• Envoyer


FamilyLinks.ICRC.ORG

Vers le site de la campagne

Banniere RSS

Le CICR au Myanmar

Insein, prison. Detenu rédigeant un message Croix-Rouge.

Le CICR prévoit de commencer à visiter les centres de détention dans le pays, en respectant ses méthodes et procédures de travail habituelles, au début 2013. L’institution coopère avec la Croix-Rouge du Myanmar en vue d’apporter une assistance de base mais essentielle aux personnes touchées par les violences intercommunautaires dans l’État de Rakhine. En savoir plus

Faits et chiffres

De janvier à juin 2014, le CICR a :

  • effectué 21 visites dans 17 lieux de détention, améliorant les conditions de vie de 16 500 détenus grâce à des travaux de remise en état des installations d’eau et d’assainissement, des cuisines et des infirmeries dans 11 prisons ;
  • permis à plus de 500 détenus de rester en contact avec les membres de leur famille grâce à l’échange de message Croix-Rouge, et organisé quelque 80 visites entre des détenus et leurs proches vivant dans des régions éloignées ;
  • formé plus de 80 médecins, 90 sages-femmes et 240 infirmiers et infirmières aux premiers soins aux victimes de traumatismes, à la chirurgie de guerre, etc. ;
  • remis en état les installations d’approvisionnement en eau, d’assainissement et de gestion des déchets dans 12 établissement médicaux du pays, qui ont aussi été ravitaillés en médicaments et matériel médical ;
  • procuré à 1 250 personnes handicapées  des membres artificiels fabriqués dans des centres de réadaptation physique soutenus par le CICR ;
  • porté assistance à près de 50 000 personnes, qui ont bénéficié de programmes agricoles, d’initiatives « argent contre travail » et de distributions d’articles de première nécessité ; elles ont aussi été aidées à monter de petites entreprises familiales génératrices de revenus grâce à des subventions, à des formations professionnelles et à la fourniture de matériel divers tel que filets de pêche, canoës, vélos triporteurs et articles d’épicerie ;
  • sensibilisé plus d’un millier de personnes, dont des porteurs d’armes et des chefs religieux, aux activités menées par le Mouvement ainsi qu’aux règles du droit international humanitaire et des droits de l’homme ;
  • apporté son soutien à la Croix-Rouge du Myanmar pour la formation de son personnel et de ses volontaires, notamment des secouristes et autres intervenants lors de situations d’urgence.