• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR en Égypte

25-03-2012 Introduction

Présente de longue date dans le pays, la délégation du CICR au Caire s’efforce de tirer parti de la place privilégiée qu’occupe l’Égypte dans le monde arabe pour faire mieux connaître et accepter le droit international humanitaire dans la région, et promouvoir sa mise en œuvre au niveau national dans les 22 pays membres de la Ligue des États arabes.

À quelques interruptions près, le CICR est présent en Égypte depuis le début de la Seconde Guerre mondiale et l'a été tout au long des conflits dont la région a été le théâtre par la suite. Sa délégation au Caire travaille essentiellement en tant que centre régional chargé de promouvoir la mise en œuvre nationale du droit international humanitaire (DIH), ainsi que son incorporation dans la formation des militaires et dans les programmes universitaires en Égypte et ailleurs dans le monde arabe.

Lors de la crise de 2011 en Libye, plus de 450 000 personnes ont fui en direction de l'Égypte pour échapper à la violence. Le CICR a immédiatement réagi en établissant une structure opérationnelle dans la ville frontalière de Salloum. En collaboration étroite avec la Société du Croissant-Rouge égyptien, il a apporté aux personnes bloquées à la frontière une assistance vitale, leur distribuant des vivres et s'employant à rétablir les liens familiaux. Le CICR a également aidé ces personnes dans les démarches qu'elles ont entreprises auprès des ambassades ou consulats compétents pour obtenir les titres de voyage dont elles avaient besoin.

Avec l'amélioration de la situation à la frontière, le CICR a décidé de progressivement réduire ses activités à Salloum, où il a finalement fermé en décembre 2011 le bureau qu'il avait ouvert. Le CICR continue toutefois de fournir des services de recherches par l'intermédiaire de son équipe spécialisée basée au Caire, qui se rend fréquemment à Salloum, et en coopération avec les équipes de la Société du Croissant-Rouge égyptien dans cette ville.

Le CICR aide les réfugiés et les demandeurs d'asile au Caire et ailleurs en Égypte à rétablir et à maintenir le contact avec leurs familles en accordant une attention toute particulière au sort des mineurs non accompagnés. Il aide également les Égyptiens de l'étranger qui vivent dans des zones de conflit et leurs proches – notamment les personnes détenues – à rester en contact. Le CICR délivre en outre à certains migrants des titres de voyage leur permettant, une fois qu'ils ont obtenu le statut de réfugié, de commencer une nouvelle vie dans un autre pays.

En coordination étroite avec la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le CICR apporte un soutien à la Société du Croissant-Rouge égyptien, qu'il a notamment aidée à élaborer un plan d'urgence en vue d'éventuelles crises à la frontière avec la bande de Gaza.

À la suite des activités menées pendant les troubles civils qui ont éclaté en Égypte le 25 janvier 2011, le CICR a aidé la Société du Croissant-Rouge égyptien à former et à équiper dix équipes d'intervention rapide. Depuis octobre 2011, ces équipes ont été régulièrement mobilisées pour prodiguer les premiers secours aux centaines de personnes blessées dans les manifestations et les affrontements sur la place Tahrir et ailleurs au Caire. Ce programme de mise sur pied d'équipes d'intervention rapide sera étendu en 2012 aux sections de la Société nationale œuvrant dans le reste du pays.

Le travail de la délégation du CICR en Égypte consiste dans une large mesure à expliquer la nature de ses activités dans la région et les concepts fondamentaux du DIH. À cette fin, le CICR a conclu en 2012 un accord avec le Syndicat des journalistes égyptiens visant à former ces derniers aux premiers secours et à leur donner un aperçu général des principes du DIH et du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Le CICR offre également une formation au DIH aux membres des forces armées, de la police et de la magistrature. Il poursuit en outre les discussions engagées à haut niveau afin de pouvoir visiter les personnes privées de liberté.

Dans la région

Les services consultatifs régionaux du CICR au Caire travaillent en étroite collaboration avec la Ligue des États arabes à promouvoir le DIH et son incorporation dans les législations nationales. Ils organisent des séminaires régionaux et produisent des supports écrits et audiovisuels expliquant les principes du DIH et le rôle du CICR dans les conflits armés et les autres situations de violence.

Le Centre de soutien en communication du Caire s'emploie principalement à assurer la communication avec les médias régionaux et internationaux sur les questions liées au DIH et les activités de l'institution dans les zones qu'il couvre. Il organise des cours de sensibilisation au DIH à l'intention des journalistes et des responsables des médias de la région arabe, afin qu'ils aient des connaissances de base sur le DIH, ainsi que sur leurs droits et obligations lorsqu'ils couvrent des conflits armés.

Le Centre de soutien en communication publie régulièrement des informations relatives au CICR et au DIH sur le site Web du CICR en arabe, qui est géré depuis Le Caire, ainsi que dans diverses revues en langue arabe.