• Envoyer
  • Imprimer

La délégation régionale du CICR à Kuala Lumpur

15-05-2014 Introduction

La délégation régionale de Kuala Lumpur couvre la Malaisie, le Brunéi Darussalam et Singapour. Elle s’emploie à promouvoir les valeurs humanitaires et les normes internationales pertinentes auprès des organismes publics, des autorités détentrices, des forces armées et de sécurité, et de la société civile. Ses principaux partenaires sur le terrain sont le Croissant-Rouge de Malaisie, la Société du Croissant-Rouge de Brunéi et la Société de la Croix-Rouge de Singapour.

Le CICR est présent en Malaisie depuis 1972. La délégation régionale qu’il a ouverte à Kuala Lumpur en 2001 dialogue et collabore avec les organismes nationaux et régionaux, dont l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE ou ASEAN), pour comprendre les questions humanitaires qui les préoccupent et les aider à y faire face en mettant à leur disposition ses compétences techniques, son expérience, ses analyses et ses programmes de soutien.

Répondre aux besoins des personnes privées de liberté

En Malaisie, le CICR soutient les efforts déployés par l’administration pénitentiaire, le ministère de l’Immigration et la brigade spéciale des forces armées malaisiennes présente dans l’État de Sabah pour répondre aux besoins des détenus. Il veille, par des visites régulières effectuées en coopération avec les autorités, à ce que le traitement des détenus et leurs conditions de détention soient conformes aux normes nationales et internationales. Par le biais du Réseau des liens familiaux, au sein duquel il collabore avec le Croissant-Rouge de Malaisie et d’autres Sociétés nationales à travers le monde, le CICR permet aussi aux détenus de rétablir le contact avec leur famille.

Promouvoir le droit international humanitaire

Le CICR travaille en étroite collaboration avec les organismes publics et le bureau du procureur général à l’intégration du droit international humanitaire (DIH) et d’autres normes connexes dans la législation nationale. Outre ses relations bilatérales avec le gouvernement, il entretient des rapports constructifs avec des organisations multilatérales telles que l’ANASE et notamment avec les pays qui en assurent la présidence et avec ses groupes de travail.

Travailler avec les forces armées et de sécurité

Le CICR organise régulièrement des séances de formation à l’intention des officiers au Military Staff College (école militaire), au Joint Warfare Centre (PESAMA – centre de guerre interarmées), au Malaysian Peacekeeping Training Centre (centre malaisien de formation des forces de maintien de la paix) à Port Dickson et à l’unité médicale de l’Armée. Il participe aussi à des séminaires et des ateliers sur le DIH organisés à tous les niveaux des forces armées malaisiennes, en vue d’inciter les militaires à en appliquer les règles dans le cadre de leurs opérations. Il intervient en outre régulièrement dans les Defence Staff Colleges (écoles militaires) au Brunéi et à Singapour.

Le CICR collabore étroitement avec la Police royale malaisienne et les forces de sécurité à la formation des fonctionnaires de haut rang afin d’améliorer leur connaissance des normes internationales relatives à la gestion de l’ordre public. Il intervient aussi régulièrement lors des stages suivis par les officiers des forces armées et des forces de police en amont de leur déploiement sur le terrain, en vue de les préparer aux opérations de maintien de la paix et autres interventions humanitaires.

Promouvoir la connaissance du droit et des principes humanitaires

Le CICR entretient des relations avec les médias et la société civile, et s’emploie à promouvoir le DIH dans les écoles et les universités en vue de sensibiliser les futurs décideurs aux questions humanitaires. Étudiants et universitaires des trois pays de la région participent régulièrement à différents événements locaux et régionaux liés au DIH. Par exemple, le concours de plaidoirie et le tournoi annuel organisé conjointement par le CICR et l’UiTM (Universiti Teknologi MARA) voient s’affronter chaque année, depuis leur création en 2004, des équipes venues des quatre coins de la région pour approfondir leur connaissance du DIH.

En collaboration étroite avec les ministères de l’Éducation et les Sociétés nationales du Croissant-Rouge de Malaisie et du Brunéi, le CICR promeut l’introduction des principes humanitaires dans les programmes scolaires et les programmes des Sociétés nationales destinés aux jeunes. Avec la Croix-Rouge de Singapour, il s’emploie à promouvoir les valeurs humanitaires en soutenant le centre de formation créé par cette dernière et intervient auprès des jeunes volontaires de la Société nationale dans les écoles et les universités.

Le CICR suit de très près ce qui se passe dans la région et participe activement aux discussions qui s’y déroulent sur les questions humanitaires, en particulier celles qui revêtent une importance particulière telles que la migration, les activités de protection dans le cadre d’interventions consécutives à une catastrophe, les relations entre civils et militaires, et les nouveaux moyens et méthodes de guerre (dont la cyberguerre).

Coopérer avec les Sociétés nationales

En étroite collaboration avec la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le CICR aide les trois Sociétés nationales de la région à renforcer leurs capacités et à promouvoir les principes fondamentaux du Mouvement. Il s’emploie, à leurs côtés, à regrouper les familles dispersées dans le cadre du programme de rétablissement des liens familiaux, et à mieux faire connaître les principes humanitaires.

La délégation régionale du CICR reste présente dans l’État de Sabah où, en collaboration avec le Croissant-Rouge de Malaisie, elle s’efforce de mieux cerner les besoins humanitaires des communautés vulnérables et de mettre en œuvre des projets capables d’y répondre.

Enfin, le CICR et la Fédération travaillent conjointement à la mise en place de mécanismes et de plateformes visant à faciliter le déploiement des activités humanitaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans l’ensemble de la région.


Photos

Des officiers de différents corps armés participant à un exercice, pendant L’Atelier pour officiers supérieurs sur les règles internationales régissant les opérations militaires (atelier SWIRMO) de 2012. Partout dans le monde, le CICR aide les forces armées à incorporer le droit international humanitaire dans leur doctrine militaire, leurs opérations et leurs formations.  

Kuala Lumpur, Malaisie
Des officiers de différents corps armés participant à un exercice, pendant L’Atelier pour officiers supérieurs sur les règles internationales régissant les opérations militaires (atelier SWIRMO) de 2012. Partout dans le monde, le CICR aide les forces armées à incorporer le droit international humanitaire dans leur doctrine militaire, leurs opérations et leurs formations.
© Forces armées de Malaisie

Le CICR collabore avec les autorités pénitentiaires malaisiennes à la formation de leur personnel, comme à l’occasion de ce séminaire sur les soins de santé en détention. 

Malaisie
Le CICR collabore avec les autorités pénitentiaires malaisiennes à la formation de leur personnel, comme à l’occasion de ce séminaire sur les soins de santé en détention.
© CICR / M. Wiegmann

Des élèves inscrivent leurs idées sur une affiche pendant un des ateliers « Explorons le droit international humanitaire » dont l’objet est de promouvoir le respect pour la vie et la dignité humaine. 

Kuala Selangor, Malaisie
Des élèves inscrivent leurs idées sur une affiche pendant un des ateliers « Explorons le droit international humanitaire » dont l’objet est de promouvoir le respect pour la vie et la dignité humaine.
© CICR / P. Tan