• Envoyer


Bannière

FamilyLinks.ICRC.ORG

Vers le site de la campagne

Banniere RSS

Le CICR au Soudan du Sud

Le CICR a ouvert une délégation dans la capitale du Soudan du Sud, Juba, lorsque le pays est devenu indépendant, le 9 juillet 2011. Depuis la mi-décembre 2013, le CICR, en collaboration avec la Croix-Rouge du Soudan du Sud, travaille sans relâche pour fournir des secours à des centaines de milliers de personnes. En savoir plus

 

Venir en aide à des millions de personnes touchées par la violence

À l’heure de son troisième anniversaire, le Soudan du Sud reste marqué par la violence, et des centaines de milliers de personnes ont besoin d’une assistance d’urgence. Partout dans le pays, le CICR renforce les moyens de subsistance et améliore l’accès à l’eau potable afin d’aider les communautés touchées par le conflit à faire face. L’institution s’attache également à réunir les familles dispersées par le conflit et les autres situations de violence. >> Voir la galerie de photos

Faits et chiffres

Depuis le début de la crise au Soudan du Sud le 15 décembre 2013 et jusqu'à la fin mai 2014, le CICR, avec son principal partenaire, la Croix-Rouge du Soudan du Sud, a :
 

distribué des vivres à 351 000 personnes à Juba et dans les États suivants : Lacs, Unité, Haut-Nil, Warrap, Jonglei, Bahr el-Ghazal du Nord, Bahr el-Ghazal occidental et Équatoria occidental ;

fourni à plus de 173 000 personnes des semences—et à la majorité d’entre elles également des outils— pour leur propre production, et à 31 000 personnes des kits de pêche pour améliorer la sécurité alimentaire ;  

 

pratiqué plus de 1 700 interventions chirurgicales dans 12 centres de santé locaux, et fourni du matériel médical à 34 postes de premiers secours et d’autres structures de santé ;

 

 
assuré un approvisionnement en eau potable à quelque 132 000 personnes – personnes déplacées, personnes touchées par le conflit et personnes se trouvant dans des structures de santé et des lieux de détention dans différentes régions du pays ; 

  • construit quelque 300 latrines et prépositionné des produits de traitement de l'eau pour des dizaines de milliers de personnes déplacées à titre de prévention contre le choléra ;
  • fourni des tentes, des ustensiles de cuisine et des bâches comme abris d'urgence à plus de 300 000 personnes déplacées à travers le pays ;
  • visité plus de 2 400 personnes privées de liberté dans divers lieux de détention ;
  • permis de passer plus de 7 000 appels téléphoniques depuis divers camps pour que les personnes déplacées puissent contacter les membres de leur famille ;
  • enregistré 50 enfants séparés de leur famille ;
  • organisé des formations ou exposés sur le DIH pour plus de 760 membres des forces armées, groupes armés et autres porteurs d'armes.

>> Plus de faits et chiffres (en anglais)