Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Activités du CICR en faveur des prisonniers de guerre pendant le conflit Irak-Iran et pendant la guerre du Golfe

11-03-2003

Conformément au droit international humanitaire (IIIe Convention de Genève), les prisonniers de guerre doivent être rapatriés à la fin des hostilités. Le CICR doit avoir accès aux prisonniers, il doit les enregistrer et il doit pouvoir s’entretenir individuellement avec eux afin de s’assurer qu’ils sont rapatriés de leur plein gré.

  Conflit Irak-Iran  

     

Plus de 14 ans après la fin du conflit Irak-Iran (1980-1988), la question des prisonniers de guerre n’a toujours pas été réglée. Le CICR a supervisé à ce jour le rapatriement de quelque 97 000 prisonniers de guerre.

Depuis le cessez-le-feu de 1988, le CICR a encouragé les deux parties, conformément au droit international humanitaire, à libérer et rapatrier tous les prisonniers de guerre, à avancer dans l’identification et le rapatriement des dépouilles des soldats tués au front, et à résoudre le problème des personnes « portées disparues au combat ».

Dès le déclenchement des hostilités en 1980, le CICR avait fait une offre de services aux deux pays dans le cadre de la IIIe Convention de Genève. Tout au long des huit années de conflit, il avait enregistré et visité les prisonniers de guerre dans les deux pays.

     

Les rapatriements les plus récents ont eu lieu en janvier et novembre 2002, quand 507 et 20 prisonniers de guerre irakiens, respectivement, sont rentrés en Irak. Selon sa procédure habituelle, le CICR a auparavant enregistré les prisonniers et s’est entretenu sans témoin avec chacun d’eux pour s’assurer qu’ils retournaient en Irak de leur plein gré.

Le sort des prisonniers de guerre irakiens et iraniens restants est toujours l’objet de discussions entre le CICR et chacune des parties. Les discussions bilatérales entre l’Irak et l’Iran sur la question se poursuivent également.

Des dizaines de milliers de membres des forces armées ont été portés disparus dans le cadre de ce conflit.

  Guerre du Golfe  

     

En 1991, le CICR a visité les prisonniers de guerre tant irakiens qu’originaires des États de la coalition, ainsi que des internés civils de différentes nationalités.

Dans le cadre des rapatriements réalisés sous les auspices du CICR, 70 067 prisonniers irakiens ont pu regagner leur pays ; les dépouilles de 23 soldats irakiens ont également été rapatriées.

En outre, 5 038 militaires et civils koweïtiens internés en Irak ont été rapatriés au Koweït dans le cadre de cinq opérations conduites par le CICR. Fin 1991, le CICR avait aussi rapatrié 4 299 prisonniers de guerre ressortissants d’Arabie saoudite, des États-Unis, d’Italie, du Koweït et du Royaume-Uni, 1 436 civils de sept pays et les dépouilles de 16 personnes (de nationalité américaine, britannique et koweïtienne). Tous les captifs avaient été enregistrés par le CICR et avaient confirmé leur souhait d’être rapatriés.