• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR en Ouganda

29-10-2010 Introduction

En Ouganda, le CICR travaille en étroite collaboration avec la Croix-Rouge de l’Ouganda en vue de maintenir et de renforcer la capacité de la Société nationale de fournir une assistance aux communautés vulnérables et des services de rétablissement des liens familiaux pour réunir les familles séparées par les conflits armés. L’institution suit de près le traitement qui est réservé aux détenus dans l’ensemble du pays et s’efforce de promouvoir le droit international humanitaire (DIH) auprès des forces armées et des autorités nationales, ainsi qu’au sein de la société civile et des universités.

Le CICR est présent depuis 1979 en Ouganda, où il mène un large éventail d’activités humanitaires. Depuis 2009, il a peu à peu diminué ses activités d’assistance compte tenu du rétablissement progressif de la paix dans le nord du pays, réorientant ses programmes d'assistance d'urgence au profit de programmes de développement pour répondre à l’évolution des besoins. En juillet 2010, le CICR a fermé sa dernière sous-délégation dans le district de Kitgum et gère désormais ses opérations dans le pays depuis sa délégation à Kampala. Le CICR poursuit certaines activités dans la région, essentiellement dans le domaine de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, en étroite collaboration avec la Croix-Rouge de l’Ouganda.

Le CICR suit de près la situation des civils dans la région de Karamoja (nord du pays), où les conditions de sécurité demeurent précaires. Les délégués du CICR engagent un dialogue avec les porteurs d’armes sur toute allégation d’abus contre des civils, conformément aux dispositions applicables du droit interne et du droit international. Avec le soutien du CICR, la Croix-Rouge de l’Ouganda a intensifié ses activités visant à faire mieux connaître le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et ses Principes fondamentaux au sein des communautés de Karamoja, afin que son action soit acceptée et que le personnel du Mouvement puisse avoir accès en toute sécurité aux personnes touchées par la violence.

Conformément à son mandat reconnu à l’échelon international et en accord avec les autorités ougandaises, le CICR continue de suivre de près le traitement qui est réservé aux détenus dans les lieux de détention civils et militaires dans l’ensemble du pays, et travaille avec les autorités concernées pour améliorer leurs conditions de détention. En collaboration avec le Service des prisons de l’Ouganda, le CICR s’efforce d’améliorer l’accès des détenus atteints du VIH/sida, de la tuberculose et du paludisme à des soins de santé préventifs et curatifs de qualité. Ce projet a été mis en œuvre dans les trois prisons pilotes de Luzira/Kampala, Gulu et Fort Portal.

Conjointement avec la Croix-Rouge de l’Ouganda, le CICR continue d’enregistrer les mineurs non accompagnés qui sont séparés de leurs familles en raison des conflits armés, et suit de près leur situation. Ce programme vise à retrouver les proches de ces enfants et, dans la mesure du possible, à réunir les familles.

Dans le cadre de son programme de réadaptation physique à Fort Portal et Mbale, le CICR s’emploie à améliorer l’accès des personnes handicapées vivant dans l’est et l’ouest de l’Ouganda à des soins de qualité.

Le CICR contribue à promouvoir le DIH auprès des autorités, des forces armées, des milieux universitaires et des membres influents de la société civile. L’institution soutient également la Commission nationale du DIH dans les efforts qu’elle déploie pour intégrer cette branche du droit dans la législation nationale.