Damien Scalia

Assistant à l'Académie de droit international humanitaire et des droits humains à Genève

Damien Scalia est assistant à l'Académie de droit international humanitaire et des droits humains à Genève.


  • Victimes et justice internationale pénale : perplexité ?

    Malgré une attention grandissante accordée aux victimes dans le cadre de la procédure pénale, cette évolution ne semble pas, en droit national, répondre à leurs attentes. Ce constat peut également s’appliquer en droit international pénal, dans le cadre duquel les difficultés rencontrées par les victimes sont accrues par des facteurs spécifiquement consubstantiels à la répression de crimes de masse au niveau international. Ce qui conduit les auteurs à rappeler la priorité du droit pénal, qui vise a condamner ou à acquitter des accusés, et à proposer de confier àd'autres procédures le soin de s'occuper des victimes.

  • Quelques réflexions sur les critères inhérents à la mise en place de normes-sanctions et la répression des crimes de guerre

    Les crimes de guerre sont parmi les crimes les plus graves ; c’est pourquoi les tribunaux internationaux ont compétence pour les réprimer. Malgré cette gravité, il n’est pas permis de les réprimer hors de tout cadre respectant les droits de l’homme. Ainsi, l’auteur estime que les critères inhérents à la loi, tels que ceux développés par la Cour européenne des droits de l’homme (légalité, proportionnalité, etc.), doivent être respectés lorsque sont incriminés des crimes de guerre et sanctionnés des criminels.