• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR au Liban

15-08-2013 Introduction

Présent au Liban depuis 1967, le CICR continue de répondre aux problèmes humanitaires résultant des conflits internes et internationaux de ces 45 dernières années. Il visite des personnes privées de liberté, contribue à rétablir le contact entre les membres de familles dispersées, travaille à répondre aux besoins des familles de personnes disparues et aide ses partenaires locaux à se préparer aux situations d’urgence. Avec d’autres organisations humanitaires, le CICR prête son concours pour faire face à l’afflux de réfugiés dans le pays en provenance de Syrie. Il apporte en outre un soutien logistique pour les opérations d’assistance en Syrie.

Réfugiés syriens

Depuis le début de la crise syrienne et l’afflux de réfugiés syriens au Liban, le CICR a renforcé son soutien aux services médicaux d’urgence de la Croix-Rouge libanaise en facilitant le transfert de blessés syriens arrivant au Liban vers des hôpitaux locaux. Dans ce contexte, l’institution a pris en charge les coûts des soins pour les cas les plus critiques, organisé des séminaires sur la prise en charge des blessures de guerre (en particulier les lésions orthopédiques) à l’intention de médecins libanais, distribué des vivres et une assistance non alimentaire d’urgence aux réfugiés en provenance de Syrie. Le CICR s’est aussi employé en permanence à rappeler aux autorités leur obligation de respecter le principe de non-refoulement.

Rétablissement des liens familiaux

Des centaines de familles sont toujours sans nouvelles de leurs proches portés disparus par suite des conflits armés qui ont déchiré le Liban depuis 1975. Dans le cadre du mandat humanitaire qui est le sien, le CICR travaille avec ces familles depuis des années, et il demeure résolu à veiller à ce que leurs besoins soient satisfaits et leurs droits reconnus, en particulier celui de savoir ce qu’il est advenu de leurs proches. En 2012, le CICR a mené une étude visant à mieux se rendre compte des besoins des familles. À la demande de celles-ci, il a aussi entrepris de réunir des informations détaillées sur les personnes portées disparues, de sorte que, à l’avenir, ces renseignements puissent être utilisés pour leur fournir des réponses concernant le sort de leurs êtres chers.

Assistance aux détenus

Comme dans plus de 80 autres pays de la planète, les collaborateurs du CICR visitent des personnes privées de liberté, afin d’observer leurs conditions de détention et le traitement qui leur est réservé. À l’issue de ces visites, le CICR fait part de ses conclusions et de ses recommandations aux autorités concernées exclusivement, le but étant de garantir les améliorations qui peuvent s’imposer. L’attention de l’institution va plus particulièrement aux personnes détenues pour des motifs en lien avec un conflit armé ou pour des questions de sécurité nationale. Les délégués du CICR font notamment en sorte que les personnes privées de liberté puissent rester en contact avec leur famille grâce à l’échange de messages Croix-Rouge ou par le biais d’appels téléphoniques. Les CICR soutient en outre les autorités dans leurs efforts visant à améliorer la fourniture des soins de santé dans les lieux de détention.

Rapatriements

En sa qualité d’intermédiaire neutre, le CICR s’emploie à faciliter le rapatriement des ressortissants libanais vivant en Israël qui souhaitent retourner au Liban, et qui ne pourraient le faire autrement, ainsi que le rapatriement des dépouilles de citoyens libanais, pour qu’ils puissent être inhumés chez eux.

Soutien à la Croix-Rouge libanaise

Le CICR continue d’apporter un soutien financier et technique à la Croix-Rouge libanaise, dans le but de renforcer les capacités de ses services d’urgence. Plus récemment, il a lancé une opération conjointe avec la Société nationale pour évacuer vers des hôpitaux les blessés syriens réfugiés au Liban, pour qu’ils puissent y être soignés.

Promotion du droit international humanitaire

Dans le cadre de ses activités visant à promouvoir le respect du droit international humanitaire, le CICR entretient un dialogue permanent avec les autorités civiles et militaires libanaises, les factions palestiniennes, des personnalités imminentes de la société civile et les forces des Nations Unies.


Photos

Une employée du CICR recueille des informations essentielles auprès de la mère d'une personne disparue. 

Prison centrale, Beyrouth