• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR en Colombie

01-02-2012 Introduction

La Colombie est la plus vaste opération du CICR dans les Amériques. Les activités du CICR portent sur la protection des civils, l’assistance aux personnes déplacées et aux communautés touchées par le conflit, l’aide aux personnes touchées par la contamination par les armes, l’appui aux familles des personnes disparues, les visites aux détenus, la promotion du droit international humanitaire (DIH), la coopération avec la Croix-Rouge colombienne et les autres composantes du Mouvement présentes en Colombie.

Le CICR est présent en Colombie depuis plus de 40 ans et compte une dizaine de bureaux dans le pays qui s’emploient à faire face aux conséquences du conflit armé. L’institution concentre son attention sur 25 zones rurales isolées où les civils sont toujours dans une situation très difficile.

Le CICR vient en aide aux déplacés internes dans les zones urbaines et rurales, en partenariat avec la Croix-Rouge colombienne. Il a intensifié ses efforts le long de la côte Pacifique et dans le sud-ouest du pays, ainsi qu’à Antioquia  où les déplacements sont les plus nombreux Les personnes déplacées et la population locale bénéficient de l’aide du CICR  qui dirige également des projets agricoles visant à rendre la population plus autonome et à prévenir les déplacements. Le CICR s’attache aussi à améliorer l’infrastructure en réparant les écoles, les centres de santé, les aqueducs et les systèmes d’assainissement et prie instamment les autorités à intensifier leur assistance aux déplacés internes dans les centres urbains.

Pour faciliter l’accès aux services médicaux dans les zones rurales, le CICR dialogue avec les porteurs d’armes pour que les équipes médicales locales puissent travailler en toute sécurité. Il les accompagne ou envoie ses propres collaborateurs là où il n’est pas possible de garantir la sécurité du personnel local.

Restes explosifs de guerre

Le CICR et la Croix-Rouge colombienne s’emploient à diminuer autant que possible le nombre des victimes civiles dues aux engins explosifs artisanaux et aux restes explosifs de guerre et apportent un soutien aux personnes touchées par le conflit. Le CICR appuie les efforts menés par les autorités sanitaires pour améliorer les soins dispensés aux victimes.

Les civils encourent des risques à la fois de menaces de mort,  de déplacements et de disparitions forcés, de violence sexuelle et d'exécutions sommaires. Le CICR enregistre des allégations détaillées de violations du droit international humanitaire et dialogue de manière confidentielle avec les forces de sécurité et les groupes armés, les exhortant à mettre un terme à de telles pratiques. Le CICR apporte une aide d’urgence aux personnes menacées de mort, notamment en leur achetant des billets pour qu’elles puissent prendre un autocar et se rendre dans un lieu plus sûr en Colombie. Il aide les familles des personnes tuées dans le cadre du conflit à payer les services funéraires. Enfin, il oriente les victimes de viol vers les services médicaux et psychologiques adéquats.

Avec le soutien du CICR, les organismes étatiques et les associations de familles s’efforcent de faire la lumière sur le sort des quelque 45 000 personnes disparues dans le cadre du conflit, et apportent un soutien aux familles. Le CICR fournit une assistance psychologique à ces dernières, et a permis à des spécialistes colombiens de médecine légale d’assister à des conférences sur le sujet.

Accès aux détenus

Le CICR visite régulièrement les personnes détenues en relation avec le conflit et maintient un dialogue confidentiel et constructif avec les autorités concernant les conditions matérielles de détention et le traitement réservé aux détenus. Ces dernières années, le CICR s’est aussi attaché à améliorer l’accès à des soins de santé décents et a soutenu le rétablissement des liens familiaux. Il fournit également des conseils techniques sur l’infrastructure, en particulier concernant l’eau et l’assainissement.

L’accès du CICR aux personnes détenues par les groupes armés reste insuffisant. Des personnes détenues par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC-EP) ont néanmoins pu recevoir des messages Croix-Rouge. Au cours des dernières années, le CICR a facilité la libération de civils et d’officiers de l’armée/de police.

Le CICR accorde une attention particulière à la promotion du droit international humanitaire et aux restrictions légales relatives à l’usage de la force. Son activité consiste notamment à soutenir les autorités pour qu’elles ratifient et mettent en œuvre les traités de droit international humanitaire et à sensibiliser les porteurs d’armes aux conséquences humanitaires du conflit et à l’importance du respect des civils et des travailleurs humanitaires.


Photos

Une équipe du CICR se rend en pirogue à Ispi, dans la municipalité de Roberto Payan (Nariño) pour aider la population résidente touchées par le conflit en mettant en œuvre des projets agricoles et d'assainissement. 

Une équipe du CICR se rend en pirogue à Ispi, dans la municipalité de Roberto Payan (Nariño) pour aider la population résidente touchées par le conflit en mettant en œuvre des projets agricoles et d'assainissement.
© CICR / B. Heger