Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

La délégation régionale du CICR à Mexico

15-06-2011 Introduction

La délégation de Mexico couvre le Costa Rica, Cuba, El Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Nicaragua et le Panama. Elle aide les migrants et les familles des personnes portées disparues, observe les conditions de détention, soutient les Sociétés nationales et s’emploie à promouvoir le DIH et le droit international des droits de l'homme. La délégation a été ouverte en 1998 et est devenue une délégation régionale en 2002.

Faisant face aux problèmes croissants que connaissent les migrants dans la région, le CICR élargit le soutien qu'il apporte aux plus vulnérables, notamment ceux qui ont été amputés. Il coopère avec la Croix-Rouge mexicaine pour venir en aide aux migrants à la frontière entre le Mexique et les États-Unis et, en collaboration avec la Croix-Rouge du Guatemala, il soutient les migrants rapatriés à la frontière entre le Guatemala et le Mexique. Entre février et mai 2011, plus de 2 300 migrants ont reçu un soutien de la Croix-Rouge : 25 patients ont bénéficié de services incluant la pose de prothèses dans des centres de réadaptation physiques soutenus par le CICR au Mexique, au Honduras et au Guatemala.

Au Mexique, le CICR soutient les efforts engagés en vue d'adopter des procédures médico-légales standard pour la gestion des restes humains, afin de réduire le nombre de personnes, des migrants notamment, qui sont enterrées sans avoir été identifiées. Au Guatemala, le CICR contribue à élucider le sort des personnes portées disparues pendant le conflit armé interne qu’a connu le pays. Il apporte son savoir-faire dans les domaines de la médecine légale, de la gestion des données et de l’accompagnement psychologique des familles des personnes disparues.

Étant donné que la violence des gangs continue de perturber gravement la vie au sein des communautés, le CICR soutient deux projets de prévention de la violence chez les jeunes, menés par la Croix-Rouge locale et la Croix-Rouge espagnole dans la ville de Guatemala. Au Honduras, le CICR et le ministère de l'Éducation ont mis en place un projet à plusieurs volets – information, protection et assistance – à l'intention des élèves de 20 établissements scolaires touchés par la violence organisée. Les premiers secours sont fournis par la Croix-Rouge du Honduras.

Visites aux détenus

Au Mexique, le CICR visite les personnes détenues pour leurs liens présumés avec des groupes armés, ou arrêtées lors de confrontations avec les forces de sécurité, principalement dans le cadre de protestations sociales, ethniques ou foncières. Au Panama, il a poursuivi ses visites aux ressortissants colombiens accusés d’entretenir des liens avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Au Panama, dans la région du Darién, limitrophe de la Colombie, le CICR s'efforce d'améliorer l'accès de la population locale du Alto Tuira aux soins de santé primaires, aux soins dentaires et à l'eau potable.

Au Mexique, au Guatemala et au Salvador, le CICR coopère avec les Sociétés nationales pour venir en aide aux migrants. Dans tous les pays couverts par la délégation régionale, le CICR renforce la capacité des Sociétés nationales dans le domaine du rétablissement des liens familiaux (RLF) et les encourage à suivre les directrices pour « un accès plus sûr », qui visent à renforcer la sécurité des collaborateurs et volontaires de la Croix-Rouge dans les zones à haut risque.

Promotion du droit

Dans la plupart des pays de la région, le CICR encourage les forces armées à intégrer le droit international humanitaire, ainsi que les normes légales et les principes humanitaires qui régissent l'emploi de la force, dans leurs programmes de formation et leurs manuels. Dans le cadre de son travail auprès des forces de police de la région, le CICR plaide pour le respect des normes des droits de l’homme régissant l’emploi de la force dans les opérations de maintien de l’ordre.

Afin que les règles du DIH soient mieux respectées, le CICR soutient les efforts que déploient les États pour mettre en œuvre, intégrer et promouvoir au sein de leurs pays respectifs les dispositions des traités ou du droit coutumier, en travaillant avec leurs forces armées et de sécurité et des organismes tels que les Commissions nationales de DIH. Les domaines prioritaires sont les traités relatifs à l'emploi des armes, à la répression des crimes de guerre, aux personnes disparues (et aux questions médico-légales qui en découlent) et à la réglementation de l'emploi de la force.

Le CICR renforce sa collaboration avec les milieux universitaires pour la promotion, la mise en œuvre et le développement du DIH, et en vue d'approfondir son analyse des conséquences humanitaires de la violence qui persiste dans la région.


Photos

 

Visite du CICR et de la Croix-Rouge du Mexique à un jeune migrant d'origine hondurienne qui est tombé d'un train et a perdu ses deux jambes.
© Croix-rouge mexicaine de Tabasco