• Envoyer
  • Imprimer

La délégation régionale du CICR à Brasilia

15-07-2013 Introduction

La délégation régionale du CICR, qui a son siège à Brasilia et couvre l'Argentine, le Brésil, le Chili, le Paraguay et l'Uruguay, accomplit sa mission humanitaire depuis les années 1970.

Elle répond aux besoins des personnes qui subissent les effets de la violence découlant de problèmes sociaux, tant dans les zones rurales qu’urbaines. Elle visite des détenus, assure la promotion du droit international humanitaire (DIH) et encourage les forces de sécurité à tenir compte des règles internationales relatives aux droits de l'homme dans leurs procédures. Le CICR aide en outre les Sociétés nationales de la Croix-Rouge de la région à renforcer leurs capacités d'intervention, et collabore avec les organes étatiques afin de former des personnes disposant des compétences médicolégales nécessaires pour mieux identifier les dépouilles mortelles.

Le CICR mène différentes activités humanitaires en collaboration avec les Sociétés nationales de la Croix-Rouge de chaque pays. À cet égard, l’institution apporte un soutien financier et son expérience pour permettre aux Sociétés nationales de travailler en toute sécurité dans des situations de violence autres que des conflits armés. Par ailleurs, le CICR apprend aux volontaires à administrer les premiers secours, gérer des situations de stress et apporter des soins de santé physique et mentale aux communautés vulnérables, et apporte son soutien aux services de rétablissement des liens familiaux.

Protection

Le CICR fait également connaître les principes humanitaires et encourage au respect de la dignité humaine dans les communautés touchées par d’autres formes de violence.
Les délégués du CICR se rendent régulièrement dans des centres de détention pour visiter des personnes privées de liberté, dans le but de s’assurer que les conditions matérielles et psychologiques de leur détention ainsi que le traitement qui leur est réservé respectent les règles fondamentales de protection de l’être humain. À cet égard, ils s’attachent tout particulièrement à faciliter les contacts entre ces détenus et leur famille et à intervenir auprès des autorités afin que les détenus aient un meilleur accès à des services de santé adéquats.

Par ailleurs, le CICR propose des conseils techniques et apporte son soutien au développement de compétences médicolégales dans les pays dans lesquels des enquêtes sont menées sur les personnes disparues en raison d’un conflit armé ou d’autres situations de violence.


Diffusion du droit

Dans les cinq pays couverts par sa délégation régionale, le CICR apporte son soutien et des conseils juridiques aux autorités nationales en vue de la ratification et de la mise en œuvre des traités de DIH et des règles de protection de l’être humain applicables dans des conflits armés ou d’autres situations de violence. La délégation coopère avec les forces armées à l’incorporation du DIH dans leur doctrine, leurs programmes de formation et leurs opérations. Elle diffuse également le DIH et les principes humanitaires auprès des États, des forces armées, des milieux universitaires et des institutions publiques et privées.

En formant les policiers civils et militaires à l’application du droit international relatif aux droits de l’homme en cas de recours à la force, le CICR favorise l’intégration et l’échange de pratiques et d’expériences entre les forces de police des cinq pays de la région.

Par ailleurs, la délégation régionale mène des activités visant à atténuer les conséquences d’autres situations de violence dans les centres urbains ; elle apporte son soutien en matière d’amélioration de l’accès à la santé, de soins de santé mentale, de cours de premiers secours communautaires et de formation aux principes du « Cadre pour un accès plus sûr », tout en faisant connaître les principes humanitaires dans la population.


Photos

 

© ICRC / P. Santos / br-e-00048

 

© ICRC / D. Rojas / cl-e-00020

 

© ICRC / A. Dos Santos / py-e-00034