• Envoyer
  • Imprimer

À propos du Comité international de la Croix-Rouge

29-10-2010 Introduction

Le CICR, créé en 1863, oeuvre dans le monde entier pour fournir une assistance humanitaire aux personnes frappées par un conflit ou une situation de violence armée et faire connaître les règles qui protègent les victimes de la guerre. Institution neutre et indépendante, son mandat découle essentiellement des Conventions de Genève de 1949. Basée à Genève, en Suisse, elle emploie quelque 12 000 personnes dans 80 pays ; elle est financée principalement par des dons provenant de gouvernements et de Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Le CICR a été fondé grâce au travail d'Henry Dunant, un Suisse, à la bataille de Solférino (1859), où des milliers de soldats français, autrichiens et italiens ont été blessés et abandonnés à leur sort, sans soins médicaux. Le livre de Dunant, Un souvenir de Solférino (1862), a conduit à l'adoption de la 1re Convention de Genève (1864), qui établit des règles visant à protéger les soldats blessés et le personnel médical, et à la création de sociétés de secours dans chaque pays.

Ces organismes se sont fait connaître sous le nom de Sociétés de la Croix-Rouge, en référence à l'emblème universel adopté pour identifier et protéger les unités médicales. (L'emblème du croissant rouge a été introduit dans les années 1880.)

Depuis sa fondation, le CICR a rempli sa mission humanitaire dans la plupart des conflits qui ont eu lieu dans le monde. Il s'est continuellement attaché à persuader les États d'étendre la protection juridique des victimes de la guerre, afin d'atténuer leurs souffrances.

Le CICR, les Sociétés nationales et leur Fédération internationale forment le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Dans les situations de conflit armé, le CICR coordonne les opérations menées par ses partenaires du Mouvement.

Le CICR est investi d'un mandat international permanent pour mener à bien son action. Ce mandat, découle des Conventions de Genève de 1949, que tous les États du monde ont acceptées, et des Statuts du Mouvement.

Cependant, le CICR reste une institution privée régie par le droit suisse qui est totalement indépendante dans sa gouvernance et ses décisions opérationnelles. Le Comité lui-même se compose de 25 membres au maximum, cooptés et tous suisses. Dans son travail, le CICR respecte les principes fondamentaux du Mouvement, notamment la neutralité, l'impartialité et l'indépendance.

Le budget annuel du CICR, au cours de ces dernières années, s'est élevé à un milliard de francs suisses (USD, EUR…) environ. Ses principaux donateurs sont les gouvernements, les organisations régionales, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les autorités municipales, le secteur privé et les particuliers. Les Sociétés nationales apportent aussi une contribution importante en termes de personnel spécialisé. Les comptes du CICR sont exposés chaque année dans le rapport annuel.

Plus de 1 400 personnes, spécialistes et généralistes, sont actuellement déployées à travers le monde, en mission sur le terrain pour le CICR. Elles travaillent avec quelque 11 000 employés locaux, et leurs activités sont soutenues et coordonnées par quelque 800 collaborateurs basés au siège, à Genève. Les collaborateurs expatriés peuvent être originaires de n'importe quel pays du monde ; l’institution garantit l’égalité des chances en matière d'emploi.

Le CICR gère différents fonds spéciaux et prix, attribués respectivement aux Sociétés nationales, afin de les aider dans leur travail, et aux collaborateurs de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, en reconnaissance des services rendus ou pour leur fournir une assistance pratique en cas de difficultés financières.