• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR en Azerbaïdjan

29-10-2010 Introduction

La délégation du CICR en Azerbaïdjan axe son action sur le dossier des personnes disparues et sur l’assistance aux personnes détenues dans le cadre du conflit ou pour des raisons de sécurité. Elle soutient les autorités carcérales dans leur gestion de certaines questions de santé, comme la lutte contre la tuberculose, et suit la situation des populations vivant le long de la frontière internationale avec l’Arménie.

Le CICR est présent depuis 1992 en Azerbaïdjan, où il mène des activités dans le contexte du conflit du Haut-Karabakh, s’attachant principalement à répondre aux besoins et aux préoccupations des civils qui vivent le long de la « ligne de contact » avec le Haut-Karabakh et de la frontière internationale avec l’Arménie.

Les violations du cessez-le-feu ainsi que la présence de mines et de restes explosifs de guerre continuent d’avoir des répercussions pour les civils vivant dans ces zones.

L’institution axe son action sur le dossier des personnes disparues et sur l’assistance aux personnes détenues dans le cadre du conflit ou pour des raisons de sécurité, ainsi qu’à d’autres groupes vulnérables.

Le CICR fournit aux autorités du matériel médical et des médicaments, ainsi que des conseils d’experts, afin de soutenir les efforts qu’elles déploient pour lutter contre la tuberculose – en particulier sa forme multirésistante – dans les prisons de l’Azerbaïdjan. Cette initiative bénéficie aussi de l’assistance technique de l’institution et d’un soutien en matière de gestion au laboratoire national de référence, qui a ouvert en mai 2009.

Le CICR soutient aussi les services de soins de santé primaires dans le Haut-Karabakh et fournit de la nourriture et des articles ménagers essentiels aux personnes vulnérables. Il vient également en aide à la population par le biais de projets d’approvisionnement en eau et par la construction d’infrastructures, comme des terrains de jeu sûrs pour les enfants.

Une autre priorité du CICR est de promouvoir la mise en œuvre du droit international humanitaire (DIH) et son intégration dans la formation des forces armées, ainsi que dans les programmes scolaires et universitaires.

En outre, le CICR s’emploie à renforcer les capacités de la Société du Croissant-Rouge d’Azerbaïdjan, en particulier dans les domaines de la recherche de personnes, de la diffusion du DIH et de l'action antimines.


Photos

 

© ICRC / B. Heger / az-e-00109