• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR au Népal

01-03-2014 Introduction

Depuis la fin du conflit armé au Népal en 2006, le CICR fait face aux conséquences humanitaires du conflit et apporte assistance aux personnes touchées par les troubles récurrents. Il aide la Croix-Rouge du Népal, les pouvoirs publics et les autres organismes concernés à améliorer leurs capacités d'intervention en cas d’urgence, et contribue à promouvoir le droit international humanitaire (DIH). L'institution mène la plupart de ses activités avec la Société nationale.

Situation actuelle

Un accord de paix a été conclu en 2006 mettant fin au conflit au Népal. Le sort du projet de nouvelle constitution demeure cependant incertain, des désaccords profonds au sein des forces politiques népalaises quant aux termes de celle-ci ayant conduit à la dissolution de l’Assemblée constituante. Les partis se sont néanmoins mis d’accord sur la réinsertion et la réhabilitation des anciens membres de l’Armée populaire de libération, autre aspect important du processus de paix. Les élections du 19 novembre 2013 visant à élire la deuxième Assemblée constituante ont ramené le pays sur une voie juridique et constitutionnelle et fait naître l'espoir d'une nouvelle constitution. Un gouvernement majoritaire a été constitué, dirigé par le Congrès népalais avec la participation du parti communiste népalais (UML). Il est vraisemblable que divers groupes politiques, ethniques, sociaux, et autres groupes continueront néanmoins d'exprimer leur mécontentement et leurs revendications par des grèves ou des actions violentes. Par ailleurs, le pays étant fortement exposé aux catastrophes naturelles et au risque permanent d'être frappé par un séisme dévastateur, il s'emploie à améliorer sa préparation à ce type de phénomènes.

Activités du CICR

Lors des premières années du conflit, le CICR a conduit ses opérations depuis sa délégation régionale à New Delhi, avant d'ouvrir une délégation à Katmandou en 2001. Durant le conflit, les visites des détenus de sécurité ont constitué l’essentiel des activités de l’institution. En collaboration avec la Croix-Rouge du Népal, le CICR continue de permettre aux réfugiés bhoutanais vivant dans le pays de rester en contact avec leurs proches détenus au Bhoutan et de leur rendre visite.

Personnes disparues

L’aide aux familles des personnes portées disparues en lien avec le conflit armé reste une priorité pour le CICR. L'institution entreprend des démarches pour le compte des familles auprès des acteurs concernés, en vue d'obtenir des informations sur le sort de leurs proches disparus. Elle encourage les autorités à venir en aide à ces familles et soutient les activités médicolégales, telles que les exhumations et l’identification des restes humains. En coopération avec la Croix-Rouge du Népal et d'autres organisations, elle fournit un soutien psychosocial, économique et juridique aux familles des personnes portées disparues. La décision prise le 2 janvier 2014 par la Cour suprême concernant le recours sur l’ordonnance visant à établir la vérité et la réconciliation introduite par l'ancien gouvernement renforce les chances de création d’un organisme pour traiter des questions relatives aux personnes disparues. La Cour suprême a ordonné au gouvernement népalais d’établir une commission indépendante chargée d’enquêter sur les disparitions forcées.

Réadaptation physique

Le CICR et la Croix-Rouge du Népal aident les personnes qui ont été blessées ou mutilées durant le conflit armé à bénéficier des programmes de réparation du gouvernement ; ils aiguillent aussi certaines d'entre elles vers l'un des deux centres de réadaptation physique auxquels le CICR fournit des équipements, du matériel et une aide à la formation, afin que ces centres puissent proposer des membres artificiels sur mesure et des aides techniques.

Contamination par les armes

Des engins non explosés continuent de tuer et de mutiler des civils. Le CICR soutient le programme de sensibilisation au danger des mines mené par la Croix-Rouge du Népal, qui vise à prévenir les accidents en rendant les communautés plus attentives aux risques liés à ce type d'engins.

Coopération avec la Croix-Rouge du Népal

Le CICR aide la Croix-Rouge du Népal à renforcer sa capacité à prêter assistance aux victimes de la violence et des catastrophes naturelles, notamment par des services de premiers secours et d'ambulance, de rétablissement des liens familiaux et de gestion des restes humains en vue d'identifier les personnes décédées.

Soutien aux organismes népalais

Le CICR fournit également un soutien à d’autres services de santé et de secours népalais pour améliorer leur préparation aux situations d'urgence et leurs capacités d'intervention. Il forme le personnel hospitalier à la prise en charge des patients souffrant de traumatismes et aux afflux massifs de blessés.

Promotion du droit international humanitaire

Le CICR s'attache à promouvoir le DIH auprès des autorités, des forces armées et des établissements universitaires.


Photos

Un père et une mère se recueillent devant un mur édifié à la mémoire de personnes disparues par leurs familles, avec l’aide du programme de soutien psychosocial du CICR (Hateymalo). Le père montre du doigt le nom de leur fils.  

Nawalparasi, 2011.
Un père et une mère se recueillent devant un mur édifié à la mémoire de personnes disparues par leurs familles, avec l’aide du programme de soutien psychosocial du CICR (Hateymalo). Le père montre du doigt le nom de leur fils.
© ICRC