• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR en Libye : activités en 2013

08-04-2014 Faits et chiffres

Soutien au Croissant-Rouge libyen

Le CICR a :

  • dispensé cinq cours de formation sur les premiers secours à l’intention de 103 volontaires du Croissant-Rouge libyen ;
  • aidé le Croissant-Rouge libyen à établir une présence permanente à Tripoli à travers un bureau de liaison, ce qui facilite la collaboration de la Société nationale avec les organisations humanitaires, les organisations internationales et les ambassades ;
  • apporté un soutien financier et technique pour la réparation du toit de la section d’Ajdabiya du Croissant-Rouge libyen ;
  • pris en charge les frais de deux représentants du Croissant-Rouge libyen pour qu'ils puissent participer à la réunion du Conseil des Délégués tenue à Sydney (Australie) en novembre 2013.

Activités en faveur des détenus

Le CICR a :

  • effectué 81 visites dans 41 lieux de détention, où il a rencontré 13 622 détenus, dont 621 femmes, 92 mineurs et 5 686 migrants dans 14 centres de rétention relevant du Département de lutte contre la migration irrégulière (DCIM) ;
  • enregistré et assuré le suivi individuel de 280 détenus ;
  • permis à des détenus d'établir un contact avec leur famille au cours de ces visites, par le service de rétablissement des liens familiaux du CICR ;
  • permis à des détenus étrangers d’informer les représentants consulaires de leur pays de leur situation ;
  • fourni des articles de première nécessité à 2 500 détenus et à 3 300 migrants, notamment des couvertures, des matelas, des seaux, des assortiments d’articles d’hygiène, des T-shirts, des tapis de prière, des jeux, des chaussettes, des survêtements, des sous-vêtements, des pantoufles, des produits de nettoyage, des vêtements et des couches ;
  • aidé quatre lieux de détention à améliorer leurs systèmes d'évacuation des eaux usées et d'approvisionnement en eau au profit de 2 100 détenus ;
  • mené des campagnes de lutte contre la gale et fourni des médicaments et des vêtements à deux centres pour migrants à Sabha, à un centre à Zliten et à un centre à Gharyan ;
  • fait don de quatre trousses contenant du matériel de pansement à deux lieux de détention de Tripoli.

Rétablissement des liens familiaux et recherche des personnes portées disparues

Le CICR a :

  • reçu des demandes de recherche de la part de 1 307 personnes ;
  • permis à des détenus et à leur famille d'échanger plus de 200 messages Croix-Rouge ;
  • engagé 252 nouvelles procédures de recherche de personnes portées disparues ;
  • permis à des migrants et à des détenus (notamment ceux qui se trouvent à Guantanamo) de passer 2 989 appels téléphoniques à leurs proches en Libye et à l'étranger ;
  • informé des ambassades du lieu où se trouvent 1 507 détenus étrangers à la demande de ceux-ci ;
  • fourni un appui et des conseils au ministère des Affaires concernant les familles des martyrs et des personnes disparues sur le rétablissement des liens familiaux, la gestion des données personnelles et les procédures de recherche de personnes portées disparues.

Activités médicolégales

Le CICR a :

  • évalué la fosse commune de Bir al-Usta Milad en janvier 2013 à la demande du ministère des Affaires concernant les familles des martyrs et des personnes disparues et formulé des recommandations concernant la récupération des restes humains et les équipements pour les examens post mortem ;
  • visité les centres de collecte d'échantillons du ministère des Affaires concernant les familles des martyrs et des personnes disparues à Sabha et à Bani Walid, afin de formuler des recommandations techniques sur les méthodes de prélèvement ;
  • rempli un rôle d'observateur neutre et indépendant lors de l'examen de 22 dépouilles de personnes dont on supposait qu'elles étaient de Bani Walid, à la demande des familles de la ville et du ministre de la Justice, à qui le CICR a ensuite remis un rapport.

Soins de santé

Le CICR a :

  • dispensé des formations sur les premiers secours à 269 personnes (notamment des volontaires du Croissant-Rouge libyen, des infirmières, des scouts, des policiers, des prestataires de services médicaux d’urgence et du personnel de protection civile), sur des questions telles que la gestion des blessés, les hémorragies, les brûlures, la coordination et le triage ;
  • fait neuf dons de fournitures médicales d'urgence au centre de cardiologie Tajoura à Tripoli, au centre médical de Benghazi et à l'hôpital Al-Jala de Benghazi ;
  • fait 28 dons d'articles médicaux, d'assortiments de matériel médical et de vaccins à des dispensaires et à des hôpitaux ;
  • distribué des fournitures médicales et des vaccins à 21 dispensaires et hôpitaux, notamment l'hôpital de Mitiga, l'hôpital Al-Khadra de Tripoli, le centre médical de Koufra, le centre médical de Sabha et l'hôpital d'Obari dans la région de Sabha ;
  • dispensé trois cours de traumatologie d'urgence à l'intention de 55 médecins à Sabha et à Tripoli, en collaboration avec le ministère de la Santé ;
  • organisé des sessions de formation sur les soins aux victimes de la violence armée à l'intention de 90 chirurgiens et autres professionnels de santé libyens à Benghazi ;
  • fait don de matériel de pansement et de gants à l'hôpital de Gharyan, à la polyclinique Guntrar de Mizdah et à l'hôpital d'Al-Jamil, durant des affrontements survenus dans le Djebel Nafoussa et dans l'ouest du pays ;
  • distribué des fournitures médicales d’urgence aux sections de Tripoli et de Benghazi du Croissant-Rouge libyen, afin qu'elles puissent soigner les personnes blessées au cours des combats dans les deux villes ;
  • fourni quatre assortiments de pansements à la section de Derna du Croissant-Rouge libyen en décembre, à la suite des combats qui ont éclaté dans la ville ;
  • signé un accord avec l'Université de Tripoli pour lancer un programme de premier cycle en sciences sur l’appareillage orthopédique ;
  • collaboré avec l'Université de Misrata pour monter un atelier d'appareillage orthopédique – le CICR a apporté son soutien et ses compétences techniques lors de la phase d'établissement de l'atelier et a nommé deux techniciens orthoprothésistes du CICR pour conduire la formation et les activités de production.

Contamination par les armes

En 2013, le nombre de civils victimes de restes explosifs de guerre a diminué, mais la Libye reste contaminée par ces engins. Le Croissant-Rouge libyen et le CICR collectent régulièrement des données sur ces accidents.

Les programmes conjoints CICR/Croissant-Rouge libyen sur la formation et la sensibilisation aux risques ont contribué à faire baisser le nombre de victimes d'accidents dus aux restes explosifs de guerre. Le CICR a formé plus de 180 volontaires de 18 sections du Croissant-Rouge libyen, qui mènent aujourd'hui des activités visant à sensibiliser la population à cette question.

Assistance aux déplacés internes et aux communautés vulnérables

Le CICR a :

  • collaboré avec le Croissant-Rouge libyen et l’Agence libyenne de secours humanitaires (LibAid) pour distribuer des secours alimentaires d’urgence à 124 636 personnes déplacées à l'intérieur du pays ;
  • distribué des articles ménagers de première nécessité, tels que des assortiments d’ustensiles de cuisine, des réservoirs d'eau, des couvertures, des matelas, des bâches et des colis d’articles d’hygiène, à quelque 10 500 déplacés internes et familles d'accueil dans les localités de Tiji, Garyat, Nalout, Nismah et Shgeiga dans le Djebel Nafoussa ;
  • collaboré avec le Croissant-Rouge libyen pour distribuer des secours d'urgence à Nismah et Garyat à plus de 7 200 personnes déplacées en raison des affrontements à Mizdah.

Approvisionnement en eau potable et amélioration des systèmes d'assainissement

Le CICR a :

  • distribué du matériel pour l'approvisionnement en eau et l’assainissement d'urgence à 34 700 personnes à Al-Abyar, Benghazi, Al-Bayda et Koufra ;
  • amélioré l'accès à l'eau potable et apporté un appui aux autorités responsables de l'assainissement au profit de 20 000 personnes à Tamina, près de Misrata, et de plus de 600 personnes à Benghazi ;
  • apporté des améliorations au système de distribution d'eau dans un camp à Tripoli, ce qui a permis à 1 700 personnes déplacées d'avoir accès à de l'eau potable ;
  • assuré un accès à l'eau potable à plus 1 400 déplacés internes dans trois autres camps à Tripoli et à Benghazi ;
  • apporté des améliorations au système de distribution d'eau dans un camp de déplacés internes à Benghazi, ce qui a permis à 1 700 déplacés supplémentaires d'avoir accès à de l'eau potable ;
  • soutenu un dispensaire qui fournit des services de physiothérapie à quelque 165 personnes par jour à Zliten.

Promotion du droit international humanitaire (DIH)

Le CICR a :

  • organisé six cours d'une semaine sur le DIH à l'intention de membres de l'armée libyenne, dans le cadre d’un accord passé en 2012 avec les forces armées, ce qui a permis d’enseigner les règles de base du DIH à près de 200 officiers supérieurs, dont plusieurs ont été choisis par le ministère de la Défense et le CICR pour recevoir une formation d’instructeur ;
  • dispensé une formation d’instructeur des forces armées libyennes sur le DIH à 32 fonctionnaires, dans le cadre de deux cours tenus à Al-Bayda, dans l'est de la Libye ;
  • permis à cinq officiers supérieurs de l'armée et membres du bureau du ministère de la Défense pour les questions de DIH et de droit international relatif aux droits de l'homme de renforcer leurs compétences en matière de DIH en leur donnant la possibilité de suivre un cours à l'Institut international de droit humanitaire de San Remo (Italie) ;
  • dispensé des cours d'une semaine sur le DIH à l’intention de 150 fonctionnaires de Misrata, Gharyan et Tripoli ;
  • aidé le ministère de la Défense à rédiger un manuel de formation sur le DIH à l'intention de l'armée libyenne ;
  • tenu des séances de formation à l'intention des brigades révolutionnaires, de membres de la société civile, et de chefs religieux et communautaires à Tripoli, à Benghazi et dans le Djebel Nafoussa, sur les activités du CICR en Libye et dans d’autres pays, le mandat de l'institution, et le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ;
  • donné des cours sur le DIH en coopération avec la Ligue arabe à Beyrouth, auxquels ont participé trois fonctionnaires de ministères libyens et deux universitaires de Tripoli et Benghazi ;
  • tenu des discussions avec la police judiciaire et l'institut de formation de la police sur l'intégration du DIH et du droit international relatif aux droits de l'homme dans la formation des membres des forces de police.