviennent pas à fonctionner. En tant qu'organisation neutre et indépendante, le CICR veille à ce que les soins de santé soient accessibles à tous.

Lors d'un conflit, le fonctionnement des systèmes nationaux de santé est souvent perturbé. Dans les pires cas, des pans entiers, voire la totalité, du système risquent de cesser d'exister. Le risque d'épidémies augmente, et le soutien aux victimes civiles et aux personnes souffrant de traumatismes psychologiques est limité ou même inexistant.

Les actions menées par le CICR varient en fonction du degré d'urgence, du risque d'escalade et des actions engagées par les autres organisations. Il a intégré dans ses activités d’assistance médicale la stratégie définie par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans le domaine des soins de santé primaire.

Lors de crises graves, quand les besoins vitaux de la population ne sont pas couverts par les services de santé existants, le CICR met en œuvre une stratégie d’urgence qui consiste à répondre aux besoins immédiats (nourriture et eau, notamment), pour assurer la survie de la population, et à limiter la mortalité par des soins médicaux de base, un contrôle des maladies transmissibles et des campagnes de vaccination.  

L'ampleur des projets du CICR peut varier en fonction du niveau de perturbation des services et des besoins spécifiques de la population. Le but toutefois reste constant : il s’agit d’assurer la continuité dans la fourniture des services de santé essentiels, préventifs et curatifs. Pour réaliser ce but, un soutien direct est apporté aux infrastructures locales – postes de santé, centres de santé et hôpitaux de district – selon des modalités conformes à la politique nationale de santé.

L’assistance du CICR inclut la construction ou la réhabilitation des infrastructures et la réponse aux besoins de base, notamment pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement. Le CICR fournit du matériel médical et des médicaments, et il apporte un soutien organisationnel dans les domaines du développement des capacités et de la formation et supervision des personnels.

Les programmes élargis de vaccination (PEV) contre la rougeole, la tuberculose, le tétanos, la diphtérie, la poliomyélite et la coqueluche figurent parmi les initiatives du CICR visant à réduire la mortalité infantile. En 2007, le CICR a administré au total 497 277 doses de vaccin à des enfants de moins de cinq ans.

Le CICR participe à des campagnes visant à éradiquer certaines maladies spécifiques, comme la poliomyélite. Conjointement avec les Sociétés nationales et d’autres partenaires engagés dans l’éradication de la polio, le CICR contribue à assurer l’accès aux enfants vivant dans des zones où les gouvernements et les organisations des Nations Unies sont dans l’incapacité de travailler.

La guerre ne provoque pas uniquement des blessures physiques. La proximité des combats, les évacuations forcées, la dispersion des familles, la détention, le viol et les autres formes de violence laissent des marques psychologiques profondes et des vulnérabilités auxquelles le CICR s'efforce de répondre par diverses activités : visites aux personnes détenues, aide au rétablissement des liens familiaux, transmission des messages Croix-Rouge, fourniture de vivres, aménagement de conditions de vie raisonnables, etc. Le CICR se préoccupe aussi tout particulièrement des victimes de viols et des familles de personnes portées disparues.

Dans de nombreuses zones de conflit, le système de santé est, dans le meilleur des cas, affaibli ; le CICR accorde une attention particulière aux besoins des femmes enceintes et en couches, et collabore souvent avec la Société nationale pour y répondre. Il encourage les bonnes pratiques pour des accouchements sans risque, souvent avec des accoucheuses traditionnelles, et donne des conseils sur le VIH/sida.