Vincent Bernard

Vincent Bernard

Rédacteur en chef de la Revue internationale de la Croix-Rouge

Vincent Bernard est rédacteur en chef de la Revue internationale de la Croix-Rouge depuis octobre 2010. Diplômé de l’Institut des Sciences politiques de Strasbourg, il est titulaire d’une maîtrise en sciences politiques, d’une maîtrise de droit international (Faculté de droit de Strasbourg et King’s College de Londres), ainsi que d’une maîtrise de droit international public de l’Institut de hautes études internationales (IHEI) de Genève. Vincent Bernard était membre de l’équipe de l’IHEI qui a remporté le Concours Jean-Pictet de droit international humanitaire en 1995. Après avoir enseigné pendant deux ans le droit international et le droit international humanitaire à l’Université de Marmara, à Istanbul, il a rejoint le CICR en 1998. Il a travaillé durant 17 ans tant sur le terrain (délégation régionale pour l’Afrique de l’Ouest à Dakar, délégation régionale pour l’Afrique de l’Est à Nairobi et délégation pour Israël et Territoires occupés à Jérusalem), qu’au siège de l’institution, et ce dans différents domaines, comme l’intégration et la promotion du droit international humanitaire, et à différents titres, en tant que chef de secteur pour l’Afrique et comme responsable de l’unité Communication terrain. En 2013, Vincent Bernard a été nommé chef de l'unité Forum pour l'intégration et la promotion du droit qui gère notamment l'humanitarium, le centre du CICR pour l’échange et le débat sur le droit, les politiques et l’action humanitaires.


  • Éditorial. La mondialisation ne sera un progrès que si elle est responsable

    « Le monde est mon pays ». Cette célèbre citation de Thomas Paine exprime l'idée d'un lien commun à l'humanité qui transcende les distances, les frontières, les nations. La révolution industrielle tout d'abord, puis la mondialisation ont donné une substance nouvelle à cet idéal. Nous n'avons jamais été aussi bien connectés les uns aux autres, que ce soit par nos voyages, nos moyens de communication ou nos échanges commerciaux. Cette évolution est largement le fait du secteur privé : l'activité des sociétés nationales ou multinationales a créé entre nous un tissu complexe d'interdépendances.

S'inscrire à la newsletter