• Envoyer
  • Imprimer

Eau et habitat

29-10-2010 Introduction

Chaque année, les conflits armés bouleversent des millions de vies. Les activités Eau et Habitat du CICR permettent d’assurer l’accès à l’eau dans les zones de conflit et de créer ou de maintenir des conditions de vie durables. Au bout du compte, ce travail permet de limiter les conséquences, en termes de morts et de souffrances, de l’endommagement des habitats ou de la détérioration des systèmes d’approvisionnement en eau.

Depuis 1983, date à laquelle le CICR a créé son Unité eau et habitat, le maintien des systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement dans les zones de conflit constitue une priorité pour l’institution. Les communautés manquent souvent d’abris, de soins médicaux et d’accès à l’eau potable, car les points de distribution de l’eau ont été endommagés ou détruits. Les risques sanitaires viennent s’ajouter au traumatisme de la guerre.

Dans les situations de crise aiguë, lorsque l’approvisionnement en eau est interrompu (parfois délibérément) et que les gens risquent leur vie pour trouver d’autres sources d’eau dans un environnement hostile, le CICR essaie d’assurer un accès d’urgence à l’eau et aux soins de santé, et de maintenir les installations locales encore en place. Dans les situations de crise émergente ou chronique, ainsi que dans les situations d’après-crise, la priorité du CICR est d’assurer la continuité des services de base en soutenant et en renforçant les ressources existantes.

L’Unité eau et habitat du CICR a cinq principaux champs d’activité :

  • Systèmes d’approvisionnement en eau, stockage de l’eau et distribution
  • Assainissement, gestion des déchets et science environnementale
  • Rétablissement et gestion de l’électricité
  • Construction, réparation et sécurité des structures
  • Fourniture d’installations communautaires provisoires

L’Unité travaille en se fondant sur la communauté et en coordonnant ses activités avec les autorités compétentes, ce qui est essentiel pour assurer la durabilité. Elle trouve des solutions adaptées à la culture locale et aux capacités technologiques. Le résultat escompté n’est pas seulement d’apporter une réponse pratique et immédiate aux besoins d’urgence, mais aussi d’améliorer de manière permanente les infrastructures dans les communautés ayant subi des dégâts.

Eau

L’eau est essentielle à la vie. L’accès à l’eau constitue un problème mondial, qui va devenir de plus en plus aigu. Le CICR essaie de maintenir l’accès à l’eau pour les segments les plus vulnérables de la population dans les situations de crise émergente, aiguë ou chronique, ainsi que dans les situations d’après-crise.

Les conflits armés et les catastrophes naturelles peuvent faire naître des besoins urgents en eau, notamment lors de déplacements de population massifs. Il est essentiel d’assurer au plus vite l’accès à une eau de bonne qualité et en quantité suffisante. Dans une situation d’urgence, et en dernier ressort, le CICR achemine de l’eau par camion en attendant de trouver une solution durable. Dans la plupart des cas, il est nécessaire de fournir des installations adéquates pour le stockage de l’eau dans les communautés et les ménages, mesure qui réduit considérablement les risques sanitaires. L’institution apporte une assistance dans un large éventail de situations, que ce soit pour régler des problèmes d’infrastructure dans des grandes villes comme Bagdad ou pour assurer l’accès à l’eau dans les zones rurales reculées du Tchad.

Lors de crises chroniques, le CICR évalue les besoins et essaie de définir quelles sont les attentes de chaque côté. Pour recenser les meilleures sources d’eau, il étudie l’emplacement et évalue le débit d’exploitation et la qualité de l’eau, en tenant compte des questions de construction, d’opération et d’entretien. La meilleure source d’eau n’est pas toujours celle qui est exploitée par la communauté.

Les eaux de surface provenant des cours d’eau, des lacs ou des réservoirs sont tout de suite disponibles et faciles à extraire. Cependant, ces sources d’eau peuvent être polluées. Les eaux souterraines sont de meilleure qualité, en raison de l’action filtrante du sol à travers lequel elles s’écoulent. Mais si le sol contient des concentrations élevées de fer, de manganèse ou de sel, les eaux de surface peuvent être alors la seule solution. Les eaux de pluies peuvent être une alternative viable, selon les niveaux de précipitation, les matériaux de toiture utilisés dans la région, les possibilités de stockage et leur coût, la pollution atmosphérique et d’autres facteurs.

Le CICR apporte son soutien dans la réparation ou la construction de tous les types de système d’approvisionnement en eau, indépendamment de leur ampleur et de la technologie utilisée. Ce travail comprend la prise d’eau des sources, puis le traitement, le stockage et la distribution de l’eau. Dans les zones rurales, il inclut également l’amélioration des puits creusés à la main et l’installation de pompes à moteur dans les forages.

Le CICR améliore aussi l’accès à l’eau et les conditions d’hygiène de base dans les situations de conflit où la surpopulation dans les lieux de détention risque de nuire gravement à la santé des personnes.

Assainissement et hygiène

La surpopulation dans les camps de réfugiés ou les prisons conduit rapidement à la propagation de maladies. Il est essentiel de fournir des systèmes d’assainissement adéquats afin de prévenir les maladies, et c’est là une priorité du CICR.

Les excréments et autres types de déchets présentent des risques pour la santé. Le CICR adopte des solutions durables, allant de la construction ou de la réparation de latrines et de systèmes d’égouts à l’enlèvement des ordures, y compris les ordures provenant des hôpitaux.

Les souris, les rats et les insectes sont souvent des vecteurs de maladies dans les lieux surpeuplés et confinés, où la nourriture, l’eau, les services de santé, les abris ou les systèmes d’assainissement sont insuffisants. Pour lutter contre la propagation des maladies, le CICR mène différentes stratégies, parmi lesquelles la sensibilisation des communautés, la gestion des systèmes d’assainissement, l’approvisionnement en eau, la protection des personnes (produits antimoustiques, moustiquaires, etc.) et l’utilisation d’insecticides.

L’institution met également en œuvre des programmes de promotion de l’hygiène afin d’encourager les comportements qui contribuent à prévenir les maladies d’origine hydrique ou liées à l’absence de services d’assainissement.

Construction

Après une catastrophe naturelle ou un conflit armé, il est souvent nécessaire de pourvoir des abris ou des hébergements provisoires. Les solutions à apporter varient en fonction du climat, de la culture, de la durée d’utilisation prévue, entre autres facteurs ; mais le CICR a de l’expérience dans tous les types de situation d’urgence.

La réponse immédiate peut être de fournir des bâches en plastique ou des tentes. Mais elle peut aussi prendre la forme d’hébergements provisoires dans des écoles, des mosquées, des églises, des maisons privées ou autres installations. Chaque situation d’urgence fait naître des besoins particuliers que le CICR doit évaluer rapidement afin d’apporter un soutien optimal.

La fourniture d’abris d’urgence fait partie intégrante du programme Eau et Habitat du CICR, mais entre toujours dans le cadre d’une approche plus large, comprenant le choix d’un emplacement, l’accès aux services de base, la sécurité et la gestion du camp conjointement avec les autres services d’aide humanitaire.

Le CICR s’emploie également à remettre en état ou à reconstruire, pendant la période d’après-crise, les structures médicales et les établissements scolaires ; à rénover les prisons et autres lieux de détention ; à construire des camps pour les personnes déplacées ; et à fournir du matériel d’assistance (logements, systèmes de chauffage et de refroidissement, eau et électricité, etc.) aux familles retournant dans leur communauté.

Environnement et énergie

Toutes les organisations d’aide humanitaire se heurtent à des questions d’ordre environnemental qui vont de plus en plus influencer la gestion des situations d’urgence. Les mouvements de population insuffisamment encadrés risquent de causer une dégradation de l’environnement et de créer des tensions au sein des communautés. Le CICR essaie d’anticiper ces problèmes et d’y trouver une solution dans tous ses projets de réinstallation.

L’institution rétablit ou maintient la production d’électricité à destination des installations essentielles telles que les hôpitaux, les unités de traitement des eaux et les réseaux d’adduction d’eau, en réparant les réseaux de distribution de l’électricité, les générateurs et les usines hydroélectriques.


Photos

Photo, Kenya, Rift Valley. Children drinking from the tap of an ICRC-installed standpipe. 

© ICRC / A. Mucheke / V-P-KE-E-00166