• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR en Éthiopie et sa délégation auprès de l’Union africaine

29-10-2010 Introduction

La priorité du CICR en Éthiopie est d’apporter protection et assistance aux personnes privées de liberté, déplacées ou touchées de quelque manière que ce soit par le conflit armé international qui a opposé le pays à l’Érythrée de 1998 à 2000 ou par d’autres situations de violence. La délégation du CICR auprès de l’Union africaine (UA), basée à Addis Abeba, travaille en collaboration avec les États membres de l’UA afin d’attirer leur attention sur des problèmes nécessitant une action humanitaire et de promouvoir la mise en œuvre du droit international humanitaire (DIH) en Afrique.

Le CICR assure une présence permanente en Éthiopie depuis 1977. Les relations tendues entre l’Éthiopie et l’Érythrée provoquent occasionnellement des situations de violence dans le pays, qui engendrent de nouveaux besoins humanitaires. À l’intérieur des frontières, des affrontements tribaux sporadiques, essentiellement liés à l’accès aux zones de pâture et aux ressources en eau qui se raréfient, font souvent des victimes parmi les civils et contraignent certains à quitter leur foyer, laissant derrière eux tout ce qu’ils possèdent. Les réfugiés originaires des pays voisins et les ressortissants érythréens figurent également parmi les groupes vulnérables.

Les besoins humanitaires sont souvent exacerbés par les pénuries alimentaires dues à la sécheresse qui sévit dans la région, la pauvreté chronique et la hausse des prix des produits de base liée à la crise économique mondiale. Le gouvernement éthiopien s’efforce de répondre à ces besoins en travaillant en collaboration avec les organisations humanitaires internationales et en renforçant la capacité de production alimentaire au niveau national.

À ce jour, le CICR n’a pas l’autorisation de reprendre ses activités dans la région Somali, ni de visiter les personnes détenues par les autorités fédérales. Néanmoins, des négociations sont en cours avec le gouvernement fédéral pour accéder de nouveau aux centres de détention fédéraux et à la région Somali.

L’institution concentre la plupart de ses activités de protection et d’assistance dans les régions de l’Afar et du Tigré, qui ont été les plus durement touchées par le conflit armé de 1998 – 2000 avec l’Érythrée et les tensions qui en résultent aux frontières. Dans ces régions, le CICR visite les personnes détenues dans des centres de détention gérés par les autorités régionales, afin d’évaluer leurs conditions de détention et de recommander des améliorations aux autorités concernées si nécessaire. De nombreux lieux de détention sont confrontés à des problèmes d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène, aggravés par la surpopulation carcérale chronique.

Le rétablissement des liens familiaux est une des principales activités du CICR en Éthiopie. Dans ce domaine, une attention particulière est accordée aux familles séparées par la frontière entre l’Érythrée et l’Éthiopie, qui demeure fermée, et aux réfugiés soudanais séparés de leurs proches.

Grâce aux services de recherches et d’échange de messages Croix-Rouge, gérés conjointement avec la Croix-Rouge éthiopienne, le CICR aide plusieurs milliers de personnes qui sont toujours séparées de leurs familles en raison du conflit passé, notamment des enfants, à maintenir le contact avec leurs proches.

Afin que les personnes handicapées aient accès à des prothèses et à des soins de physiothérapie de qualité, le CICR soutient sept centres de réadaptation physique, en leur fournissant du personnel, des fonds, du matériel et des composantes pour produire des membres artificiels et d’autres types d’appareils.

Dans la région du Tigré et le nord de l’Afar, le CICR conjugue ses ressources avec celles des services des eaux et des communautés locales, afin d’améliorer les infrastructures essentielles d’approvisionnement en eau – en construisant de nouveaux puits et en réparant des pompes manuelles –, les installations d’assainissement et les conditions d’hygiène.

Pour assurer le bon déroulement de ses opérations humanitaires, le CICR s’attache à promouvoir le DIH en partenariat avec la Société nationale. Dans le cadre de séminaires et de présentations, il contribue à promouvoir la mise en œuvre du DIH sur le terrain auprès des représentants du gouvernement, des dirigeants communautaires, des enseignants, et des forces armées et de police.

La Croix-Rouge éthiopienne, en sa qualité de partenaire stratégique du CICR, reçoit un soutien de l’institution pour renforcer ses capacités dans le domaine de la gestion des secours et consolider ses services de recherches et d’échange de messages Croix-Rouge. Le CICR lui fournit des fonds, du matériel et une assistance technique pour développer ses activités et son infrastructure, en particulier dans les zones en proie à la violence.

La délégation du CICR auprès de l’UA a gagné en reconnaissance au fil des ans pour son rôle dans la promotion du DIH. Elle jouit désormais du statut d’observateur au sein de l’Union et travaille en étroite collaboration avec la Commission de l’UA, le Conseil de paix et de sécurité, le Comité des représentants permanents, la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples, le Parlement panafricain, l’Union parlementaire africaine et les communautés économiques régionales.