• Envoyer
  • Imprimer

La délégation régionale du CICR à Nairobi

29-10-2010 Introduction

La délégation régionale du CICR à Nairobi contribue à promouvoir le droit international humanitaire (DIH) et mène des opérations au Kenya, à Djibouti et en Tanzanie. Elle apporte protection et assistance aux personnes déplacées ou touchées de quelque manière que ce soit par la violence, contribue au rétablissement des liens familiaux, visite les personnes privées de liberté et soutient le développement des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Au Kenya, la délégation gère divers programmes conjointement avec la Croix-Rouge du Kenya en vue de prêter assistance aux personnes qui sont touchées par les affrontements interethniques et dont les moyens de subsistance ont été ou continuent d’être menacés en raison de l’insécurité. Ces programmes de sécurité économique prennent notamment la forme de projets « argent contre travail » visant à soutenir les populations durant les situations d’urgence et les phases de relèvement, et de subventions destinées à aider les veuves qui sont chefs de famille à mettre sur pied un petit commerce.

En raison de sa situation géographique, le Kenya offre une base idéale pour les activités du CICR en Afrique de l’Est et dans la région.

La délégation du CICR à Nairobi dispose d’unités régionales de formation et d’assistance, qui fournissent des services d’appui, de formation, de conseil et de soutien aux opérations, dans tous les domaines d’activité du CICR, aux délégations de la région et d’ailleurs, notamment dans la Corne de l’Afrique et la région des Grands Lacs.

La délégation propose chaque année un calendrier d’événements destinés à promouvoir l’enseignement du DIH dans les institutions universitaires, notamment une série de concours de dissertation et un concours national de plaidoiries. Le concours panafricain de plaidoiries en DIH, qui se tient à Arusha, permet à des étudiants des pays anglophones de tester leurs connaissances du DIH et des questions humanitaires. Une table ronde est organisée à l’intention des conférenciers pour échanger des idées sur la façon d’améliorer l’enseignement de cette branche du droit. En outre, un cours intensif de DIH est dispensé aux professionnels de l’humanitaire et aux décideurs qui travaillent dans différents contextes.

Le centre de logistique du CICR basé à Nairobi fournit des articles de secours aux délégations dans la région et ailleurs (il a par exemple envoyé une grande quantité de secours au Pakistan durant les inondations de 2010). Il s’agit du plus grand centre de logistique du CICR au monde. Il gère trois entrepôts, deux à Nairobi et un à Mombasa, représentant une capacité totale de 7 000 tonnes.

Le matériel est transporté par terre, par air ou par mer, en recourant aux moyens les plus rentables. Grâce au vaste réseau routier qui relie Nairobi à différents pays africains, les marchandises peuvent être facilement acheminées par voie terrestre. Le port de Mombasa s’avère tout aussi stratégique pour le transport des cargaisons du CICR par voie maritime.

Les services que le CICR fournit dans les pays de la région englobent notamment :

  • des programmes d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène ;
  • la distribution d’articles de secours, notamment du matériel médical et des rations alimentaires, aux communautés touchées par les conflits armés ou d’autres situations de violence ;
  • des projets agricoles, d’élevage et de microcrédits ou « argent contre travail » ;
  • des visites aux prisonniers de guerre et à d’autres personnes privées de liberté pour évaluer leurs conditions de détention et le traitement qui leur est réservé ;
  • des services de rétablissement des liens familiaux gérés en collaboration avec les Sociétés nationales ;
  • la promotion du DIH auprès des dirigeants politiques, des forces armées et du grand public en vue de garantir le respect des droits des personnes qui ont besoin d’aide.

Le CICR fournit des fonds, du matériel, des conseils techniques et un soutien logistique aux Sociétés nationales de la région pour les aider à développer, au besoin, leurs activités de secours, d’assistance, de rétablissement des liens familiaux et de communication.