• Envoyer
  • Imprimer

La délégation régionale du CICR à Moscou

01-03-2012 Introduction

La délégation régionale du CICR à Moscou couvre la Fédération de Russie, le Bélarus, la République de Moldova et l’Ukraine. Elle s’emploie essentiellement à faire face aux conséquences des conflits passés et à la situation qui prévaut actuellement dans le Nord-Caucase. Dans cette optique, elle maintient un dialogue stratégique avec les autorités russes sur des questions humanitaires et de droit international humanitaire, collabore avec la Société de la Croix-Rouge russe et apporte un soutien aux Sociétés nationales bélarussienne, moldove et ukrainienne.

Atténuer les souffrances dans le Nord-Caucase

Le CICR a commencé à travailler en Russie en 1992, lorsqu’a éclaté le conflit dans le district de Prigorodny (Nord-Caucase). Depuis, il a apporté protection et assistance à des centaines de milliers de personnes touchées par la violence armée dans cette région.

Comme dans bien d’autres endroits du monde, les effets des conflits passés continuent de se faire sentir dans le Nord-Caucase. Ainsi, par exemple :

  • au moins 3 000 familles sont toujours sans nouvelles de proches portés disparus à la suite des conflits qui ont ravagé cette région, dont quelque 600 militaires ;
  • des milliers de familles du district de Prigorodny, de Géorgie et de Tchétchénie ont dû quitter leur foyer au cours des vingt dernières années, et beaucoup d’entre elles n’ont toujours pas retrouvé un logement permanent ;
  • un grand nombre de personnes âgées qui ont perdu tous leurs parents proches dans les conflits ont besoin d’un soutien économique et psychologique.

Ces dernières années, des milliers de personnes ont été tuées ou blessées dans le Nord-Caucase, laissant derrière elles des familles endeuillées et sans soutien économique. Le CICR appuie les efforts déployés par les autorités, en apportant à la population une assistance adaptée à ses besoins. Il a notamment lancé des initiatives microéconomiques, qui consistent à octroyer aux bénéficiaires des subventions ciblées pour leur permettre de démarrer une activité ou d’améliorer leurs revenus. Au total, le CICR a déjà mis en œuvre 4 700 projets de ce type dans le Nord-Caucase.

Engager la Russie dans un dialogue sur des questions humanitaires et juridiques

La Russie a un rôle essentiel à jouer non seulement dans les questions humanitaires, mais aussi dans la mise en œuvre et le développement du droit international humanitaire, tant au niveau régional qu’international. Le CICR collabore activement avec les autorités russes, notamment avec les ministères des Affaires étrangères, de la Justice et des Situations d’urgence, ainsi qu’avec des organisations régionales telles que l’Assemblée interparlementaire de la Communauté des États indépendants (CEI) et l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC).

Soutenir les Sociétés de la Croix-Rouge

La délégation soutient les Sociétés de la Croix-Rouge de la région en les aidant à renforcer leurs capacités à répondre aux situations d’urgence, à promouvoir les valeurs humanitaires et les principes fondamentaux du droit international humanitaire, à rétablir les liens familiaux et à prêter assistance aux personnes vulnérables. Dans le Nord-Caucase, le CICR travaille souvent en collaboration avec la Croix-Rouge russe. Le personnel infirmier de la Société nationale rend visite plusieurs fois par semaine à plus d’un millier de personnes âgées isolées et sans ressources et fournit un soutien psychologique aux familles des disparus ainsi qu’aux enfants touchés par la tragédie de Beslan.

Faire la lumière sur le sort des personnes portées disparues depuis la Seconde Guerre mondiale

En coopération avec les services de recherches des Sociétés nationales de la Croix-Rouge, le CICR s’attache tout particulièrement à venir en aide aux personnes en quête d’informations sur des proches disparus pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa délégation régionale à Moscou s’emploie à faire mieux connaître le Service international de recherches (SIR). Cet organisme basé en Allemagne est géré par le CICR depuis sa création par les Alliés en 1945 ; le CICR se retirera cependant de la gestion et de l’administration du SIR à la fin de 2012.

Activités régionales

La délégation mène également des activités à l’échelon régional. Elle soutient notamment les Commissions nationales de droit international humanitaire du Bélarus, de la République de Moldova et de l’Ukraine, et s’efforce de remédier au problème de la contamination par les armes de la Seconde Guerre mondiale sur le territoire ukrainien. Des experts du CICR en poste à Moscou apportent en outre leur aide à d’autres délégations du CICR basées en ex-Union soviétique.


Photos

Tchétchénie, Fédération de Russie. Une femme montre les plantes qu’elle cultive dans une serre grâce à un projet microéconomique du CICR. 

Tchétchénie, Fédération de Russie. Une femme montre les plantes qu’elle cultive dans une serre grâce à un projet microéconomique du CICR.
© CICR

Élèves officiers en pleine concentration lors d’un concours national de droit international humanitaire organisé en Russie. 

Élèves officiers en pleine concentration lors d’un concours national de droit international humanitaire organisé en Russie.
© CICR

Tchétchénie, Fédération de Russie. Une collaboratrice du CICR visite la famille d’un disparu. 

Tchétchénie, Fédération de Russie. Une collaboratrice du CICR visite la famille d’un disparu.
© CICR

Moscou, Fédération de Russie. Yves Daccord (à droite), directeur général du CICR, lors d’une réunion avec Nikolai Bordyuzha, secrétaire général de l’OTSC, à l’automne 2011. 

Moscou, Fédération de Russie. Yves Daccord (à droite), directeur général du CICR, lors d’une réunion avec Nikolai Bordyuzha, secrétaire général de l’OTSC, à l’automne 2011.
© CICR