• Envoyer


FamilyLinks.ICRC.ORG

Vers le site de la campagne

Banniere RSS

Le CICR au Népal

Un père et une mère se recueillent devant un mur édifié à la mémoire de personnes disparues par leurs familles, avec l’aide du programme de soutien psychosocial du CICR (Hateymalo). Le père montre du doigt le nom de leur fils.

Depuis la fin du conflit armé en 2006, le CICR s'emploie essentiellement à faire face aux conséquences du conflit qui persistent sur le plan humanitaire et à répondre aux besoins des personnes touchées par les troubles actuels. Il aide la Croix-Rouge du Népal, les institutions compétentes et les pouvoirs publics à améliorer leur préparation aux situations d'urgence et leurs capacités d'intervention, et contribue à promouvoir le droit international humanitaire (DIH). L'institution mène la plupart de ses activités conjointement avec la Croix-Rouge du Népal, tout en renforçant les capacités de la Société nationale à travers un soutien financier, technique et matériel, et une aide à la formation. En savoir plus

Faits et chiffres

En 2013, le CICR a :

  • enregistré 45 nouveaux cas de personnes disparues, ce qui porte leur nombre total à 1359 ;
  • étendu le soutien psychosocial à dix autres districts, atteignant ainsi 272 familles de plus. Près d'un millier de familles ont bénéficié des services du CICR depuis 2010 ;
  • aidé 43 réfugiés bhoutanais à visiter 23 proches détenus au Bhoutan ;
  • soutenu deux centres de réadaptation physique, qui ont fourni au total des services à plus de 1 300 personnes handicapées ;
  • fait don de secours nécessaires à 36 hôpitaux pour leur permettre de prodiguer des soins chirurgicaux ou autres soins médicaux à des personnes blessées lors d’actes de violence isolés, et à d’autres patients ;
  • formé près de 400 membres des forces de police armées et membres de la police népalaise aux rudiments de la gestion des dépouilles mortelles, tandis que 24 membres de chaque force ont également suivi une « formation de formateurs » en la matière et sur les premiers soins d'urgence ;
  • soutenu la formation de 63 médecins, dont deux de l'armée du Bangladesh, à la gestion des traumatismes dans le cadre d’un cours spécialisé de traumatologie d'urgence ;
  • formé plus de 300 volontaires des équipes d’action Croix-Rouge (RCAT) à la préparation aux situations d'urgence au niveau des districts.

>> Plus de faits et chiffres


Toutes les pages associées

Rapport d'activité 2013

Sites utiles