• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR en Irak

18-02-2014 Introduction

En Irak, où il est présent depuis 1980, le CICR s'emploie à faire face aux conséquences de la violence et des conflits. Il visite les détenus et les aide à garder le contact avec leurs familles, prête assistance aux groupes vulnérables, s'attache à améliorer l'accès à l'eau potable et aux soins de santé et appuie les efforts déployés par les autorités pour faire la lumière sur le sort des personnes portées disparues à la suite des conflits passés.

Les contacts étroits qu’il entretient avec les autorités, les chefs de tribus et de communautés, les responsables religieux, les forces armées et de sécurité, les groupes armés et la société civile permettent au CICR d'opérer jusque dans les zones exposées à la violence telles que le centre de l'Irak ou les territoires revendiqués par plusieurs parties.

Le CICR compte 817 collaborateurs en Irak, soit 728 employés irakiens et 89 expatriés. Ensemble, ils apportent protection et assistance aux personnes touchées par le conflit et la violence.

Assistance aux groupes vulnérables

Tout en continuant de venir en aide aux personnes déplacées, le CICR s'emploie à rétablir les moyens de subsistance des Irakiens et les aide à retrouver ou conserver leur indépendance financière.

L'assistance du CICR vise essentiellement à aider les agriculteurs pauvres à augmenter leur production, à fournir une aide d'urgence aux déplacés et réfugiés et à octroyer des aides financières aux femmes vulnérables qui ont charge de famille et aux personnes handicapées pour leur permettre de démarrer une petite activité.

Amélioration des infrastructures

L'accès à l'eau potable restant difficile dans une grande partie du pays, les ingénieurs du CICR s'emploient à remettre en état et à moderniser les installations d'approvisionnement en eau, en particulier dans les zones rurales et négligées exposées à la violence. Ces activités, menées par le CICR avec le soutien des autorités irakiennes, ont ainsi permis d'améliorer l'accès à l'eau potable d’environ 1,5 million de personnes.

Soutien aux services de santé

Les services de santé irakiens peinant toujours à répondre aux besoins de la population, en particulier dans les régions reculées, le CICR soutient certains centres de soins de santé primaires en rénovant leurs locaux et en formant leur personnel. Il fournit en outre de l'équipement à 12 centres de réadaptation physique et forme le personnel de ces centres, afin d'aider les personnes handicapées à réintégrer leur communauté. 

Visite aux détenus

Le CICR visite des milliers de personnes détenues par les autorités centrales irakiennes et les autorités régionales kurdes pour observer le traitement qui leur est réservé, suivre leurs conditions de détention, évaluer l'accès aux soins de santé, assurer le contact entre les détenus et leurs familles et veiller au respect des garanties judiciaires fondamentales. Il entretient avec les autorités un dialogue confidentiel afin d’améliorer la situation des détenus. L’institution distribue notamment aux détenus du linge de lit et des vêtements, et mène des projets  d’approvisionnement en eau et d’assainissement.

Recherche des personnes portées disparues

Le CICR appuie les efforts déployés par les autorités pour faire la lumière sur le sort des dizaines de milliers de personnes toujours portées disparues à la suite de la guerre de 1980-1988 entre l'Iran et l'Irak et de la guerre du Golfe de 1990-1991. Il favorise le dialogue et l'échange d'informations entre les parties, organise des formations à l'identification médicolégale, remet en état des locaux et facilite des missions conjointes d'exhumation et de restitution des restes humains.

Sensibilisation aux questions humanitaires

Le CICR encourage les médias à parler des questions humanitaires en publiant des fiches de synthèse, des brochures, des bulletins et des communiqués de presse. Il insiste sur la nécessité de protéger les civils, les personnels de santé et les structures médicales. Il organise en outre des séances d'information et des présentations pour permettre aux militaires, spécialistes des questions religieuses, chefs tribaux et étudiants d'approfondir leurs connaissances sur le CICR et le droit international humanitaire.

Coopération avec d'autres organisations

Le Croissant-Rouge de l’Irak et le CICR répondent ensemble aux besoins des personnes touchées par les violences. En plus d’aider la Société nationale à mettre en place une équipe spécialisée de formateurs en gestion des catastrophes, le CICR assure la formation et l’encadrement de son personnel et de ses volontaires en matière d’évaluation des besoins dans les situations d’urgence. Le Croissant-Rouge de l’Irak a par ailleurs commencé à former des équipes d’intervention d’urgence, avec le soutien du CICR, qui dispense des formations en premiers secours et en gestion des dépouilles mortelles. De plus, le CICR fait don d’articles de secours à la Société nationale afin de renforcer sa capacité d’intervention. Les programmes de sensibilisation au danger des mines et la diffusion du droit international humanitaire bénéficient également d’un soutien technique, sous forme de dons et de formations.


Photos

 

© ICRC / M.Greub / iq-e-00818