• Envoyer
  • Imprimer

La délégation régionale du CICR à Bangkok

15-06-2014 Introduction

Ouverte en 1975, la délégation régionale du CICR à Bangkok couvre la Thaïlande, le Cambodge, la RDP lao et le Viet Nam. Le CICR dispose de bureaux à Phnom Penh, Vientiane et Chiang Mai et d’une équipe basée dans les provinces du sud de la Thaïlande. Son personnel visite les détenus, facilite le rétablissement des liens familiaux, porte assistance aux communautés vulnérables et s’emploie à promouvoir le droit international humanitaire.

Amélioration des conditions de détention

En Thaïlande, le CICR a commencé à visiter des personnes détenues en lien avec la situation dans le sud du pays en 2004. Au Cambodge, il visite des détenus depuis 1991. Dans ces deux pays, l’institution collabore avec l’administration pénitentiaire et les autres autorités concernées afin de renforcer leurs capacités dans les domaines de la santé, de l’eau (stockage et approvisionnement), de l’assainissement et de la gestion des prisons. L’objectif est d’assurer aux détenus des conditions de vie appropriées.
Rétablissement des liens familiaux

Les personnes privées de liberté doivent pouvoir maintenir des contacts réguliers avec leurs proches. En Thaïlande et au Cambodge, le CICR donne aux détenus qu’il visite la possibilité de communiquer avec leur famille au moyen de messages Croix-Rouge, qui contiennent des nouvelles personnelles. En Thaïlande, il apporte un soutien technique, financier et administratif aux habitants des provinces du sud pour leur permettre de rendre visite à leurs proches détenus.

Au Cambodge, en RDP lao, au Viet Nam et en Thaïlande, le CICR et les Sociétés nationales de la Croix-Rouge œuvrent ensemble à localiser les personnes séparées de leurs proches. Ils recherchent ainsi les personnes portées disparues et aident les membres de familles dispersées à échanger des messages et à se réunir.

Soutien aux services de soins de santé

En partenariat avec les autorités sanitaires, des hôpitaux et des organisations non gouvernementales en Thaïlande, le CICR fournit une assistance financière et technique pour permettre aux blessés de guerre et aux victimes de mines ou d’autres débris de guerre de recevoir des soins médicaux le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar.

En coopération avec la Croix-Rouge thaïlandaise et le ministère thaïlandais de la Santé publique, le CICR organise des séminaires spécialisés à l’intention des chirurgiens du pays fréquemment appelés à soigner des victimes de la violence armée.
Réadaptation physique en faveur des amputés

Les victimes de mines terrestres et d’autres personnes blessées dans le conflit sont souvent mutilées à vie. Le programme de réadaptation physique du CICR les aide à retrouver une certaine autonomie en leur fournissant gratuitement des prothèses, des orthèses, des béquilles, des chaises roulantes et des services de physiothérapie.

Le CICR apporte un appui financier et technique au ministère des Affaires sociales, du Travail, des Vétérans et de la Jeunesse du Cambodge, où il gère les centres de réadaptation physique de Battambang et de Kompong Speu, ainsi qu’un atelier de production de composants orthopédiques situé à Phnom Penh.

Les équipes du CICR soutiennent les programmes de proximité des centres en se déplaçant dans des villages isolés pour réparer des prothèses et, au Viet Nam et au Laos, facilitent l’accès des amputés aux services de réadaptation physique. L’institution prête aussi son concours aux programmes microéconomiques de la Croix-Rouge cambodgienne, qui aident les personnes handicapées à monter un petit commerce.

Restauration des moyens de subsistance

Pour répondre aux besoins des personnes touchées par les violences dans le sud de la Thaïlande, le CICR a lancé en 2011 des initiatives microéconomiques consistant à financer des projets de soutien aux moyens de subsistance durables, dans le but d’aider les survivants à renforcer leurs compétences, leur sécurité économique et leur résilience.

En coopération avec la Croix-Rouge lao, le CICR a mis en place un programme d’aide aux victimes d’engins non explosés visant en particulier les familles des provinces d’Attapeu et de Sekong, dans le sud du Laos.

Promotion du droit international humanitaire (DIH)

Conformément à son mandat, le CICR encourage le respect du DIH et sa mise en œuvre dans la législation nationale en intervenant directement auprès des forces armées, des services de police, des établissements d’enseignement et des organisations religieuses.

Par des formations, des ateliers et des séminaires, le CICR s’emploie à promouvoir les principes humanitaires afin d’éviter – ou du moins de limiter – les souffrances inutiles causées par les conflits armés et d’autres situations de violence.

Interventions en cas d’urgence

Lorsqu’une catastrophe naturelle se produit, le CICR apporte son appui aux Sociétés nationales en vue de favoriser le relèvement des communautés touchées ; il distribue ainsi vivres et articles ménagers, rétablit les services essentiels et soutient les moyens de subsistance. Dans ces situations, il aide en outre les membres de familles dispersées à reprendre contact avec leurs proches.


Photos

Cambodia. A mine victim busy making clothes, after a Cambodian Red Cross micro-credit project helped her start up her own tailoring business. 

© Cambodian Red Cross / v-p-kh-e-00187