• Envoyer
  • Imprimer

Le CICR au Yémen

16-04-2014 Introduction

Le CICR vient en aide aux civils touchés par le conflit et d'autres situations de violence dans plusieurs gouvernorats du Yémen, où la situation humanitaire difficile vient s'ajouter aux souffrances d’une population déjà victime d’une économie faible et d’infrastructures limitées. En 2013, le CICR a renforcé ses activités de protection en faveur des civils, notamment ceux qui sont pris dans les affrontements entre groupes armés.

Activités en faveur des détenus

Le CICR visite les personnes détenues au Yémen par diverses autorités, afin d’évaluer le traitement qui leur est réservé et leurs conditions de détention. Conformément à ses modalités de travail habituelles, le CICR communique ses observations et ses recommandations uniquement aux autorités détentrices, dans le cadre d’un dialogue confidentiel. En 2013, le CICR a visité 5 986 détenus dans 17 lieux de détention au Yémen. Il fournit également une assistance aux migrants placés en détention dans l’attente de leur expulsion.

Rétablissement des liens familiaux

En coopération, le CICR et le Croissant-Rouge du Yémen aident les membres de familles dispersées, notamment les réfugiés et les demandeurs d’asile, à rester en contact par des messages Croix-Rouge. Des familles yéménites peuvent communiquer avec leurs proches détenus en Afghanistan et à Guantanamo au moyen de messages Croix-Rouge, d'appels téléphoniques et de visioconférences.

Protection des civils

Le CICR vient en aide aux personnes qui subissent les effets des combats entre groupes armés, notamment dans les gouvernorats de Sanaa, de Saada, d’Amran, de Taïz, d’Ibb, d’Al-Dhale, d’Al-Beïda et de l’Hadramaout (Moukalla), où de nombreux civils ont été déplacés ou ont perdu leur source de revenus et leurs moyens de subsistance. (Là où cela est nécessaire, le CICR remet en état les infrastructures d'approvisionnement en eau dans les zones rurales et urbaines.)

Soutenir les structures de santé et les centres de réadaptation physique

Les programmes de santé du CICR au Yémen visent à répondre aux besoins sanitaires des populations touchées par le conflit et la violence, notamment par la prestation de soins de santé d'urgence et de qualité. Le CICR organise des formations aux premiers secours et fournit des médicaments, du matériel de pansement et du matériel chirurgical aux structures de santé.

Le CICR apporte également son soutien à tous les centres de réadaptation physique du Yémen, qui, en 2013, ont reçu plus de 68 000 personnes handicapées en consultation.

Les soins de santé en danger

La campagne quinquennale du CICR intitulée « Les soins de santé en danger » est une initiative mondiale qui vise à renforcer les conditions de sécurité dans lesquelles sont prodigués les soins, en plus d'apporter une protection aux structures de santé dans les conflits armés et les autres situations de violence.

En décembre 2012, les autorités yéménites ont signé une déclaration résumant les règles et principes devant protéger les services de santé, les malades et les blessés. Par la suite, le CICR a élaboré trois spots radiophoniques, afin d'encourager publiquement la protection des locaux dédiés aux soins de santé.

En 2013, le CICR a renforcé le dialogue confidentiel qu'il mène avec des entités étatiques et non étatiques pour rendre l'accès aux services de santé plus sûr – notamment le passage rapide des ambulances et la protection non seulement des locaux mais aussi des personnels de santé, des blessés et des malades.


Photos

Près de Saada. Centre de santé de Majaz, soutenu par le CICR. 

Près de Saada. Centre de santé de Majaz, soutenu par le CICR.
© ICRC / C. Martin-Chico / ye-e-00782