• Envoyer
  • Imprimer

Rétablir le contact entre les membres de familles dispersées par les conflits armés et les catastrophes naturelles

29-10-2010 Introduction

Les conflits et les catastrophes ne causent pas que des blessures physiques : au milieu de l’agitation, de la panique et de la peur, des familles peuvent se trouver dispersées en quelques minutes et plongées des années durant dans l’angoisse de ne pas savoir ce qu'il est advenu d’un enfant, d’un époux ou d’un parent. S’employer à retrouver ces personnes et les aider à rétablir le contact avec leurs proches est une mission de première importance pour le CICR et les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Ces activités comprennent notamment la recherche des personnes portées disparues, l’échange de messages familiaux, le regroupement familial et les démarches visant à élucider le sort des personnes qui n'ont toujours pas été retrouvées.

L’action du CICR en matière de rétablissement des liens familiaux remonte à 1870. Cette année-là, l’institution a obtenu des listes de prisonniers français détenus par les forces allemandes qui lui ont permis de rassurer les familles. Depuis, la recherche des personnes séparées par des conflits ou des catastrophes est devenue une composante essentielle des activités de protection du CICR, mobilisant le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et tout son réseau mondial.

Les fondements de cette action sont posés par le droit international humanitaire, qui exige des autorités engagées dans un conflit armé qu’elles fassent tout leur possible pour aider les membres des familles dispersées à rétablir le contact. L’Agence centrale de recherches du CICR et ses partenaires peuvent leur proposer de les aider à s'acquitter de ces obligations mais, le plus souvent, ils doivent se charger eux-mêmes du travail pratique, traitant avec toutes les parties en toute neutralité.

Les causes de séparation sont nombreuses. Dans une situation de conflit ou de catastrophe naturelle, des enfants peuvent se perdre dans le chaos de la fuite. Les personnes âgées ou malades n’ont pas toujours la volonté, ou la force, de quitter leur foyer. Des blessés peuvent être évacués vers des hôpitaux sans que leur famille n’ait été informée. Enfin, des personnes peuvent être arrêtées et placées en détention alors que leurs proches n’ont aucune idée de l’endroit où elles se trouvent.

Plusieurs groupes vulnérables – les enfants non accompagnés et séparés de leur famille, les blessés, les personnes âgées, handicapées ou atteintes de maladies chroniques – nécessitent une prise en charge prioritaire. Depuis quelques années, certaines catégories de migrants et leurs familles ont aussi besoin d’aide pour retrouver des proches et reprendre contact avec eux.

Le rétablissement des liens familiaux (RLF) englobe toute une gamme d’activités consistant par exemple à mettre des personnes en contact par l’intermédiaire du téléphone, d’Internet ou de messages manuscrits. Il s’agit souvent de rechercher ceux dont on a perdu la trace et d’enregistrer les personnes particulièrement vulnérables, comme les enfants qui ont été séparés de leur famille ou les personnes placées en détention. Dans de nombreux cas, les services de RLF consistent à recueillir des informations sur les personnes portées disparues et éventuellement décédées. Lorsque tout se passe bien, ces activités permettent de réunir des familles.

Le droit de savoir

Plusieurs dispositions du droit international interdisent les disparitions forcées et donnent aux familles le droit de savoir ce qu’il est advenu d’un proche disparu. Reste que dans les situations d’urgence, le CICR doit prendre des mesures immédiates sur le terrain pour savoir ce que sont devenues les personnes recherchées. Il visite ainsi les prisonniers et les détenus (près d’un demi-million par année) et collecte des informations partout où l’espoir subsiste de trouver une piste.

Parallèlement, le CICR encourage les autorités à donner davantage de priorité à la transmission des nouvelles familiales et propose des conseils techniques dans ce sens. Il s’efforce aussi de faire en sorte que les familles de personnes disparues, qui vivent plongées dans une détresse émotionnelle extrême du fait de l'incertitude qui plane sur le sort de leurs proches, reçoivent un soutien psychosocial adapté pendant tout le temps qu'elles doivent attendre des réponses pour pouvoir enfin tourner la page.


Photos

 

© ICRC/VII / Ron Haviv / cd-e-01001