• Envoyer
  • Imprimer

Les activités du CICR en faveur des personnes touchées par la guerre

28-04-2011 Introduction

Le CICR entend répondre rapidement et efficacement aux besoins humanitaires des personnes touchées par un conflit armé ou par une catastrophe naturelle survenant dans une zone de conflit armé. Des affrontements peuvent éclater subitement, des catastrophes naturelles frapper de manière inattendue, et leurs effets peuvent être multipliés dans les pays déjà déchirés par la guerre. Face à des situations d'urgence aussi imprévisibles, il est très important pour le CICR de pouvoir se déployer rapidement sur le terrain. Plus d'informations.

Le CICR continue de mener des opérations dans des zones de conflit très diverses. Quelque 11 500 collaborateurs travaillent sur le terrain à partir de 80 délégations et missions réparties à travers le monde. Ils sont épaulés par quelque 800 collaborateurs basés au siège du CICR à Genève, en Suisse.

Dans sa stratégie institutionnelle pour 2007-2010, le CICR souligne sa volonté d’adopter une politique qui lui permette de répondre aux besoins humanitaires résultant d'un conflit, tout en mettant l'accent sur le renforcement de ses compétences professionnelles dans les domaines de la protection et de la santé. Il s'efforce d'atténuer les souffrances des victimes de tous genres, sans discrimination aucune, en donnant la priorité aux cas de détresse les plus urgents.

En 2006, plus de 2,3 millions de personnes ont bénéficié de soins dans des structures soutenues par le CICR. Plus de 65 000 opérations ont été réalisées dans des hôpitaux auxquels l'institution contribue, et près de 142 000 personnes ont reçu des traitements dans des centres de réadaptation physique gérés ou soutenus par le CICR. Des projets d'approvisionnement en eau, d'assainissement et de construction ont permis de répondre aux besoins de près de 16 millions de personnes. Le CICR a distribué des vivres à plus de 2,6 millions de personnes déplacées par la guerre ou retournées dans leur foyer, et à la population locale vulnérable, ainsi que des ustensiles de ménage et des articles d'hygiène à plus de 4 millions de personnes, tandis que 3,4 millions d'autres bénéficiaient de programmes de production vivrière à long terme ou d'initiatives microéconomiques.

Dans l'ensemble, les opérations d'assistance du CICR ont profité à 3,5 millions de personnes déplacées à l'intérieur de leur pays ou rentrées chez elles, dans 19 pays. Les collaborateurs du CICR ont visité ou aidé près d'un demi-million de personnes dans plus de 2 500 lieux de détention. Ils ont permis aux familles de rester en contact avec leurs proches grâce à la collecte et à la distribution de plus de 630 000 messages Croix-Rouge.

Le CICR est une institution dont l'objectif est d'intervenir de manière efficace en faveur de toutes les victimes d’un conflit armé et d'autres situations de violence, et pour ce faire, il faut que son mandat et ses activités soient acceptés par toutes les parties. Pour continuer de mener une action humanitaire neutre et indépendante, et faire en sorte de ne pas  être utilisée ou perçue comme un pion sur un vaste échiquier politique, l’institution doit absolument obtenir ces accords et les préserver. Elle s'efforce de développer des relations avec toutes les parties à un conflit, quelles que soient leurs aspirations et leur comportement.

Le CICR est résolu à mettre en place une coopération efficace avec tous les acteurs du domaine humanitaire, mais avant tout avec ses partenaires naturels au sein du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. En 2006, il a réalisé, avec les Sociétés nationales de quelque 140 pays, des programmes de renforcement des capacités dans les domaines de la promotion du droit international humanitaire, de la préparation aux conflits et de l'intervention, ou du rétablissement des liens familiaux. Dans les prochaines années, le CICR s'investira davantage dans ses relations avec les Sociétés nationales travaillant dans des zones de conflit armé.