• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR au Libéria

24-04-2013 Introduction

Au Libéria, le CICR met l’accent sur la protection des détenus, l’approvisionnement en eau et l’assainissement. Il apporte également un soutien à la Croix-Rouge nationale du Libéria et s’emploie à diffuser le droit international humanitaire. Par ailleurs, l’institution continue d’apporter un soutien aux Ivoiriens qui ont fui la violence dans leur propre pays, ainsi qu’aux Libériens qui les accueillent.

De l’intervention d’urgence au soutien au développement

Depuis qu’un accord de paix a mis fin aux intenses combats qui ont secoué le pays début 2003, le CICR a progressivement réorienté ses activités vers un soutien au développement. En 2012, nous avons réduit encore nos activités d’urgence pour nous concentrer sur les domaines de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement et de la protection des détenus. De plus, nous aidons la Croix-Rouge nationale du Libéria à renforcer sa capacité à répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables.

Concernant la protection des détenus, nous coopérons notamment avec les autorités libériennes en vue de réparer les installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement des prisons. Nous contribuons également à la mise en œuvre des nouvelles lignes directrices nationales en matière de santé en équipant les prisons visées de sorte qu’elles puissent fournir des services de santé de base et en formant le personnel pénitentiaire.

En coopération avec le service des eaux du Libéria, le CICR et la Croix-Rouge du Libéria améliorent l’accès à l’eau potable et s’emploient à réduire l’exposition aux maladies d’origine hydrique.

Enfin, le CICR s’attache à promouvoir le droit international humanitaire auprès des contingents de l’ONU, des forces armées et des forces de police. La création prochaine d’une Commission nationale de mise en œuvre du droit international humanitaire contribuera à la promotion de cette branche du droit et à son intégration dans la législation nationale.

Aide aux réfugiés ivoiriens

Les violences post-électorales qui ont secoué la Côte d’Ivoire fin 2010 ont poussé des milliers d’Ivoiriens à se réfugier au Libéria. Trois ans plus tard, le CICR poursuit ses activités visant à faciliter l’accès des réfugiés et des communautés d’accueil à l’eau potable.

Nous aidons aussi les personnes qui ont été séparées de leurs proches à cause des violences en Côte d’Ivoire en 2010 à rétablir le contact avec leurs familles. En coopération avec la Croix-Rouge nationale du Libéria et la Croix-Rouge de Côte d’Ivoire, le CICR a réuni plus de 180 enfants et adultes vulnérables avec leurs familles depuis 2011. Dans la plupart des cas, ces familles ont été réunies en Côte d’Ivoire.

Le personnel de la délégation du CICR au Libéria visite les personnes détenues dans le pays en relation avec les violences post-électorales en Côte d’Ivoire.

Le CICR est présent au Libéria depuis 1970. Il a ouvert sa délégation à Monrovia en 1990.


Photos

Un agriculteur ayant bénéficié du projet d’appui à la production de riz mis en œuvre conjointement par le CICR et la Croix-Rouge nationale du Libéria offre de la paille de riz à un agronome de la Société nationale. 

Comté de Grand Gedeh, Libéria.
Un agriculteur ayant bénéficié du projet d’appui à la production de riz mis en œuvre conjointement par le CICR et la Croix-Rouge nationale du Libéria offre de la paille de riz à un agronome de la Société nationale.
© CICR / P. Yazdi