• Envoyer
  • Imprimer

La délégation régionale du CICR à Suva

10-01-2012 Introduction

La délégation régionale du CICR dans le Pacifique se trouve à Suva, aux Îles Fidji. Elle couvre les 16 pays (Australie, Îles Cook, Îles Fidji, Îles Marshall, Îles Salomon, Kiribati, Micronésie, Nauru, Nioué, Nouvelle-Zélande, Palau, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa, Tonga, Tuvalu, Vanuatu), ainsi que d'autres territoires du Pacifique. La délégation s’attache principalement à promouvoir le droit international humanitaire (DIH) et les autres problématiques humanitaires auprès des gouvernements, des forces de sécurité, des cercles universitaires, des médias et de la société civile. En outre, elle vient en aide aux communautés touchées par le conflit, visite les détenus et soutient les Sociétés nationales de la région, avec lesquelles elle travaille en coopération.

Visites aux détenus

La délégation régionale dans le Pacifique visite les personnes arrêtées en relation avec les troubles qui ont secoué les Îles Fidji et les Îles Salomon par le passé. En 2010, elle a commencé à visiter des lieux de détention en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les visites ont pour objectif de s’assurer que le traitement réservé aux détenus et leurs conditions de détention sont conformes aux normes internationalement reconnues. Le CICR transmet ses conclusions et recommandations aux autorités compétentes. Aux Îles Salomon, l’institution soutient un programme de visites familiales que la Croix-Rouge des Îles Salomon met en œuvre pour les détenus.

Soutien aux communautés touchées par la violence intercommunautaire

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, le CICR, en coopération avec la Croix-Rouge de Papouasie-Nouvelle-Guinée, maintient une présence accrue dans les régions touchées par la violence intercommunautaire. Il a établi des contacts avec les communautés et les groupes participant à la violence tribale afin de restaurer la confiance et de faire accepter l'action de la Croix-Rouge dans ces situations très instables. Le cas échéant et dans la mesure du possible, le CICR soutient les communautés touchées en leur distribuant des articles essentiels ou en leur fournissant une assistance médicale.

Promotion du droit international humanitaire

Dans le Pacifique, le CICR coopère avec les Sociétés nationales en vue de promouvoir la ratification des traités de DIH par les pays de la région et d’assister les autorités dans l’élaboration des mesures nécessaires à leur mise en œuvre au niveau national. Le CICR assiste aussi les autorités chargées de diffuser le DIH au niveau national.

À cet égard, le CICR réalise des programmes spécifiques visant à accroître la connaissance du DIH parmi les membres des forces armées et de sécurité en général. Ces programmes sont adaptés aux besoins des pays qui sont sujets à la violence ou qui déploient des troupes à l’étranger, et englobent des formations, des présentations et des manifestations régionales. Un soutien est par ailleurs apporté à certains membres pour qu’ils assistent à des formations à l’étranger et participent à des exercices militaires.

Le CICR s’emploie à promouvoir une couverture plus vaste des questions humanitaires par les médias régionaux, notamment grâce à des contacts réguliers, à des séances d’information, à des formations et à la diffusion de publications. Il s’attache en outre à sensibiliser davantage les organisations non gouvernementales de défense des droits de l’homme, les groupes de réflexion et les responsables communautaires à son mandat et à ses activités. Il aide également les institutions académiques à renforcer la connaissance du DIH parmi les étudiants et les encourage à intégrer le DIH dans les programmes d’études de droit et de journalisme.

Soutien aux Sociétés nationales

Le CICR soutient les efforts déployés par les Sociétés nationales de la région pour devenir des acteurs humanitaires uniques dans leurs pays respectifs. Il leur dispense des formations et leur fournit conseils et soutien matériel pour les aider à répondre plus efficacement aux besoins en cas de conflit armé ou d’autres situations de violence ou d’urgence. L’institution se concentre plus particulièrement sur le renforcement des capacités dans les domaines du rétablissement des liens familiaux et des premiers secours, sur la capacité à œuvrer en toute sécurité dans les situations de violence armée et sur la promotion du DIH et de l’identité du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Basée initialement à Djakarta puis à Manille, la délégation régionale dans le Pacifique a été transférée à Suva en 2001. Elle coordonne l’ensemble des activités du CICR dans les 16 pays et autres entités qu’elle couvre. Dans le but de renforcer sa capacité d’intervention en Papouasie-Nouvelle-Guinée, la délégation a ouvert un bureau (Mission) à Port Moresby en 2007. Depuis 1994, les activités menées en Australie sont gérées à partir du bureau de Sydney.


Photos

Papouasie-Nouvelle-Guinée. Sur l’île de Bougainville, le CICR contribue à la reconstruction de l’infrastructure de santé, détruite lors du conflit armé interne des années 1990. Sur cette photo, le CICR, en coopération avec la Croix-Rouge de Papouasie-Nouvelle-Guinée, livre des équipements médicaux au centre de santé d’Arawa.  

Papouasie-Nouvelle-Guinée. Sur l’île de Bougainville, le CICR contribue à la reconstruction de l’infrastructure de santé, détruite lors du conflit armé interne des années 1990. Sur cette photo, le CICR, en coopération avec la Croix-Rouge de Papouasie-Nouvelle-Guinée, livre des équipements médicaux au centre de santé d’Arawa.
© CICR

Papouasie-Nouvelle-Guinée. Un ingénieur en eau du CICR supervise l’approvisionnement en eau de la prison de Bihure. Le CICR apporte une assistance aux prisons afin d’y assurer des conditions de vie et d’hygiène adéquates, et élabore des rapports à l’intention des autorités pénitentiaires pour les aider à se conformer aux normes internationales et locales.  

Papouasie-Nouvelle-Guinée. Un ingénieur en eau du CICR supervise l’approvisionnement en eau de la prison de Bihure. Le CICR apporte une assistance aux prisons afin d’y assurer des conditions de vie et d’hygiène adéquates, et élabore des rapports à l’intention des autorités pénitentiaires pour les aider à se conformer aux normes internationales et locales.
© CICR

Australie. Un délégué du CICR participe à un exercice sur le terrain conduit par la Force de défense australienne. Dans le cadre de cet exercice, le CICR a simulé diverses situations, y compris la capture et le traitement de prisonniers par les forces armées.  

Australie. Un délégué du CICR participe à un exercice sur le terrain conduit par la Force de défense australienne. Dans le cadre de cet exercice, le CICR a simulé diverses situations, y compris la capture et le traitement de prisonniers par les forces armées.
© CICR

Îles Fidji. Le CICR effectue des visites annuelles dans les centres de détention des Îles Fidji. Sur cette image, une déléguée du CICR discute avec des membres du personnel chargé de l'administration et de l'entretien à la prison de Lautoka, dans la Province de Ba.  

Îles Fidji. Le CICR effectue des visites annuelles dans les centres de détention des Îles Fidji. Sur cette image, une déléguée du CICR discute avec des membres du personnel chargé de l'administration et de l'entretien à la prison de Lautoka, dans la Province de Ba.
© CICR / v-p-fj-e-00006