Israël et les territoires palestiniens occupés : principaux faits et chiffres du 7 octobre au 15 décembre 2023

Israël et les territoires palestiniens occupés : principaux faits et chiffres du 7 octobre au 15 décembre 2023

Soixante-dix jours après la reprise des hostilités qui opposent Israël au Hamas et à d’autres groupes armés à Gaza, les violences – sans précédent de par leur ampleur et leur nature – continuent de causer d’immenses pertes humaines en Israël et dans le territoire palestinien occupé.
Article 11 janvier 2024 Israël et les territoires occupés

Fort de son mandat et de sa présence de longue date dans la région, et s'appuyant dans un premier temps sur ses capacités d'intervention d'urgence préexistantes, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a rapidement adapté et renforcé ses activités pour répondre aux nouveaux besoins en Israël et à Gaza. Il a également intensifié son action en Cisjordanie afin d'atténuer les conséquences humanitaires de la forte recrudescence des violences, qui rend les populations encore plus vulnérables aux effets des politiques d'occupation en vigueur depuis de nombreuses années.

Le CICR travaille en étroite coordination avec ses partenaires au sein du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, en particulier le Croissant-Rouge palestinien et le Magen David Adom d'Israël. Il poursuit aussi sa collaboration avec les communautés et les prestataires de services locaux sur le terrain.

Vous trouverez ci-dessous un résumé des programmes que nous avons mis en œuvre pendant la période considérée, y compris ceux qui répondent aux besoins actuels et émergents dans l'ensemble de la région

Dialogue sur le respect du droit international humanitaire et la protection des civils

Le CICR a :

  • rappelé aux parties au conflit armé les obligations qui leur incombent au titre du droit international humanitaire (DIH), et notamment les règles régissant la conduite des hostilités, la protection des personnes et des infrastructures civiles, l'interdiction des prises d'otages, la protection de la mission médicale, l'accès des populations civiles aux services essentiels ainsi que le traitement réservé aux personnes arrêtées et détenues ;
  • évalué si le DIH était respecté dans l'ensemble d'Israël et des territoires occupés, en faisant part de ses préoccupations aux parties au conflit et en formulant des recommandations concrètes destinées à prévenir les violations de ce droit et à réduire autant que possible les souffrances humaines, dans le cadre d'un dialogue bilatéral et confidentiel continu ;
  • effectué chaque jour des interventions en temps réel dans le but d'assurer une meilleure protection des civils et de la mission médicale ;
  • dialogué avec les parties prenantes et les acteurs influents au niveau national et international pour leur faire mieux comprendre le DIH et l'action humanitaire neutre, indépendante et impartiale, et renforcer leur adhésion à ces principes.


Rétablissement des liens familiaux

Le CICR a :

  • facilité la libération de 109 otages, leur transfert depuis Gaza et leur retour auprès de leurs familles ;
  • facilité la libération de 154 détenus palestiniens, leur transfert depuis divers lieux de détention israéliens et leur retour auprès de leurs familles ;
  • reçu 4059 demandes de personnes cherchant à savoir où se trouvent leurs proches et ce qu'il est advenu d'eux, par le biais des canaux existants et de lignes téléphoniques d'urgence spécialement mises en place et disponibles en arabe, hébreu et anglais. À ce jour, 606 dossiers ont pu être clos avec succès ;
  • rencontré des familles de personnes disparues afin de recueillir toutes les informations utiles et de leur expliquer la nature et les modalités de son travail.

Photo: Lior Segev, Shatil Stock


Traitement digne des dépouilles des victimes

Le CICR a :

  • distribué 11 164 articles de matériel médico-légal pour faciliter la gestion digne des restes humains, leur identification et leur restitution aux familles. Plus précisément, 1200 articles, dont des masques, des visières et des sacs à effets personnels, ont été distribués en Israël, et plus de 9800 articles, dont des visières et des sacs mortuaires, ont été distribués à Gaza ;
  • apporté un soutien technique au Centre national de médecine légale d'Israël et établi un partenariat avec lui pour renforcer sa capacité à gérer les cas complexes de disparitions dans le cadre d'un conflit armé ;
  • commencé à évaluer et à renforcer les capacités locales en Israël et à Gaza afin de faciliter la récupération des restes humains, leur identification et leur remise aux familles.


Suivi du traitement et des conditions de vie des détenus

Le CICR a :

  • continué de demander aux autorités israéliennes compétentes de pouvoir reprendre ses visites en détention ainsi que son programme de visites familiales à l'intention des Palestiniens détenus en Israël ;
  • continué de demander que les otages retenus à Gaza soient libérés, qu'ils soient traités avec humanité, aient accès à des soins de santé appropriés et puissent rétablir le contact avec leurs familles, et que ses délégués puissent accéder à ces otages ;
  • visité 219 personnes dans 12 lieux de détention dans le territoire palestinien occupé (1 à Gaza et 11 en Cisjordanie) afin d'évaluer et de contrôler les conditions de détention et le traitement réservé aux détenus. Par son action, le CICR a contribué à améliorer les conditions de vie de 12 détenus.


Fourniture directe ou indirecte de soins médicaux d'urgence

Le CICR a :

  • fourni du matériel médical, dont des kits pour blessés par arme, des assortiments de pansements, des médicaments et des trousses médicales d'urgence, à 8 centres de santé locaux, permettant ainsi à quelque 19 000 personnes de recevoir des soins d'urgence à Gaza ;
  • déployé à Gaza 2 équipes chirurgicales spécialisées dans la prise en charge clinique des blessés par arme et fournissant une gamme de soins complète. En poste à l'Hôpital européen de Gaza depuis le 1er novembre 2023, ces équipes ont effectué 498 interventions chirurgicales, dont 50% de chirurgie générale, 26,5% de chirurgie reconstructive et 23,5% de chirurgie orthopédique. Elles ont aussi prodigué d'autres soins médicaux urgents ou de suivi à 110 patients et appliqué 686 pansements sur des brûlures ;
  • organisé 486 séances pour fournir en urgence un soutien psychologique et psychosocial de base aux patients, à leurs familles et/ou aux soignants de l'Hôpital européen ;
  • offert 540 séances de physiothérapie aux patients de l'Hôpital européen ;
  • apporté un soutien technique et financier à l'Israel Trauma Coalition pour l'aider à mettre en place une formation à la gestion du stress à l'intention des personnels de santé travaillant en première ligne ;
  • mis sur pied un cours en ligne pour aider l'Association israélienne des centres d'accueil pour victimes de viols à organiser des ateliers techniques afin de former son personnel à la fourniture de soins de santé mentale et d'un soutien psychosocial aux personnes qui ont subi des violences sexuelles en situation de conflit armé ;
  • effectué 117 interventions en temps réel pour faciliter l'accès et le passage en toute sécurité des ambulances du Croissant-Rouge palestinien, et permettre ainsi aux personnes blessées dans les violences en Cisjordanie d'être soignées ;
  • fourni 2 appareils de traitement des plaies par pression négative à l'hôpital de Jénine en Cisjordanie ;
  • offert environ 300 fauteuils roulants à la Patients' Friends Society (Centre de réadaptation Abu Raya) de Ramallah ;
  • fourni plus de 1000 litres de solution intraveineuse à plusieurs centres de soins d'urgence en Cisjordanie.

 

Soutien aux personnes vulnérables pour les aider à couvrir leurs besoins essentiels et préserver leurs moyens de subsistance

  • À Gaza, 50 000 personnes vulnérables (soit 10 000 ménages) ont reçu une aide en espèces de 750 shekels/ménage pour couvrir leurs besoins de base pendant un mois. Il s'agissait principalement de personnes déplacées par les hostilités en cours.
  • 38 180 déplacés internes (7339 ménages) hébergés dans des abris ne relevant pas des Nations Unies à Gaza, à Khan Younès et dans la zone intermédiaire ont reçu des articles ménagers de première nécessité tels que des couvertures, des jerrycans, des bâches et des produits d'hygiène.
  • 2000 femmes enceintes et mères allaitantes ont reçu des barres à haute valeur nutritive à l'hôpital Al-Shifa de Gaza.
  • En Cisjordanie, 185 personnes vulnérables (37 ménages) ont reçu des aides en espèces pour soutenir l'élevage de bétail, 14 étudiants diplômés ont bénéficié d'une formation professionnelle à l'Université polytechnique d'Hébron, et 22 ménages vulnérables ont reçu des transferts monétaires visant à les aider à se remettre des conséquences d'incidents violents spécifiques en Cisjordanie.
  • 76 familles dont les maisons ont été démolies en différents endroits de Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, ont reçu des aides en espèces pour pourvoir à leurs besoins immédiats.

 

Accès à l'eau potable et à l'électricité

Le CICR a :

  • permis à 285 000 personnes d'avoir de nouveau accès à l'eau potable dans les villes de Gaza, Beit Lahia, Khan Younès et Rafah ainsi que dans les environs, en aidant les prestataires de services locaux à assurer la distribution d'eau, à effectuer des réparations sur le réseau et à alimenter en électricité les puits et les usines de dessalement de Gaza ;
  • aidé 20 000 déplacés internes à accéder à l'eau potable dans 12 abris de Gaza, en réparant d'urgence des unités de dessalement et des infrastructures sanitaires ainsi qu'en installant des unités de traitement de l'eau fonctionnant à l'énergie solaire ;
  • équipé de systèmes solaires 3 structures du fournisseur local d'électricité à Gaza (GEDCo) afin d'assurer la continuité minimale des services, et fourni à GEDCo un soutien financier et du matériel provenant de ses stocks d'urgence pour lui permettre d'effectuer des réparations d'urgence sur le réseau électrique, de protéger les infrastructures essentielles et de préparer les travaux de remise en état (qui seront lancés dès que les conditions de sécurité le permettront) ;
  • soutenu l'approvisionnement d'urgence en électricité et en carburant de 14 hôpitaux dans toute la bande de Gaza, au travers de projets préexistants menés par le CICR pour favoriser l'entretien, l'optimisation et la résilience du parc de générateurs du secteur de la santé publique ;
  • aidé 5000 habitants de la zone H2 d'Hébron, en Cisjordanie, à avoir accès à de meilleurs systèmes d'évacuation des eaux usées et de drainage en apportant un soutien technique et matériel à la municipalité d'Hébron ;
  • aidé le Service des eaux palestinien en Cisjordanie à améliorer l'accès à l'eau de 6000 personnes dans le village de Qariout et 13 000 personnes dans le village de Burin ;
  • apporté un soutien technique et matériel au conseil du village d'Ein Al-Beida, dans la vallée du Jourdain, afin d'améliorer l'accès à l'électricité de 1750 agriculteurs de la région ;
  • fourni à 50 familles de la zone H2 d'Hébron des panneaux solaires pour améliorer leur accès à l'électricité.


Prévention des risques liés à la contamination par les armes

En collaboration avec le Croissant-Rouge palestinien, le CICR a contribué à sensibiliser les civils ainsi que les travailleurs humanitaires, personnels de santé et autres intervenants de première ligne à Gaza aux risques liés à la contamination par les armes et aux restes explosifs de guerre. À cette fin, il a :

  • envoyé des messages de sensibilisation par SMS à 400 000 numéros de téléphone ;
  • utilisé des affiches et des séances de groupe pour promouvoir les comportements sûrs à adopter auprès des personnes affectées auxquelles il a pu avoir accès dans des hôpitaux, des écoles et des abris.

 

Interaction avec les personnes affectées

Le CICR a :

  • reçu des demandes de 37 257 personnes à Gaza, en Cisjordanie et en Israël signalant des problèmes en matière de protection et sollicitant un suivi ;
  • mis en place 3 lignes téléphoniques spéciales – en arabe, hébreu et anglais – destinées aux personnes qui ont perdu la trace de membres de leur famille et qui cherchent à les localiser ou à rétablir le contact avec eux ;
  • renforcé son Centre de contact communautaire à Gaza et établi 2 autres centres pour aider les personnes touchées par le conflit et la violence en Israël et en Cisjordanie ;
  • répondu à 14 152 appels de personnes à Gaza, en Israël et en Cisjordanie qui s'inquiétaient d'avoir perdu le contact avec leurs proches, demandaient de l'aide pour évacuer des blessés ou des personnes prises au piège des combats, ou demandaient de l'assistance (p. ex. nourriture, secours non alimentaires, eau, électricité) ;
  • continué de collaborer étroitement avec les communautés et les prestataires de services locaux pour les associer à ses évaluations des besoins ainsi qu'à la conception, à la mise en œuvre et à l'évaluation de ses programmes.

Renforcer la résilience des services essentiels à Gaza afin de limiter les conséquences humanitaires des hostilités

Le CICR s'efforce de faire en sorte que les systèmes de services essentiels à Gaza puissent continuer de fonctionner et de répondre aux besoins de la population civile pendant les hostilités en intégrant une approche de résilience opérationnelle dans ses programmes, l'objectif global étant de permettre aux services essentiels ainsi qu'aux communautés de mieux faire face, plus durablement, aux épisodes de violence.

De nombreuses mesures en ce sens avaient déjà été prises avant que les affrontements en cours éclatent. En particulier :
  • Le service des urgences de l'hôpital Al-Shifa, principal hôpital de référence lors des hostilités dans la ville de Gaza, a été remis en état et modernisé de sorte à pouvoir mieux prendre en charge les afflux massifs de blessés.
  • Des lignes électriques dédiées ont été installées, permettant à l'opérateur du réseau d'être plus flexible et de fournir de l'électricité en priorité aux services essentiels et aux infrastructures critiques – santé, approvisionnement en eau et traitement des eaux usées – dans les situations d'escalade du conflit.
  • Des commutateurs électriques télécommandés ont été installés sur le réseau pour renforcer les moyens de contrôle des fournisseurs d'électricité, assurer des redondances dans le réseau et limiter les coupures causées par les dommages que subissent souvent ces structures lors des pics de violence.
  • Des systèmes de surveillance et de contrôle à distance ont été mis en place dans les installations d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées. Le personnel d'entretien est ainsi moins souvent exposé aux risques inhérents aux interventions sur le terrain, et il est plus facile de comprendre la nature exacte des dommages causés et donc d'éviter des interruptions de service.
  • Des véhicules et engins lourds ont été fournis aux services des eaux – et leur entretien a été assuré –, améliorant ainsi l'efficacité des employés lorsqu'ils réparent les dommages causés aux réseaux d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées.
  • Des pièges écologiques (bio-pièges) ont été distribués aux agriculteurs pour remplacer les pesticides chimiques. Solution économique et nécessitant peu d'entretien, ces pièges assurent une protection constante des arbres contre les parasites, même lorsque les combats rendent les déplacements dangereux ou impossibles et que les agriculteurs ne peuvent pas se rendre sur leurs terres pendant de longues périodes.